La Chine installe des “gardiens numériques” dans les prisons


Ces gardiens numériques rendront l’évasion impossible, mais la contrepartie pourrait être la santé mentale des détenus.

gardiens numériques

Prison à l’épreuve des évasions

Si l’un des détenus de la prison de Yancheng envisage une tentative d’évasion, qu’il le fasse rapidement.

La prison chinoise est en train d’achever des mois de construction d’un nouveau système de surveillance “intelligent” conçu pour surveiller les détenus à tout moment, y compris lorsqu’ils sont dans leur cellule.

Selon les responsables, ce panoptique numérique rendra les évasions quasi impossibles – mais il pourrait aussi faire des ravages dans la psyché des détenus.

Sous surveillance constante

Lundi, le South China Morning Post a publié un article détaillant un nouveau système de surveillance à la prison chinoise de Yancheng, qui abrite certains des détenus les plus en vue du pays.

Selon les sources, le centre basé à Yanjiao a presque terminé la mise à niveau de son système de surveillance pour inclure un réseau de caméras et de capteurs capables de suivre constamment les détenus.

Ces caméras et capteurs alimenteront un système d’IA qui utilise des technologies d’identification faciale et d’analyse des mouvements pour surveiller chaque détenu de la prison chinoise, produire un rapport quotidien sur chacun d’eux et signaler tout comportement inhabituel.

“Par exemple”, a dit Meng Qingbiao, représentant du projet au SCMP, “si un détenu a été repéré en train de faire les cent pas dans une pièce pendant un certain temps, la machine peut considérer le phénomène comme suspect et suggérer un contrôle rapproché avec un gardien humain.”

Troubles mentaux

Ce n’est pas le premier exemple que nous voyons de fonctionnaires pénitentiaires qui tentent de rendre les établissements “intelligents” – en février, le Département des services correctionnels de Hong Kong a annoncé la mise en œuvre de plusieurs technologies conçues pour aider les détenus à rester en sécurité pendant leur incarcération.

Il est possible que le système de l’établissement de Yancheng puisse servir le même but – si le prisonnier dans le scénario de Meng faisait les cent pas parce qu’il pensait se blesser, par exemple, le signalement de son comportement et son contrôle ultérieur par un garde humain pourrait empêcher cela.

Cependant, Zhang Xuemin, professeur de physiologie à l’Université normale de Pékin, a déclaré au SCMP que le nouveau système “affectera définitivement” l’état mental des prisonniers.

Et bien qu’il n’ait pas expliqué en détail quel pourrait être cet effet, des recherches antérieures ont montré qu’une surveillance constante peut augmenter le niveau de stress et d’anxiété d’une personne, tout en diminuant sa confiance aux autres – ce qui signifie que le compromis pour une prison “intelligente” à l’épreuve des évasions pourrait être la santé mentale des détenus.

Lire aussi : Selon une victime, se trouver réprimandé par le système de crédit social en Chine est « pire qu’une peine de prison »

Sources : Futurism, South China Morning Post – traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *