Ce champignon pourrait être une solution au problème plastique

problème plastique

Ce champignon pourrait être une solution au problème plastique mondial

Un champignon qui peut “manger” le plastique a été découvert au Pakistan. Cette découverte pourrait s’attaquer au problème croissant du plastique auquel la planète est actuellement confrontée, en réduisant la durée de vie du plastique de 1000 ans à quelques semaines seulement.

L’un des problèmes environnementaux les plus importants auxquels nous sommes confrontés est le plastique. D’après sas.org, voici quelques faits et chiffres sur la pollution :

En 1950, la population mondiale de 2,5 milliards d’habitants produisait 1,5 million de tonnes de plastique ; en 2016, une population mondiale de plus de 7 milliards de personnes produisait plus de 320 millions de tonnes de plastique. Ce chiffre devrait doubler d’ici 2034.

Chaque jour, environ 8 millions de matières plastiques polluées se retrouvent dans nos océans.

Il pourrait y avoir aujourd’hui environ 5,25 billions de macro et microplastiques flottant en pleine mer. Pesant jusqu’à 269 000 tonnes.

Il faut de dix à mille ans pour que les plastiques se dégradent correctement, de sorte que vous pouvez voir à quel point il s’agit d’un problème auquel il faut prêter attention avant qu’il ne soit trop tard. Cue Aspergillus tubingensis est un champignon dont une étude récente a montré qu’il décompose les liaisons chimiques du plastique. Lors d’expériences en laboratoire, les chercheurs ont découvert que ce champignon unique a la capacité de se nourrir de plastique. Les expériences ont été publiées par Environmental Pollution, via ScienceDirect. Ils ont découvert que lorsque le champignon est introduit dans du polyester polyuréthane, le mycélium provoque une dégradation et des cicatrices.

L’étude pakistanaise a montré que les champignons pourraient être “développés pour devenir l’un des outils désespérément nécessaires pour faire face au problème environnemental croissant des déchets plastiques”. Les champignons ont également la capacité de se nourrir de polluants comme le pétrole, les produits chimiques toxiques et même les déchets radioactifs.

Source : TruthTheory – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *