Le satellite TESS de la NASA identifie la première exoplanète semblable à la Terre, et elle n’est pas très loin !


Après plus d’un an dans l’espace, le satellite TESS (Transiting Exoplanet Survey Satellite) de la NASA a parcouru plus de 30 millions de kilomètres à une vitesse d’environ 3 500 kilomètres par heure.

exoplanète-TESS-NASA

Sillonnant l’espace, le télescope a découvert 10 nouvelles exoplanètes à l’extérieur de la Voie lactée. Le TESS a trouvé la première exoplanète proche de la taille de la Terre. C’est la plus petite planète identifiée à mi-chemin de sa mission de 2 ans dans l’espace.

La petite planète s’appelle HD 21749c et orbite autour d’une étoile relativement proche, à 52 années-lumière de la Terre. En orbite autour de l’étoile HD 21749, elle se déplace à une vitesse telle qu’elle atteint 427 degrés Celsius et effectue une orbite complète en seulement 7,8 jours. Selon la NASA, la planète a 89 % du diamètre de la Terre et son étoile hôte a 70 % de la taille de notre propre Soleil.

“HD 21749c orbite autour d’une étoile brillante et relativement proche, et donc bien adaptée à des études de suivi plus détaillées, qui pourraient fournir des informations critiques sur les propriétés de la planète, y compris potentiellement la première mesure de masse d’une planète de la taille de la Terre trouvée par TESS”, écrit Rob Garner de la NASA.

HD 21749b est plus proche de la taille de Neptune, la 4ème plus grande planète de notre système solaire. L’exoplanète mini-Neptune orbite autour de la même étoile en 36 jours.

Les astronomes du MIT ont pu déterminer que HD 21749c a une surface rocheuse inhabitable. Bien qu’aucun de ces mondes ne semble habitable (ou est-ce qu’ils le sont ?), les nouvelles découvertes ne sont peut-être que le début, car les chercheurs s’attendent à trouver des groupes d’environ deux douzaines d’exoplanètes en orbite autour de chaque étoile étudiée avec TESS. Certains de ces mondes peuvent se trouver dans la “zone habitable” des étoiles qu’ils orbitent comme la Terre.

Diana Dragomir, membre du TESS et auteure principale de l’article annonçant la nouvelle découverte dans Astrophysical Journal Letters, affirme que l’exoplanète de taille terrestre marque une étape importante pour les astronomes.

“Pour les étoiles qui sont très proches et très brillantes, nous nous attendions à trouver jusqu’à deux douzaines de planètes de la taille de la Terre”, a dit Diana Dragomir. “Et nous y sommes. Ce serait notre premier projet et c’est une étape importante pour TESS. Cela ouvre la voie à la découverte de planètes plus petites autour d’étoiles encore plus petites, et ces planètes peuvent potentiellement être habitables.”

Selon le MIT News, TESS utilise quatre caméras pour surveiller la lumière émise par les étoiles les plus proches et les plus brillantes du ciel. Lorsqu’une exoplanète passe devant une étoile, elle bloque temporairement la lumière de l’étoile et se donne au télescope.

Le TESS peut surveiller le ciel dans des “secteurs” d’un mois qui révèlent l’intensité de la lumière des étoiles sur une grande partie de l’espace. Ensuite, le logiciel localise les motifs dans l’intensité lumineuse, révélant la signature d’une planète en orbite. Ces données sont si précises que la masse de la planète peut également être déterminée.

“Diana Dragomir a choisi cette nouvelle planète de la taille de la Terre parmi les quatre premiers secteurs d’observations TESS. Lorsque ces données sont devenues disponibles, sous forme de courbes de lumière ou d’intensités de lumière stellaire, elle les a introduites dans un code logiciel pour rechercher des signaux intéressants et périodiques. Le code a d’abord identifié un transit possible que l’équipe a confirmé plus tard comme étant la mini-Neptune chaude qu’elle a annoncé plus tôt cette année”, a écrit Jennifer Chu pour MIT News.

En examinant les données du secteur, les astronomes trouvent de nouvelles exoplanètes. Jusqu’à présent, ils ont travaillé avec quatre secteurs du TESS, et au fur et à mesure que la mission se poursuit, ils s’attendent à identifier jusqu’à 50 petites planètes rocheuses et à déterminer leur masse.

Bien que les astronomes aient déjà identifié 2 662 planètes à l’aide du télescope spatial Kepler maintenant à la retraite, les nouvelles données du TESS portent sur les étoiles les plus proches de la Terre.

Kepler a révélé qu’il y a plus de planètes que d’étoiles dans la galaxie, le ciel est donc la limite des découvertes.

Le mois dernier, Ana Humphrey, une lycéenne de 18 ans, a remporté un prix de 250 000 $ pour avoir calculé le potentiel de trouver d’autres exoplanètes en dehors de notre système solaire en utilisant les données recueillies par Kepler. Ces données pourraient révéler jusqu’à 560 exoplanètes de plus à l’examen.

Voir plus d’informations de Mr. Scientific ci-dessous :

Lire aussi : Une nouvelle exoplanète découverte dans la zone habitable de la constellation du Taureau

Source : Ancient code – Traduit par Anguille sous roche


1 réponse

  1. robespierre dit :

    52AL c’est environ UN MILLION D’ANNÉE pour s’y rendre

    Y a pas de plan B, la seule chose a faire pour le moment c’est de tenter de préserver NOTRE planète

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *