Ce géant du pétrole avait prévu (mais passé sous silence) le changement climatique que l’on observe actuellement !

Il y a près de 40 ans, un rapport interne de la société pétrolière et gazière ExxonMobil prévoyait une hausse importante du taux de CO2 dans l’air et – en conséquence – de la température du globe.

Les observations actuelles se placent remarquablement bien sur les tendances anticipées. Ce rapport démontre que l’implication du géant dans le déni de la science du climat est purement stratégique. La réalité de l’urgence climatique ayant été assimilée peu après la diffusion des premiers discours d’alerte officiels dans les années 1970.

La concentration atmosphérique en dioxyde de carbone (CO2) a récemment dépassé les 415 ppm (parties par million) à l’observatoire emblématique de Mauna Loa. Une valeur plus connue sur Terre depuis plusieurs millions d’années. En fait, chaque année, un nouveau record est établi tant le rythme d’élévation est élevé.

Il y a plusieurs décennies de cela, les climatologues avaient averti. En cas de poursuite des rejets de gaz à effet de serre, la composition de l’atmosphère se modifierait de manière irréversible. Et avec elle, le climat terrestre. Les sociétés humaines et la biodiversité se verraient alors lourdement affectées.

Malgré cela, les rejets de GES ont continué à s’intensifier. Le record a été atteint en 2018 – voir le site du Global Carbon Project (GCP). En conséquence, les changements prévus par les premières simulations climatiques dans les années 1970 ont peu à peu pris forme dans la réalité. Rappelons que la température moyenne du globe s’est déjà réchauffée de 1 °C depuis l’ère préindustrielle.

Le rapport “interne” d’ExxonMobil sur l’urgence climatique

Figure tirée du rapport d’ExxonMobil. Projection de la hausse de la température globale – axe de droite – en fonction de celle du CO2 – axe de gauche. Crédits : Exxon Research and Engineering company.

Un discours similaire prenait également place dans des cercles beaucoup plus restreints. Au début des années 1980, le géant du pétrole ExxonMobil commandait à ses chercheurs un rapport scientifique sur les impacts climatiques résultants d’une augmentation de CO2. Publié le 1er avril 1982, il était censé rester confidentiel. Toutefois, les investigations menées par InsideClimate News ont permis de le révéler aux yeux de tous il y a de ça plusieurs années.

Les projections que l’on retrouve dans le document collent étonnamment bien avec ce qui est observé actuellement. Que ce soit pour les concentrations de dioxyde de carbone ou l’ampleur du réchauffement global. En outre, pour un doublement de la concentration de CO2, la plage de réchauffement prévue s’étendait de 1,3 °C à 3,1 °C. La hausse la plus marquée affligeant le pôle nord – jusqu’à 10 °C.

De manière générale, le discours est très semblable à celui diffusé officiellement par les climatologues à cette époque. Un discours en grande partie confirmé par l’évolution observée depuis.

En conclusion, ce rapport démontre qu’ExxonMobil était indéniablement au courant de l’urgence environnementale. Depuis lors, une part grandissante des dépenses du géant a été dédiée à des campagnes de désinformation où encore au financement de think tanks climatosceptiques comme l’Institut Heartland. Une manœuvre qui s’avère être purement stratégique.

Lire aussi : Ces dix grandes métropoles pourraient devenir inhabitables à cause du changement climatique

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *