Est-ce qu’un astéroïde à lui seul à causé l’extinction des dinosaures ?

dinosaure-extinction-asteroide

Des chercheurs disent que l’astéroïde qui a causé l’extinction des dinosaures n’est peut-être pas la seule chose qui a joué un rôle dans la disparitions des bêtes préhistoriques.

La mort des dinosaures fait peut-être partie d’une combinaison de deux événements.

Un astéroïde de 10 kilomètres de large ou une comète qui a percuté la Terre il y a 66 millions d’années sont souvent ceux qui sont blâmés pour la mort des bêtes préhistoriques. Mais cela à peut-être été l’élément déclencheur de toute une suite d’événements stupéfiants.

L’impact pourrait avoir déclenché une activité volcanique catastrophique, qui pourrait avoir fait des dégâts plus durables que l’impact lui-même, suggère une étude publiée jeudi dans le journal Science.

“C’est l’un des grands mystères de l’histoire de la planète”, explique l’auteur principal de l’étude et géologue Paul Renee dans une interview. “Comment pouvez-vous effacer un genre animal si vaste, diversifié et dominant en un clin d’œil ? C’est une chose étonnante”.

Tous les dinosaures non aviaires et de nombreuses autres espèces vivantes ont disparu de la Terre à la fin de la période du Crétacé, un moment que les géologues appellent la limite Crétacé-Tertiaire ou limite K-T.

Les scientifiques ont longtemps débattu sur ce qui a causé cette extinction de masse. Les théories dominantes suggèrent un gigantesque rocher de l’espace qui a donné le coup fatal quand il a frappé le golfe du Mexique.

Mais le volcanisme était une autre idée importante.

À quelques 14 000 kilomètres de l’impact du cratère Chicxulub au Mexique, l’Inde détient l’une des plus grandes formations volcaniques de la planète : les trapps du Deccan. Ces coulées de lave massives, que la nouvelle recherche date avec plus de précisions qu’auparavant, ont le même âge que Chicxulub.

Les volcans peuvent libérer des quantités dévastatrices de cendres, de lave et de gaz quand ils éclatent, ce qui explique pourquoi ils ont été blâmés pour d’autres extinctions de masse. En fait, une énorme éruption il y a environ 201 millions années a probablement conduit à une extinction de masse qui a fait la place pour les dinosaures.

Les chercheurs se sont battus pendant des décennies sur ce qui a vraiment tué les dinosaures. “Un impact de la taille de celui qui est arrivé à la limite K-T, selon ce que nous savons, arrive probablement seulement une fois tous les milliards d’années sur Terre. C’est vraiment improbable “, dit Renee.

Il poursuit : «Lorsque vous êtes face à des coïncidences qui sont hautement improbables, vous devez penser à l’idée qu’il peut y avoir une relation entre elles”.

Un événement d’extinction assez grand pour essuyer tous les grands vertébrés sur terre, en mer et dans l’air (tous les dinosaures, plésiosaures, mosasaures, et ptérosaures), exige quelque chose d’extraordinaire.

“Des transitions majeures dans la vie sur notre planète ne sont probablement pas causées par des événements très simples. Ce sont des événements très complexes. C’est tous ces différents phénomènes qui agissent ensembles avec leurs réactions», dit-il.

Les tremblements de terre peuvent inciter des volcans à se réveiller, dit Renee. “Si vous extrapolez juste l’échelle du volcanisme et l’échelle de l’énergie sismique, cela pourrait fonctionner”.

L’impact de l’énorme astéroïde (ou d’une comète – qui est également vivement débattue) aurait créé une énergie sismique égale à un séisme de magnitude 11 sur l’échelle de Richter. Pour référence, le plus grand tremblement de terre en 2014 est d’une magnitude de 8,2 au Chili. L’échelle de Richter est logarithmique, et chaque augmentation de 1,0 libère 30 fois plus d’énergie, donc un saut de 2,8 signifie que les chocs auraient fait un écho d’avant en arrière à travers la Terre.

Un astéroïde assez grand (ou une comète) auraient bousculé la planète jusqu’à son noyau, secouant la frontière entre le noyau et le manteau terrestre, alimentant les volcans déjà actifs en Inde et stimulant les éruptions massives des trapps du Deccan, qui ont recouverte une zone de la taille de l’Utah plus le Nevada avec des coulées de lave de presque 2 kilomètres d’épaisseur.

La lave et les cendres produites pourraient avoir causé une dévastation locale, comme ce qu’il s’est produit à Pompéi, et les gaz libérés auraient eu un effet global, dit Renee, soit un réchauffement extrême ou un événement de refroidissement tout aussi extrême.

Les gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone et le méthane qui ont éclaté dans l’atmosphère auraient pu augmenter la température globale de plusieurs degrés. D’autre part, les aérosols sulfatés peuvent avoir bloqués la lumière du soleil, ce qui conduit à un refroidissement global. Ou peut-être que les deux sont arrivés sur des périodes mal assorties, causant des fluctuations climatiques intenses, dit Renee.

N’importe lequel de ces scénarios aurait forcé tous les êtres vivants à s’adapter ou mourir.

Renee et ses collègues ont proposé en avril que cette extinction de masse peut avoir eu besoin à la fois d’un impact énorme et d’une éruption massive. Leur travail pour affiner l’âge des trapps du Deccan a soutenu leur hypothèse, dit Renee.

Ils ont constaté que les éruptions du Deccan ont accéléré et changé de façon spectaculaire – et brusquement. “La transition de haute fréquence, à de faible volume d’éruptions à basse fréquence et à des volumes d’éruptions élevés suggèrent un changement fondamental dans le système de plomberie magmatique», ont écrit les chercheurs dans leur article.

Et tout cela est arrivé dans les 50 000 ans de l’impact à Chicxulub.

“Cela ne signifie pas que le volcanisme a changé 50 000 ans après l’impact,” explique Renee. Les événements auraient été presque simultanés, les techniques de datation que son équipe ont utilisé connaissent une grande marge d’erreur – mais représentent encore une amélioration de la marge d’erreur de 100 000 ans des études précédentes.

“Je peux imaginer quelques milliers d’années pour que ces effets se propagent et que le magma remonte du manteau, mais 50 000 ans semble être une très longue période», dit Renee. “Si d’autres travaux ont montré que ça a vraiment pris autant de temps, je pense que nous aurions à considérer certaines complications supplémentaires que nous n’avons pas encore pensé.”

Mais l’impact et l’éruption pourraient aussi s’être produits “exactement en même temps”, dit Renee.

Renee s’attend à ce que d’autres scientifiques défient ses découvertes, particulièrement à la lumière de la large fenêtre de temps.

“Est-ce que cela va enterrer la polémique de longue date à propos de ce qui est arrivé ? Je ne pense pas”, dit Renee. De trop nombreux chercheurs ont fait leur carrière autour de la discussion d’une explication ou d’une autre.

Renee et ses collègues ne sont également pas les premiers à dire que l’impact et les trapps du Deccan ont tout les deux causé l’extinction de masse. L’année dernière, les géologues ont fait valoir qu’avant l’impact, le volcanisme avait déjà affaibli les dinosaures. Mais ils ont finalement blâmé l’astéroïde.

L’extinction des dinosaures fascine les gens de tous les âges – et avec raison, dit Renee.

“Avant l’extinction, les mammifères étaient des petites choses semblables aux rats qui ont erré et essayé d’éviter de finir écrasé ou mangé”, dit-il.

«Quand les dinosaures sont partis, les possibilités de l’écosystème ont été ouverts et les mammifères sont apparus», dit Renee. “On pourrait dire, nous sommes des mammifères et nous pourrions ne pas exister – les humains n’auraient pas pu évoluer s’il n’y avait pas eu la disparition des dinosaures.”

Source : The Christian Science Monitor par Eva Botkin-Kowacki

1 Commentaire

  1. Alexandre

    Article fascinant qui retrace un des mystère de l’humanité. C’est en lisant ça qu’on se rend compte à quel point on est petit face à l’échelle de la terre. (imaginez le reste…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *