Un homme perd sa capacité de parler après avoir prétendu être muet pendant 12 ans

prétendu être muet

Les médias chinois ont récemment rapporté qu’un meurtrier présumé qui avait échappé à la justice pendant 12 ans en faisant semblant d’être muet aurait perdu sa capacité de parole.

L’homme chinois, identifié seulement par son nom de famille “Zheng”, avait été accusé d’avoir assassiné l’oncle de sa femme, un certain M. Cao, dans une dispute au sujet d’un loyer de 500 yuans (76 dollars), en 2005. Au cours d’une de leurs disputes acharnées, Zheng, alors âgé de 33 ans, aurait poignardé M. Cao, puis s’est enfui de chez lui à Hangzhou, dans la province chinoise du Zhejiang, avant que les autorités ne puissent l’appréhender. Le suspect en fuite a adopté le faux nom de Wang Gui et a commencé à faire semblant d’être un mendiant muet pour joindre les deux bouts.

Zheng s’est finalement installé dans un petit village de la province d’Anhui, à 700 km au nord de Hangzhou, où il a commencé à travailler dans la construction, tout en restant fidèle à son personnage muet. Il a même eu une nouvelle femme et a engendré un enfant, mais il ne leur a jamais rien dit, de peur de dire quelque chose qui pourrait lui faire sauter sa couverture.

Malheureusement pour Zheng, ses 12 années de silence auto-imposé n’ont pas pu l’aider lors d’une enquête sur les ménages menée par la police au début de cette année. Son absence de papiers d’identité a éveillé les soupçons, alors ils ont prélevé un échantillon de son sang et se sont servis de son ADN pour vérifier son identité. C’est ainsi qu’ils ont appris que Wang Gui était en fait Zheng, le suspect du meurtre qui avait disparu il y a plus d’une décennie.

Cependant, la police a vite appris quelque chose de bizarre au sujet du présumé meurtrier. Même s’il avait prétendu être muet pendant plus d’une décennie, il semblait avoir vraiment perdu sa capacité de parler. D’après le quotidien Zhejiang Daily, les cordes vocales de l’homme avaient été perdues par manque d’usage pendant si longtemps et étaient devenues inutiles.

Zheng a communiqué avec les policiers seulement par écrit. Quand on lui a demandé pourquoi il avait fait semblant d’être muet pendant si longtemps, l’homme a écrit : “Moins j’en dis, moins j’ai de chance de faire une erreur.”

Il n’est pas clair si la mutilation de Zheng peut être inversée, mais cela n’a peut-être pas trop d’importance, car il risque la peine de mort s’il est reconnu coupable du meurtre qu’il aurait commis il y a 12 ans.

Sources : Oddity CentralDaily Mail Online


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *