Les papillons inspirent de nouveaux systèmes d’énergie solaire

Par Tim Sandle,

Des chercheurs sont à la recherche de nouveaux moyens pour générer efficacement l’énergie solaire photovoltaïque et pour cela, ils ont été inspirés par la posture en forme de V de l’humble papillon piéride de la rave.

L’énergie photovoltaïque est la science derrière l’énergie solaire, où la lumière est transformée en électricité. C’est un processus en deux parties. La première étape est un effet photoélectrique, déclenché par la lumière du soleil. La seconde étape est un procédé électrochimique où les atomes cristallisés sont ionisés en série, ce qui génère un courant électrique.

Pour améliorer la collecte de la lumière du soleil, un groupe de recherche a été inspiré par la posture de repos du papillon piéride de la rave (Pieris rapae). L’espèce est répartie naturellement à travers l’Europe, l’Asie et l’Afrique du Nord. Pour de nombreux agriculteurs, les papillons sont considérés comme un parasite, pour d’autres ils sont simplement joli à regarder. Pour un groupe de recherche les papillons sont une source d’inspiration.

Le papillon adopte une forme en V afin de réchauffer ses muscles de vol avant le décollage. En créant des panneaux solaires dans cette forme, les scientifiques pensent que la quantité d’énergie qu’un panneau solaire peut exploiter peut être augmentée d’environ 50%.

La partie critique est la configuration du rapport puissance-poids. Pour cela, les chercheurs ont développé un matériau réfléchissant léger.

La piéride de la rave est différent de beaucoup d’autres papillons. Par temps couvert, les papillons ont besoin d’attendre de recevoir suffisamment de lumière solaire pour voler. Cependant, en exploitant la posture en V, la piéride de la rave est capable d’absorber plus d’énergie, à son thorax, plus rapidement que les autres papillons. En outre, le papillon peut refléter la lumière du soleil de ses ailes, qui permet à ses muscles de vol d’être chauffés à une température optimale.

La nouvelle recherche a été menée à University of Exeter’s Environment and Sustainability Institute (ESI) et Centre for Ecology and Conservation. En discutant des résultats avec Laboratory Manager magazine, le chercheur principal, professeur Tapas Mallick a déclaré : “le biomimétisme dans l’ingénierie n’est pas nouveau. Toutefois, cette recherche montre véritablement de nouvelles voies pour développer l’énergie solaire à faible coût, ce qui n’a pas été fait avant.”

Les résultats ont été publiés dans la revue Scientific Report. La recherche est intitulée «les papillons blancs comme concentrateurs solaires photovoltaïques.”

Dans d’autres médias, Digital Journal a rapporté la semaine dernière que les scientifiques ont été inspirés par les yeux de mites pour développer une série de la prochaine génération de cellules photovoltaïques.

Source : Digital Journal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *