Des milliers de mystérieux tremblements de glace secouent l’Antarctique la nuit

Les scientifiques qui étudient les changements climatiques sur la plate-forme de glace de McMurdo en Antarctique ont découvert un phénomène particulier qui permet de jeter un nouvel éclairage sur les causes de la dislocation des grandes plates-formes de glace.

Les sismomètres ont enregistré des centaines de milliers de minuscules “séismes de glace” qui se produisent la nuit. Il semble que ces mystérieux séismes de glace soient causés par des flaques de glace partiellement fondue qui se dilatent et gèlent la nuit.

“Dans ces régions, nous en enregistrerions des dizaines, des centaines, voire des milliers par nuit”, a déclaré Douglas MacAyeal, coauteur de l’étude, professeur de sciences géophysiques et glaciologue renommé qui se rend en Antarctique pour étudier le comportement de la glace et de la neige depuis des décennies. “Il est possible que les sismomètres soient un moyen pratique de surveiller à distance la fonte des glaciers.”

Le changement climatique fait fondre l’Antarctique, mais les géologues essaient encore d’en apprendre davantage sur ce processus. L’objectif est de cartographier comment, où et pourquoi la glace fond.

En 2002, l’effondrement massif de la plate-forme de glace de Larsen B a pris les glaciologues par surprise, et il est essentiel de comprendre ces mécanismes pour pouvoir prédire ce qui arrivera à la glace dans l’avenir.

MacAyeal et l’équipe se sont intéressés au rôle des “séismes” sur les plateformes de glace flottantes. Ils ont installé des sismomètres pendant 60 jours pendant la saison de fonte à deux endroits près des lacs d’eau de fonte saisonniers sur la plate-forme de glace McMurdo. L’une était plus sèche, l’autre plus visqueuse, avec des mares d’eau fondue qui se formaient et se recongelaient. Ils ont découvert que la zone humide était animée par une activité sismique nocturne.

“Dans ces étangs, il y a souvent une couche de glace au-dessus de l’eau fondue, comme dans le cas d’un lac qui n’est gelé qu’en haut”, explique M. MacAyeal. “Lorsque la température se refroidit la nuit, la glace se contracte sur le dessus et l’eau en dessous se dilate lorsqu’elle gèle. Cela déforme le couvercle supérieur, jusqu’à ce qu’il se brise en un clin d’œil.”

tremblements de glace

À l’aide de sismomètres, des scientifiques de l’Université de Chicago ont enregistré des centaines de milliers de “séismes de glace”, un phénomène qui pourrait aider à suivre la fonte des glaciers. Source : Alison Banwell

L’énergie vibre dans l’environnement, où elle est captée par des sismomètres. Certaines des fissures se réparent à nouveau, mais d’autres ne le font pas, a déclaré M. MacAyeal dans un communiqué de presse.

Cela peut expliquer pourquoi les icebergs se brisent plus souvent pendant les périodes froides de l’année. “Cela se produit peut-être à des échelles plus longues et plus lentes”, a dit M. MacAyeal.

Cette découverte ajoute un élément important à notre compréhension de la physique et des processus qui entourent les bassins de fusion sur les plateformes de glace – surtout si elle peut aider les chercheurs à suivre à distance la fonte de l’Antarctique. “Il pourrait être très utile d’ajouter cela à nos autres méthodes de surveillance des glaces”, a dit M. MacAyeal.

Lire aussi : Un iceberg deux fois plus grand que la ville de New York va se détacher de l’Antarctique

Source : MessageToEagle.com – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *