La Chine se prépare pour une mission révolutionnaire en 2018 : Atterrir de l’autre côté de la Lune


La Chine est en train de préparer sa mission Chang’e 4 qui, si elle réussit, marquerait la première fois où un pays débarque à l’autre bout de la Lune. L’agence spatiale chinoise veut même essayer de faire grandir des plantes et des insectes sur la Lune, ouvrant ainsi la voie à de futures colonies humaines sur le satellite naturel de la Terre.

Selon des informations en provenance de Chine, l’agence spatiale chinoise est prête pour une mission révolutionnaire en 2018 à l’autre bout de la Lune. La Chine vise à atterrir de l’autre côté de la Lune et tentera même de faire grandir des plantes et des insectes sur la surface de la Lune.

La mission est considérée comme l’une des missions spatiales les plus compliquées et les plus difficiles que la Chine ait jamais tenté d’accomplir.

La mission à l’autre bout de la Lune verra le vaisseau chinois Chang’e 4 lancé dans l’espace à bord d’une fusée Longue Marche 4C.

l'autre côté de la Lune

En 2013, le Chang’e 3 chinois a déployé avec succès le rover Jade Rabbit, marquant ainsi le premier atterrissage en douceur sur la Lune depuis 1976. Crédit Image : CLEP/CNSA

Chang’e 4 atterrira de l’autre côté de la Lune, et si la mission réussit, la Chine deviendra le premier pays à réussir l’atterrissage d’un engin spatial contrôlé à l’autre bout de la Lune. L’Agence Spatiale Chinoise veut débarquer sur le Bassin Pôle Sud-Aitken, une vaste zone lunaire située dans l’hémisphère sud de l’autre côté qui s’étend du Pôle Sud au cratère d’Aitken.

Le Rover portera un “kit de jardinage spatial” qui “ouvrira la voie à un avant-poste humain” en explorant la surface lunaire et en examinant la faisabilité de faire pousser des plantes à la surface du satellite naturel de la Terre.

“Les Chinois repoussent la frontière avec une telle mission techniquement difficile”, a déclaré Brian Harvey, analyste spatialiste et auteur de China in Space : The Great Leap Forward, dans une interview accordée au Guardian.

l'autre côté de la Lune

Le Rover chinois sur la surface de la Lune. Crédit Image

En outre, l’agence spatiale chinoise prévoit également d’envoyer une autre mission sur la Lune pour prélever des échantillons de surface et les ramener sur Terre pour une analyse plus approfondie.

La mission qui va atterrir sur la Lune, et renvoyer des échantillons à la Terre, est la sonde lunaire Chang’e-5 subissant actuellement une dernière série d’essais et devrait être en attente de lancement à partir du mois d’août.

L’énorme intérêt de la Chine pour l’exploration spatiale est invoqué comme une compétition entre le pays asiatique et les États-Unis après que le président Donald Trump ait clairement exprimé sa volonté de revitaliser l’exploration spatiale américaine.

Mais la Chine ne veut pas seulement aller de l’autre côté de la Lune.

L’agence spatiale chinoise prétend que, dans le cadre d’une série de missions différentes, un engin spatial pourrait atteindre Mars.

Cette mission se déroulerait en 2020 et aurait pour objectif de collecter des échantillons de la planète rouge pour une analyse plus poussée sur Terre.

Le président chinois Xi Jinping souhaite que son pays devienne une puissance mondiale dans le domaine de l’exploration spatiale.

“Il n’y a pas si longtemps, l’Administration Trump des États-Unis a révélé son ambition de retourner sur la Lune. Notre pays a également annoncé une série de plans d’exploration spatiale en profondeur”, a déclaré le responsable à Science and Technology Daily.

“La Lune est le premier arrêt de la marche de l’humanité vers l’espace lointain”, dit le journal.

Source : Ancient Code

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *