Une étude surprenante révèle que même les humains en bonne santé sont “criblés” de cellules mutantes


Si vous pensiez que vos cellules étaient généralement normales, il est peut-être temps de réfléchir à nouveau. Votre corps peut en fait être un sanctuaire pour des colonies de clones mutants.

Il est de notoriété publique que les mutations dans les cellules sont à l’origine du cancer, mais on en sait beaucoup moins sur ce qui provoque les mutations en premier lieu.

Aujourd’hui, les scientifiques ont découvert que même les tissus de personnes en bonne santé peuvent être “criblés” de mutations génétiques, au point que les chercheurs qualifient cela de choquant.

“Nous avons découvert que lorsqu’une personne atteint l’âge mûr, elle a probablement plus de cellules mutantes que les cellules normales”, explique Phil Jones, oncologue et chercheur sur le cancer du Wellcome Sanger Institute, au Royaume-Uni.

Jones et son équipe ont utilisé des techniques de séquençage du génome pour cartographier des groupes de cellules mutantes dans des tissus œsophagiens donnés par neuf personnes décédées âgées de 20 à 75 ans au moment de leur décès.

Comme ces personnes n’avaient pas d’antécédents connus de maladie chronique ou de problèmes œsophagiens, leurs tissus ont été considérés comme sains aux fins de l’étude – mais comme l’équipe de recherche l’a découvert, sain ne signifie pas exempt de colonisation par des cellules clonées mutantes.

“Sous le microscope, le tissu œsophagien semblait tout à fait normal”, a dit Jones.

“Après avoir étudié la génétique, nous avons été choqués de voir que l’œsophage sain était criblé de mutations.”

Cette recherche fait suite à une étude menée en 2015 par certains membres de la même équipe qui ont découvert que les cellules saines de la peau des paupières abritaient un grand nombre de mutations somatiques – celles que nous obtenons par la division cellulaire en vieillissant et qui ne sont pas transmises à notre progéniture.

L’étude a révélé que 25 % des cellules cutanées analysées portaient au moins une de ces mutations somatiques liées au cancer.

Pour voir si la même prévalence de mutations s’est produite plus profondément à l’intérieur du corps, les chercheurs ont examiné le tissu œsophagien ; bien que la dernière étude ne soit basée que sur des échantillons provenant de neuf donneurs, les résultats suggèrent que ces cellules mutantes s’accumulent rapidement à mesure que nous avançons en âge.

Dans la vingtaine, les gens peuvent porter plusieurs centaines de mutations par cellule dans un tissu œsophagien sain, mais à l’âge de plusieurs décennies, leur tissu encore sain et fonctionnant normalement pourrait porter plus de 2 000 mutations par cellule.

Rien ne suggère que toutes ces mutations soient nécessairement malignes, mais leur simple abondance suggère que notre compréhension de la façon dont les cancers se développent mérite d’être repensée, d’autant plus que certaines de ces mutations ont déjà été liées à des tumeurs.

En particulier, un gène muté appelé TP53 (impliqué dans la plupart des carcinomes de l’œsophage) a subi une mutation dans jusqu’à 37 % des cellules saines.

Plus curieusement, un gène appelé NOTCH1 (qui aide à contrôler la division cellulaire) a muté dans jusqu’à 80 % des cellules saines – une prévalence de mutation encore plus élevée que dans les cancers œsophagiens.

Hypothétiquement, cette inadéquation peut signifier que certaines mutations pourraient même conférer un bénéfice pour la santé en termes de vieillissement et de maladie – protégeant potentiellement les cellules des tumeurs – dans ce que les chercheurs décrivent comme un “monde caché de mutation somatique et de compétition clonale” dans les tissus sains.

Ce n’est qu’un début, mais les résultats pourraient nous donner un nouveau paysage biologique pour étudier comment nos propres cellules “mutent, rivalisent et évoluent pour coloniser nos tissus à mesure que nous vieillissons”, explique Inigo Martincorena, co-auteur principal de l’étude.

“Vu l’importance de ces mutations pour le cancer, il est remarquable que nous n’ayons pas été conscients de l’ampleur de ce phénomène jusqu’à présent.”

Les résultats sont présentés dans Science.

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *