Une île hawaïenne entière vient de disparaître de la surface de la Terre

Pour East Island, une étendue de sable isolée dans l’archipel hawaïen, ce n’était qu’une question de temps. Et ce moment est arrivé.

Les images satellites diffusées cette semaine révèlent que la totalité East Island a été pratiquement anéantie par de puissantes tempêtes à la suite de l’ouragan Walaka, l’un des ouragans du Pacifique les plus intenses jamais enregistrés, qui s’est abattu sur la région plus tôt dans le mois.

Les photos avant-après fournies par le United States Fish and Wildlife Service (FWS) racontent une histoire terrifiante de ce que l’avenir pourrait réserver à des îlots sablonneux aussi petits et bas face au changement climatique – avec des mers qui s’élèvent et un temps plus chaud qui invite des tempêtes de plus en plus dévastatrices.

“J’ai eu un moment de réflexion, pensant ‘Oh mon Dieu, c’est fini'”, a dit à Honolulu Civil Beat le climatologue Chip Fletcher de l’Université d’Hawaii.

“C’est une faille de plus dans le mur du réseau de diversité des écosystèmes de cette planète qui est en train d’être démantelé.”

île hawaïenne

L’est de l’île après l’ouragan Walaka (FWS)

Cette lacune de l’écosystème est due au fait qu’East Island – avec l’île Tern toute proche (et également endommagée par l’ouragan) – était un important lieu de mise-bas pour les phoques moines menacés et un lieu de nidification pour les tortues de mer vertes.

Cet habitat vital, qui n’existe plus que sous les vagues, ne peut plus fournir un territoire sec et sécuritaire pour ces animaux ou pour les oiseaux marins. Bien que les chercheurs n’aient pas encore évalué l’ampleur de la menace qui pèse sur la faune locale, les perspectives sont graves.

“Les espèces sont résilientes jusqu’à un certain point”, a déclaré à Honolulu Civil Beat Charles Littnan, biologiste de la conservation de la nature de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA).

“Mais il pourrait y avoir un moment dans le futur où cette résilience ne sera plus suffisante.”

Bien qu’East Island n’ait jamais été qu’une minuscule masse terrestre – environ 1 kilomètre de long et 120 mètres de large – elle était la deuxième plus grande île du banc de sable de la Frégate française, qui est le plus grand atoll des îles Hawaï du Nord-Ouest et fait partie du monument national marin de Papahānaumokuākea.

Papahānaumokuākea a été classée zone protégée en 2006 – la troisième plus grande zone de ce type au monde, en fait – mais la force irrésistible de Walaka met à nu la limite de ces désignations dans un monde confronté à des scénarios climatiques inconcevables.

île hawaïenne

L’Est de l’île tel qu’il était en mai (FWS)

“Ce n’est pas surprenant si l’on considère la malchance d’un ouragan qui se dirige vers cette région et que l’élévation du niveau de la mer est déjà en quelque sorte considérée comme le facteur de stress en arrière-plan pour ces écosystèmes”, a déclaré M. Fletcher à HuffPost.

“La probabilité d’événements de ce genre augmente avec le changement climatique.”

Fletcher, qui soupçonnait qu’il restait des décennies à East Island avant qu’elle ne soit engloutie par la montée des eaux, y effectuait des recherches pas plus tard qu’en juillet, où il a aidé à filmer ces images en survolant l’île :

C’est une vidéo qui vaut la peine d’être regardée : le dernier aperçu de ce paradis faunique hawaïen que le monde aura probablement l’occasion de voir de près.

Papahānaumokua travaillent avec les scientifiques de la FWS et de la NOAA pour mieux comprendre les implications pour les espèces et les habitats locaux à la lumière de ces développements, mais les grandes questions restent sans réponse.

Où d’autre pourrait-il arriver une chose pareille ? Que pouvons-nous faire pour l’éviter ? Combien de temps nous reste-t-il ?

Les chercheurs disent que nous n’en sommes qu’aux “premières étapes de ce que cela signifie”, mais d’autres prédisent déjà que cette île en voie de disparition ne sera pas un incident isolé.

“Nous allons voir beaucoup de ces histoires dans les années à venir”, a tweeté l’environnementaliste et écrivain Bill McKibben en voyant les nouvelles, “et tout le monde sera si triste”.

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *