Les scientifiques découvrent une nouvelle classe de minuscules trous noirs


Cette toute nouvelle classe de petits trous noirs pourrait ouvrir “un nouveau domaine d’étude”.

Il semble presque que les astronomes sont dans une course pour dévoiler les plus grands trous noirs qu’ils peuvent trouver. Plus récemment, une équipe d’astronomes allemands a prétendu avoir découvert un trou noir avec 40 milliards de fois la masse du Soleil.

Mais qu’en est-il s’il y a aussi des trous noirs beaucoup plus petits ?

Dans une étude publiée aujourd’hui dans la prestigieuse revue Science, une équipe d’astronomes de l’Ohio State University prétend avoir découvert une classe de trous noirs entièrement nouvelle et auparavant manquante.

“Nous montrons cette allusion où il y a une autre population sur laquelle nous n’avons pas encore vraiment exploré la recherche de trous noirs”, a déclaré l’auteur principal Todd Thompson dans un communiqué.

Si elles étaient confirmées, les théories actuelles devraient prendre en compte une classe entièrement nouvelle de trous noirs – ce qui nous obligerait à repenser notre façon de comprendre la façon dont les étoiles et autres types d’objets célestes naissent et meurent.

Thompson et son équipe étaient perplexes devant l’énorme écart entre la taille des plus grosses étoiles à neutrons – des étoiles extrêmement denses et relativement petites qui se forment après l’implosion d’étoiles plus grosses après une supernova – et les plus petits trous noirs que nous connaissons.

Les étoiles neutroniques sont assez petites – deux à trois fois la masse du Soleil – mais les étoiles plus grosses que cela ont tendance à s’effondrer sur elles-mêmes et à former des trous noirs.

Leur pistolet fumant : une étoile rouge géante en orbite autour de quelque chose semblant au début trop petit pour être un trou noir dans la Voie lactée, mais qui était beaucoup plus grand que les étoiles à neutrons que nous connaissons.

Le trou noir en orbite ne représentait que 3,3 fois la masse du Soleil. Habituellement, les trous noirs que nous avons trouvés dans le passé sont au moins cinq fois plus gros ou beaucoup plus gros.

Cette découverte pourrait redéfinir la façon dont nous regardons le cycle de vie d’une étoile.

“Si nous pouvions révéler une nouvelle population de trous noirs, nous en saurions plus sur les étoiles qui explosent, celles qui n’explosent pas, celles qui forment des trous noirs et celles qui forment des étoiles à neutrons”, a dit Thompson. “Cela ouvre un nouveau domaine d’étude.”

Lire aussi : Une activité surprenante du trou noir supermassif au centre de la Voie Lactée

Source : Futurism – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *