Une activité cérébrale a été enregistrée jusqu’à 10 minutes après le décès

activité cérébrale

Cela n’a aucun sens.

Les médecins d’une unité canadienne de soins intensifs sont tombés sur un cas très étrange l’an dernier – lorsque le système de survie de quatre patients en phase terminale a été débranché, l’un d’eux a montré une activité cérébrale persistante même après avoir été déclaré cliniquement mort.

Pendant plus de 10 minutes après la confirmation du décès par les médecins au travers d’une série d’observations, y compris l’absence de pouls et de pupilles non réactives, le patient a semblé éprouver le même type d’ondes cérébrales (ondes delta) que nous avons pendant le sommeil profond.

Et c’est un phénomène complètement différent de l’onde de mort subite qui a été observée chez le rat après décapitation.

“Chez un patient, des poussées d’ondes delta uniques ont persisté après l’arrêt du rythme cardiaque et de la tension artérielle”, a rapporté l’équipe de l’Université de Western Ontario au Canada en mars 2017.

Ils ont également constaté que la mort pouvait être une expérience unique pour chaque individu, notant que chez les quatre patients, les enregistrements électroencéphalographiques frontaux (EEG) de leur activité cérébrale présentaient peu de similitudes avant et après leur déclaration de décès.

“Il y avait une différence significative dans l’amplitude de l’EEG entre la période de 30 minutes avant et la période de 5 minutes après l’arrêt de la tension artérielle pour le groupe”, ont expliqué les chercheurs.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, les chercheurs se montrent très prudents quant aux implications, disant qu’il est beaucoup trop tôt pour parler de ce que cela pourrait signifier pour notre expérience post-décès, surtout si l’on considère la taille de leur échantillon.

En l’absence de toute explication biologique sur la façon dont l’activité cérébrale pourrait se poursuivre plusieurs minutes après l’arrêt des battements du cœur, les chercheurs ont déclaré que le scanner pourrait être le résultat d’une erreur quelconque au moment de l’enregistrement.

Mais ils étaient incapables d’expliquer ce que pouvait être cette erreur, car l’équipement médical ne montrait aucun signe de dysfonctionnement, ce qui signifie que la source de l’anomalie ne peut être confirmée – biologiquement ou autrement.

“Il est difficile de poser un fondement physiologique à cette activité EEG, étant donné qu’elle survient après une perte prolongée de la circulation”, ont écrit les chercheurs.

“Ces salves de formes d’ondes pourraient donc être artéfactuelles [erreur humaine] dans la nature, bien qu’une source artéfactuelle n’ait pu être identifiée.”

Vous pouvez voir ci-dessous les scintigraphies cérébrales des quatre patients en phase terminale, montrant le moment de la mort clinique au moment 0, ou lorsque le cœur s’est arrêté quelques minutes après que le système de survie a été désactivé :

activité cérébrale

Norton et al. (2017)

L’activité cérébrale jaune est ce que nous recherchons dans ces scintigraphies (voir une version plus grande ici), et vous pouvez voir que chez trois des quatre patients, cette activité a disparu avant que le cœur ne cesse de battre – jusqu’à 10 minutes avant la mort clinique, dans le cas du patient #2.

Mais pour une raison quelconque, le patient n°4 montre des signes d’ondes delta pendant 10 minutes et 38 secondes après l’arrêt cardiaque.

Les chercheurs ont également cherché à savoir si un phénomène connu sous le nom d’“ondes de mort” s’était produit chez les patients – en 2011, une équipe distincte a observé une poussée d’activité cérébrale dans le cerveau de rats environ 1 minute après la décapitation, ce qui suggère que le cerveau et le cœur ont différents moments d’expiration.

“Il semble que la vague massive qui peut être enregistrée environ 1 minute après la décapitation reflète la frontière ultime entre la vie et la mort”, ont rapporté des chercheurs de l’Université Radboud aux Pays-Bas à l’époque.

activité cérébrale

Bas-Jan Zandt et al. (2011)

Lorsque l’équipe canadienne a cherché ce phénomène chez ses patients humains, elle n’a rien trouvé.

“Nous n’avons pas observé d’onde delta dans la minute qui a suivi l’arrêt cardiaque chez l’un de nos quatre patients”, ont-ils déclaré.

Si tout cela semble frustrant et sans importance, bienvenue dans le créneau étrange et incroyablement niché de la nécro-neuroscience, où personne ne sait vraiment ce qui se passe réellement.

Mais ce que nous savons, c’est que des choses très étranges peuvent se produire au moment de la mort – et par la suite – avec une paire d’études de 2016 qui ont révélé que plus de 1 000 gènes fonctionnaient encore plusieurs jours après la mort chez des cadavres humains.

La grande leçon que l’on peut tirer de ces études n’est pas que nous comprenons mieux l’expérience post-mortem aujourd’hui qu’avant, parce que les observations restent peu concluantes et sans explication biologique.

Mais ce qu’elles montrent, c’est que nous avons beaucoup de choses à découvrir sur le processus de la mort et sur la façon dont nous – et d’autres animaux – en faisons l’expérience, de notre corps à notre cerveau.

La recherche a été publiée dans The Canadian Journal of Neurological Sciences.

Une version de cet article a été publiée pour la première fois en mars 2017.

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *