Un monde « tempéré » repéré à seulement 11 années-lumière

11 années-lumière

Une équipe d’astronomes annonce la découverte autour de l’étoile naine rouge Ross 128, à 11 années-lumière, d’une exoplanète de faible masse, de la taille de la Terre et probablement tempérée, avec une température de surface qui pourrait être proche de celle de notre planète.

Les naines rouges sont parmi les étoiles les plus communes de l’Univers. Cela en fait donc de très bonnes cibles pour la recherche d’exoplanètes ; c’est pourquoi elles sont donc de plus en plus étudiées. Plus calmes, il est plus facile de détecter des « petites sœurs » de la Terre autour de ces étoiles. S’appuyant sur les données du High Accuracy Radial velocity (HARPS), située à l’observatoire de La Silla au Chili, une équipe de l’Université de Genève, en Suisse, annonce peut-être une « bonne pioche » : un monde tempéré autour d’une étoile « calme », Ross 128, située à seulement 11 années-lumière de la Terre.

De nombreuses naines rouges, y compris Proxima Centauri, sont sujettes à des éruptions qui baignent parfois leurs planètes en orbite dans des rayons ultraviolets et rayons X mortels. C’est d’ailleurs pour cette raison que Proxima b, située à 4,2 années-lumière de la Terre, n’abrite probablement aucune vie. Cependant, il semble que Ross 128 soit une étoile beaucoup plus calme. Ainsi, ses planètes, ou du moins pour le moment, « sa » planète, pourrait évoluer tranquillement, permettant à la vie d’émerger. Bien qu’elle se trouve actuellement à 11 années-lumière de la Terre, Ross 128 se dirige actuellement vers nous et devrait devenir notre voisin stellaire le plus proche dans 79 000 ans — un clin d’œil en termes cosmiques. Ross 128 b prendra alors la couronne de Proxima b et deviendra l’exoplanète la plus proche de la Terre. Bien sûr, nous ne serons plus là pour célébrer l’événement.

11 années-lumière

Crédits : ESO/M. Kornmesser

Côté données, il semblerait que Ross 128 b orbite 20 fois plus près de son étoile que la Terre autour du Soleil. Malgré cette proximité, Ross 128 b ne reçoit que 1,38 fois plus d’irradiation que la Terre. En conséquence, la température d’équilibre de Ross 128 b est estimée entre -60 et 20 ° C, grâce notamment à la « fraîcheur » de sa petite étoile hôte (un peu plus de la moitié de la température de surface du Soleil). Si les chercheurs impliqués dans cette découverte considèrent Ross 128 b comme une planète tempérée, une incertitude demeure encore quant à savoir si la planète se trouve à l’intérieur, à l’extérieur, ou à la limite de la zone habitable.

La prochaine étape consistera à étudier son atmosphère, sa composition et sa chimie plus en détail. La détection de biomarqueurs tels que l’oxygène dans les atmosphères d’exoplanètes les plus proches sera en effet une étape importante à franchir, que l’Extrême-Grand Télescope (ELT) sera le premier à surmonter. Actuellement en cours de construction, il doit être inauguré en 2025. Construit par l’Observatoire européen austral (ESO) il devrait normalement permettre des avancées majeures dans le domaine de l’astronomie grâce à son miroir primaire d’un diamètre de 39 mètres.

Source : SciencePost

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *