Une comète tout juste découverte est désormais visible dans le ciel nocturne !

comète tout juste découverte

Il est l’heure de lever les yeux au ciel ! C’est d’ailleurs votre seule et unique chance de pouvoir observer cette comète nouvellement découverte en provenance directe des confins de notre Système.

Découverte le 19 juillet dernier, C/2017 O1 s’invite pour la toute première fois près du Soleil avec un périhélie prévu pour le 14 octobre. Elle sera au plus près de la Terre le 18 octobre prochain, à 108 millions de kilomètres environ. De magnitude +15,3, lors de sa découverte, ce qui la rendait peu visible même avec un grand télescope (pour la comparaison, la pleine lune a une magnitude apparente de -13), la comète passait néanmoins à une magnitude de 9,5 il y a quelques jours et pourrait atteindre la magnitude 8 dans les prochaines heures (ce qui est encore trop faible pour être vue à l’œil nu, mais avec de bonnes jumelles vous avez de solides chances).

O1 ASAS-SN aura parcouru plusieurs constellations depuis sa première observation. Elle se dirige actuellement vers la Constellation de la Girafe où elle sera visible le 14 octobre. Vous apercevrez alors une tache floue verdâtre dans l’objectif. Voici à quoi vous devez vous attendre :

Et ci-dessous une vue plus rapprochée de cette merveille céleste :

Les astronomes classent les comètes en deux classes. D’un côté, il y a les comètes à courte période (inférieure à 200 ans) comme celle de Halley. D’un autre côté, on retrouve les comètes à longue période de plus de 200 ans, en particulier celles qui n’ont été observées qu’une seule fois et dont on estime la période à plusieurs millions d’années. C’est notamment le cas pour cette nouvelle comète.

Si les premières proviennent généralement de la ceinture de Kuiper, les secondes nous viennent généralement du grand nuage d’Oort, un vaste ensemble sphérique de corps approximativement situé entre 20 000 à 30 000 unités astronomiques jusqu’à plus de 100 000 UA du Soleil (une unité astronomique équivaut à la distance entre la Terre et notre étoile, soit approximativement 150 millions de kilomètres). En d’autres termes, si vous ratez cette comète, vous ne la reverrez jamais.

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *