Ce gratte-ciel chinois est l’un des bâtiments les plus intéressants au monde


Bienvenue dans l’avenir de l’architecture durable.

Une vue frontale et aérienne du gratte-ciel “infinity-loop”.

Un studio d’architecture danois appelé BIG a terminé la conception d’un bâtiment appelé “O-Tower” en Chine, avec un design en forme de boucle infinie qui relie « le sol au ciel dans une boucle continue de collaboration », selon le site Web de l’entreprise.

L’O-Tower sera utilisée par le fabricant chinois de smartphones OPPO à Hangzhou, la plus grande ville du pays.

La conception du gratte-ciel Infinity Loop réunit une zone humide naturelle et une construction urbaine

« La technologie à son meilleur devrait être une extension transparente de la vie », a déclaré Brian Yang, un partenaire chez BIG dans un rapport dezeen. « Le nouveau siège R&D d’OPPO incarne cette notion, assis avec aisance dans les zones humides pittoresques de Hangzhou tout en négociant entre le tissu urbain dense d’un côté et le paysage naturel de l’autre. »

Yang a fait l’éloge du projet comme étant une « manifestation architecturale d’un produit OPPO : élégant sans effort tout en élevant la qualité de la vie humaine dans la ville ». La nouvelle tour est un gratte-ciel en forme de cercle construit autour d’une cour ouverte dans les confins de la Future Sci-Tech City de Hangzhou – avec l’objectif de devenir un « point de repère iconique et une passerelle » vers le quartier des affaires plus large, lire le rapport dezeen.

La clé du concept de design de la nouvelle OPPO O-Tower est la notion de durabilité – « économiquement, écologiquement et socialement », a déclaré Bjarke Ingels, fondateur de BIG. « La forme compacte qui se replie sur elle-même offre de grandes surfaces de plancher flexibles avec l’accès à la lumière du jour et l’air frais d’une tour élancée. »

Un espace public au rez-de-chaussée reliera les touristes, les passants et les travailleurs à une cour centrale ouverte. « L’oasis centrale et le parc humide qui l’entoure élargissent le domaine public au cœur du complexe », a déclaré Ingels.

Des thèmes durables apparaissent dans l’architecture mondiale du futur

Cependant, malgré l’extérieur circulaire et original du nouveau gratte-ciel, la « simplicité du design » et la « fusion dans le paysage » sont deux qualités architecturales qui ne sont pas l’apanage d’OPPO, de BIG ou de la O-Tower. En décembre de l’année dernière, des architectes ont proposé une nouvelle tour capable de « manger du carbone » à New York – une tour qui serait la plus haute du monde.

Conçue par un cabinet d’architectes français, la tour résidentielle « mangeuse de carbone » fait appel à une technologie de capture et de stockage du carbone permettant de transférer le carbone de l’air qui modifie le climat et de le stocker – par exemple – dans des régions géologiques souterraines, réduisant ainsi la totalité du CO2 présent dans l’atmosphère. Et, la semaine dernière, une autre société appelée NUDES a proposé une « montagne solaire » – une série de panneaux solaires colossaux capables de générer suffisamment d’énergie pour alimenter l’ensemble du festival Burning Man.

Cependant, des philosophies de conception durable similaires ne sont pas exactement une mauvaise chose. « La forme compacte qui se replie sur elle-même offre de grandes surfaces flexibles avec l’accès à la lumière du jour et l’air frais d’une tour élancée », a déclaré Ingels de BIG dans un rapport de la WorkTech Academy. La flexibilité, l’accès à la lumière du jour et l’air frais sont des thèmes communs aux conceptions architecturales respectueuses de l’environnement. Outre la forme extérieure, la gestion de la température est l’un des points sur lesquels la tour O-Tower de BIG se démarque des efforts comparables. « La façade adaptative à lamelles rouges évite l’éblouissement solaire et le gain de chaleur thermique, ce qui améliore les performances passives du bâtiment. » Il y a de quoi admirer l’avenir de la vie urbaine et de l’architecture, car les projets explorent tout le potentiel des thèmes durables.

Lire aussi : L’IA, les robots et les « fermes verticales » intègrent l’agriculture pour produire 400 fois plus de rendement

Source : Interesting Engineering – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *