Un végétarien sur trois consomme de la viande en état d’ébriété

vegan-viande

Sortie de bar, ventre creux, kebab : ce triptyque gagnant des soirées arrosées est bien connu des fêtards… y compris des végétariens. Car sous l’effet de l’alcool, même eux ne résistent pas à l’appel de la viande, à en croire les résultats d’un sondage mené au Royaume-Uni.

Instinct omnivore

Ainsi, après quelques verres, plus d’un végétarien sur trois (37%) s’autoriserait une fringale carnivore, selon le site VoucherCodesPro qui a interrogé en ligne 1789 personnes. Tous les participants ont déclaré exclure la chair animale de leur régime – du moins, lorsqu’ils sont sobres.

Quand ils sont ivres, en revanche, de nombreux végétariens abandonneraient momentanément leurs principes alimentaires et philosophiques. L’alcool réveillerait alors leur instinct d’animal omnivore, et exercerait une force irrépressible sur leur appétence.

Junk meat

A tel point qu’en sortant des bars, loin de se tourner vers l’agriculture responsable pour combler leur pulsion, ces végétariens se rueraient en priorité vers ce que l’industrie de la viande fait probablement de pire : le kebab. Leurs coupables casse-croûtes se composent également (dans l’ordre de préférence) de hamburgers achetés dans les fast-foods, puis de bacon et de poulet frit.

Une exception qui confirme la règle ? Loin s’en faut. Parmi les sondés, 34% ont expliqué consommer de la viande à chaque fois qu’ils se trouvaient dans un état d’ébriété, 26% se l’autorisent « souvent », et seulement 18% « occasionnellement ». En revanche, peu se risquent à exprimer publiquement leurs écarts alimentaires… 69% des végétariens interrogés gardent ainsi ce petit secret pour eux.

Source : Pourquoi Docteur ? / Crédit image : Caters News Agency/SIPA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *