“Largement sous-estimés” : Les combustibles fossiles émettent 40 % de méthane en plus qu’on ne le pensait, selon une étude


Le méthane est 80 fois plus efficace que le dioxyde de carbone pour piéger la chaleur dans l’atmosphère.

méthane

  • Le méthane est le deuxième gaz à effet de serre le plus abondant sur la planète.
  • Une étude récente a analysé des échantillons de carottes de glace de l’ère préindustrielle afin de mesurer le rôle joué par l’industrie dans l’augmentation des niveaux de méthane dans l’atmosphère.
  • Les chercheurs notent que leurs résultats suggèrent que des mesures peuvent être prises pour endiguer la pollution par le méthane.

Le méthane est le deuxième gaz à effet de serre le plus abondant. Incolore, inodore et plus léger que l’air, le méthane (CH4) est environ 80 fois plus efficace que le dioxyde de carbone pour piéger la chaleur de l’atmosphère. Les scientifiques estiment qu’il est responsable d’environ 25 % du réchauffement actuel de la planète. Depuis la révolution industrielle, la quantité de méthane dans l’atmosphère a augmenté d’au moins 150 %.

Cependant, il a été difficile de déterminer les principaux émetteurs et dans quelle mesure les processus naturels sont à blâmer.

Aujourd’hui, de nouvelles recherches suggèrent que les émissions de méthane provenant des combustibles fossiles ont été “largement sous-estimées” jusqu’à 40 %. L’étude s’est concentrée sur le méthane fossile, qui est émis par des sources naturelles et anthropiques comme les suintements géologiques et la production de combustibles fossiles, dont le gaz naturel. Le méthane biologique est l’autre forme de gaz, et il provient de sources naturelles comme les zones humides, et d’activités humaines comme la riziculture.

Les résultats, publiés dans Nature, sont basés sur l’analyse d’échantillons de glace préindustriels obtenus à partir de glaciers du Groenland. Comme ces carottes de glace montrent la quantité de méthane présente dans l’atmosphère avant la révolution industrielle, les analyses peuvent offrir une estimation plus précise de la mesure dans laquelle l’activité humaine a été responsable des récentes augmentations du méthane atmosphérique.

courbe

Hmiel et al.

Les résultats montrent qu’avant la révolution industrielle, les émissions de méthane fossile étaient d’environ 1,6 à 5,4 téragrammes. Pour le contexte, l’estimation actuelle des émissions annuelles totales de méthane est de 172 à 195 téragrammes. Donc, si les résultats sont exacts, cela signifie que l’activité humaine est presque entièrement responsable des émissions de méthane, tandis que les facteurs naturels comme les suintements de gaz jouent un rôle moins important qu’on ne le pensait auparavant. Les résultats suggèrent également que l’industrie sous-estime probablement la quantité de fuites de méthane provenant de divers points de la chaîne d’approvisionnement, y compris le traitement, la production et le transport.

Mais ce ne sont pas toutes de mauvaises nouvelles pour l’auteur principal de l’étude, Benjamin Hmiel, chercheur à l’Université de Rochester.

Site d’une plateforme de forage en Oklahoma

“Je ne veux pas être trop désespéré sur ce point car mes données ont une implication positive : La plupart des émissions de méthane sont anthropogéniques (causées par l’homme), nous avons donc plus de contrôle”, a déclaré M. Hmiel à USA Today. “Si nous pouvons réduire nos émissions (de méthane), cela aura plus d’impact. […] En imposant des réglementations plus strictes sur les émissions de méthane à l’industrie des combustibles fossiles, nous pourrons réduire le réchauffement climatique futur dans une plus large mesure que ce que l’on pensait auparavant.”

Les émissions de méthane proviennent de tous les secteurs de l’industrie des combustibles fossiles. Mais le gaz naturel semble être un contributeur particulièrement sale, principalement en raison des grandes quantités de gaz perdues au cours du processus de production. Cette fuite remet en cause l’idée que le gaz naturel est un combustible de transition relativement propre que la société peut brûler en développant davantage de sources d’énergie renouvelables. Par exemple, une étude récente a révélé que le taux de fuite de méthane dans la chaîne d’approvisionnement en gaz naturel aux États-Unis était beaucoup plus élevé que les estimations précédentes de l’Agence de protection de l’environnement. L’implication : Le gaz naturel s’accompagne de coûts cachés élevés.

Réduire les émissions de méthane

La bonne nouvelle est que le méthane a une durée de vie atmosphérique relativement courte. Contrairement au dioxyde de carbone, qui peut persister dans l’atmosphère pendant environ 200 ans, le méthane disparaît au bout d’une dizaine d’années. Son pouvoir de piégeage de la chaleur en fait toutefois une menace climatique sérieuse à court terme.

“Il est impossible d’atteindre les objectifs [climatiques de l’accord de Paris] avec du méthane dans le mélange”, a déclaré à National Geographic Lena Höglund Isaksson, experte en gaz à effet de serre à l’Institut international d’analyse des systèmes appliqués d’Autriche.

Bien qu’il puisse être difficile de réduire les fuites de méthane dans la chaîne d’approvisionnement en gaz naturel, de nombreux experts affirment que c’est l’un des moyens les plus simples et les moins coûteux de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Au-delà du renforcement des réglementations concernant la surveillance des fuites et les enquêtes sur les équipements, une étude de 2018 publiée dans Science a recommandé plusieurs moyens aux compagnies gazières pour réduire les fuites de méthane :

  • Installer des systèmes moins sujets aux pannes
  • Mener des enquêtes sur les fuites sur place
  • Réorganiser les différents éléments et processus
  • Déployer des capteurs dans des installations individuelles et sur des tours, des avions ou des satellites

Steven Hamburg, co-auteur de l’étude, a déclaré dans un communiqué :

“Les scientifiques ont découvert un énorme problème, mais aussi une énorme opportunité. La réduction des émissions de méthane du secteur pétrolier et gazier est le moyen le plus rapide et le plus rentable dont nous disposons pour ralentir le rythme du réchauffement actuel, même si la transition vers une énergie à plus faible teneur en carbone se poursuit”.

Lire aussi : La NASA a détecté des millions de points chauds de méthane dans l’Arctique

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

1 réponse

  1. Peter dit :

    Selon une étude ceci…
    Selon une étude cela,
    Selon une autre étude 80% des résultats de ces études là sont faux,
    etc etc etc … et sa passe tous les jours a la télé, pour n’importe quel produit.

    Sa gave, raz le bol d’entendre sa tous…les….jours ( influences de masse )

    bin tiens, selon ma propre étude, c’est les bactéries qui ont créer l’homme, pour leurs servir de “véhicules communicants” et de lieux de vie mobiles plus résistants aux intempéries.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *