Deux nouveaux mondes potentiellement habitables à seulement 12 années-lumière

mondes potentiellement habitables

Des observations récentes suggèrent que l’étoile la plus proche du Soleil en dehors de notre système solaire est orbitée par quatre exoplanètes de taille moyenne. Selon les chercheurs, deux de ces mondes pourraient être habitables.

Tau Ceti est une petite étoile située à seulement douze années-lumière de la Terre. En voyageant à la vitesse de la lumière, il faudrait donc environ douze ans pour la rejoindre. Sa proximité et sa luminosité ont depuis longtemps inspiré la science-fiction et l’univers des jeux vidéo, mais il semble que le potentiel de cette étoile pour soutenir la vie extraterrestre ne soit finalement plus qu’un simple fantasme. Une équipe de recherches menée par l’astrophysicien Fabo Feng, de l’Université d’Hertfordshire au Royaume-Uni, annonce en effet avoir détecté quatre exoplanètes en enregistrant des oscillations extrêmement légères dans le mouvement de Tau Ceti, en raison de l’attraction gravitationnelle de plus petits corps astronomiques. Et sur ces quatre exoplanètes, deux intéressent particulièrement les astronomes.

Il semblerait en effet que deux d’entre elles, deux super-terres (planètes avec des masses supérieures à la Terre) orbitent aux frontières de la zone habitable de leur étoile. Cela signifie qu’elles pourraient abriter de l’eau à l’état liquide et donc potentiellement une vie microbienne par extension. La possibilité reste tout de même très faible selon les chercheurs, d’abord parce que « zone habitable » ne veut pas nécessairement dire « vie » et ensuite parce que Tau Ceti est entourée d’une immense barrière de débris constituée notamment d’astéroïdes et de comètes qui bombardent probablement les planètes environnantes.

mondes potentiellement habitables

Crédits : Fabo Feng

La prochaine étape pour les astronomes sera bien sûr de regarder ces mondes directement avec des télescopes, ce qui devrait notamment être possible grâce au télescope spatial international James Webb, dont on sait qu’il est cent fois plus puissant qu’Hubble et dont le lancement est prévu au cours de l’année 2018. Jusque-là, le mystère évolutif de l’habitabilité de Tau Ceti reste donc encore discutable.

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *