Les astronautes s’adaptent à la vie à bord de la Station spatiale internationale

astronautes-iss

Les astronautes à bord de la Station spatiale internationale (ISS) vivent une expérience connue par seulement 218 personnes dans le monde. Bien qu’une partie de leur routine quotidienne est familière pour nous tous, même des tâches banales deviennent extraordinaire quand votre maison est un laboratoire de haute technologie en microgravité qui fonce à travers l’espace à presque 8 kilomètres par seconde, 400 kilomètres au-dessus de notre planète.

Toilette spatiale

Par exemple, imaginez essayer de faire de votre “business” en gravité zéro et flottant loin du trône. Ou pire. Il arrive parfois ce que nous appelons une “truite brune”, où le «poisson» s’échappe et vous devez l’envelopper avec une lingette humide et le remettre là où il doit aller, a révélé Barry “Butch” Wilmore, qui a servi comme commandant de l’ISS de novembre 2014 à mars à 2015.

La toilette de l’ISS est assez standard avec un couvercle et un siège, mais puisqu’il n’y a aucune gravité, les membres d’équipage utilisent divers moyens parfois contraignant et les poignées pour se tenir dans une position correcte.

Les astronautes utilisent un «système de collecte des déchets», qui comprend un dispositif en tuyau pour aspirer l’urine et garder les déchets solides qui sont déposés dans un sac en plastique individuel dans la toilette. Les déchets liquides sont filtrés, purifiés et recyclés pour être ensuite utilisés comme eau potable.

NASA-astronautes-iss

Les astronautes de la NASA Kjell Lindgren et Scott Kelly prennent leurs premières bouchées de laitue rouge qui a été cultivée à bord de la Station spatiale internationale. (Photo : NASA)

À la soupe

Les dîners assis sont pour les terriens. Les repas sur l’ISS ne sont pas aussi évidents que sur Terre, la salle est conçue de sorte que le banquet ne flotte pas. Les astronautes se réunissent pour les repas, mais planent habituellement près les uns des autres et plongent des cuillères à long manche dans des portions individuelles de nourriture préfabriquée, a dit Wilmore.

«La cuisine» consiste à chauffer des paquets de nourriture dans un appareil équipé d’une plaque chauffante et qui maintient les paquets en place. La station s’approvisionne également avec des repas déshydratés qui sont plus légers à expédier et qui restent conservables plus longtemps comme les repas prêts à manger des militaires. Du sel et du poivre en forme liquide pour pimenter les choses.

“Vous pouvez manger de tout avec les bons condiments», a déclaré Wilmore, un fan de pain de viande et de poulet à la sauce d’arachide de l’ISS.

L’alimentation des astronautes doit empêcher la perte de poids, qui peut endommager les os et les muscles et causer un stress cardiovasculaire et d’autres complications de santé, a expliqué Scott Smith, chercheur principal dans le laboratoire de biochimie nutritionnelle au Centre spatial Johnson à Houston.

Les membres d’équipage prennent également des suppléments de vitamine D pour compenser le manque de soleil et boivent beaucoup d’eau pour compenser l’environnement sec de la station, a déclaré Smith.

Depuis 2009, l’ISS a traité la condensation de l’air de la station et recyclé l’urine des astronautes pour fournir de l’eau potable.

“C’est la meilleure eau que j’ai jamais goûté”, a affirmé Wilmore. “C’est fantastique.”

NASA-astronautes-station_spatiale

Commandant Barry “Butch” Wilmore de l’Expedition 42 qui montre un cliquet fait avec une imprimante 3D à bord de la station. (Photo : NASA)

Séance d’entraînement

Les astronautes de l’ISS doivent effectuer divers exercices pour rester en bonne condition, l’environnement en apesanteur nécessite des séances d’entraînement quotidiennes vigoureuses pour rester fort.

Sans gravité pour offrir une résistance, les astronautes risquent de perdre l’endurance, la force, la puissance, la coordination, l’équilibre et l’agilité. La faiblesse et la perte osseuse sont “l’équivalent d’être au lit pendant six mois”, a déclaré Mark Guilliams, spécialiste de la NASA en réhabilitation.

Les astronautes perdent 1 à 2% de leur masse osseuse pendant le vol et peuvent perdre plus de 10% de la force musculaire au cours d’une expédition de six mois à bord de la Station spatiale.

Pour neutraliser ces effets secondaires, les membres d’équipage suivent un entrainement physique et des protocoles cardiovasculaires deux heures par jour, six jours par semaine.

Leur “gymnase” se compose de trois machines disséminées au milieu des expériences scientifiques de la station : un tapis roulant équipé d’un harnais et de cordes élastiques pour maintenir l’utilisateur en place; un vélo stationnaire qui peut être monté sans selle ou sans guidon; et un type de machine de résistance de poids appelé aRED ou advanced Resistive Exercise Device.

Lors d’une séance d’entraînement, l’astronaute Sunita Williams a exécuté un marathon de Boston sur le tapis roulant de l’ISS en 2007 (temps officieux : 04h24) et l’achèvement du premier triathlon de l’espace en 2012 (temps officieux : 1:48:33), en utilisant les trois dispositifs d’exercice pour simuler la course.

Bonne nuit

Faire de beaux rêves peut être difficile à atteindre, surtout lorsque votre tête flotte au-dessus de votre oreiller et que le soleil se lève toutes les 45 minutes.

Les astronautes souffrent souvent d’insomnie car ils s’adaptent à des cycles de lumière étrange, à des changements de fluides du corps et à la gravité zéro, a déclaré le Dr Smith Johnston, qui dirige le programme de gestion de la fatigue de la NASA au Centre spatial Johnson.

Les astronautes de l’ISS dorment dans des sortes de cosses de la taille d’une cabine téléphonique qui contient un sac de couchage et des effets personnels. Au coucher, ils rampent dans leur sac et flottent à l’intérieur.

La privation de sommeil est un problème de santé grave. Les astronautes de l’ISS ont en moyenne environ six heures de sommeil – encore moins pendant les périodes intenses, comme lorsque la station reçoit des navettes, a dit Johnston.

L’année prochaine, la NASA prévoit de remplacer les lampes fluorescentes de la station avec des LED programmées pour produire de la lumière qui aidera le corps des astronautes à différencier le jour de la nuit.

Source : USA Today par Mary Helen Berg – Crédit photos : NASA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *