Big Brother 2.0 ? La FDA approuve la première “pilule intelligente” électronique au monde

pilule intelligente

L’annonce de l’approbation par la Food and Drug Administration des États-Unis lundi soir a marqué une victoire en tandem pour l’État providence et Big Pharma, sous la forme d’une nouvelle pilule incrustée d’un capteur, capable de détecter si un patient a pris ou non son médicament tel que prescrit ; ouvrant ainsi une véritable boîte de Pandore de conformité, de qualité des soins, de coût et plus encore.

Pour ce qui devrait être notre étonnement collectif, le maintien de l’ordre des produits pharmaceutiques, la capacité de refuser des médicaments aux patients qui ont habituellement de la difficulté à respecter un horaire, la connaissance du personnel médical quant au refus d’un patient de se conformer à un traitement et un degré de contrôle présomptueux abandonné à la prise infaillible de décisions humaines est maintenant une possibilité intenable mais distincte.

“Pouvoir suivre l’ingestion de médicaments prescrits pour une maladie mentale pourrait être utile pour certains patients”, a déclaré Mitchell Mathis, M. D., directeur de la Division des produits psychiatriques au Center for Drug Evaluation and Research de la FDA, dans un communiqué de presse publié lundi soir. La FDA soutient le développement et l’utilisation de nouvelles technologies dans les médicaments sur ordonnance et s’engage à travailler avec les entreprises pour comprendre comment la technologie pourrait bénéficier aux patients et aux prescripteurs.

Curieusement, parmi tous les types de médicaments imaginables pour tester la technologie, le choix s’est porté sur la prescription antipsychotique, Abilify (utilisée dans le traitement de la schizophrénie, des troubles bipolaires, entre autres) donnée aux patients qui souffrent fréquemment de délire et de paranoïa, ce qui les pousserait à ne pas suivre les prescriptions de façon aussi fiable, ni à avaler une pilule chargée de capteurs.

Néanmoins, la médecine numérique, la première en son genre (de toute façon, une grande avancée) supprime, dès qu’elle est respectée, la connaissance souveraine de son régime pharmaceutique, rapporte Forbes.

“Abilify MyCite sont des comprimés d’aripiprazole avec des capteurs intégrés. Une fois que la pilule est avalée, le capteur peut alors envoyer un message à un patch que vous portez, disant essentiellement que ‘la pilule a atterri. Houston, nous sommes arrivés à l’estomac’. Le patch portable peut alors transmettre cette information à une application de votre smartphone. A partir du smartphone, ces informations peuvent aller n’importe où via Internet, jusqu’à, par exemple, les membres de votre famille ou vos médecins, à condition que vous leur donniez la permission de voir ces informations. Otsuka Pharmaceutical Co, Ltd. fabrique le médicament et Proteus Digital Health fait la technologie de capteur Abilify MyCite.”

Avant même de parler des maigres avantages possibles d’une pilule plus adaptée au pire cauchemar d’un théoricien de la conspiration, comprenez que (malgré le déploiement initial de la pilule numérique sur un arrangement entièrement volontaire et consensuel entre les patients et les médecins) une pilule ingérable qui peut être suivie pour des raisons bienfaisantes est une pilule ingérable qui peut être suivie pour des raisons moins que louables, ou même malveillantes.

Sans surprise annoncée par le Times comme un progrès vers la réduction des coûts astronomiques des médicaments et des soins de santé, l’exutoire note : “Les experts estiment que la soi-disant non-observance ou la non-conformité aux médicaments coûte environ 100 milliards de dollars par an, en grande partie parce que les patients deviennent plus malades et ont besoin de traitements supplémentaires ou d’hospitalisation.”

Le Dr Paul Appelbaum, directeur du département de droit, d’éthique et de psychiatrie du département de psychiatrie de l’université Columbia, explique au New York Times : “Beaucoup de ces patients ne prennent pas de médicaments parce qu’ils n’aiment pas les effets secondaires, ou parce qu’ils ne pensent pas être malades, ou parce qu’ils deviennent paranoïaques à l’égard du médecin ou de ses intentions.”

Remarquant le choix particulier d’Abilify, il a ajouté : “Un système qui va surveiller leur comportement et envoyer des signaux hors de leur corps et avertir leur médecin ? On pourrait penser que, que ce soit en psychiatrie ou en médecine générale, les médicaments pour presque n’importe quelle autre condition seraient un meilleur choix pour commencer qu’un médicament pour la schizophrénie.”

Au-delà de l’échantillon d’essai incohérent, certains membres de la communauté psychiatrique s’inquiètent des ramifications d’un tel suivi qui pourraient s’étendre aux personnes démunies ou libérées en liberté conditionnelle ou à une myriade d’autres situations dans lesquelles l’observance de la médication dicte la capacité de recevoir de l’aide, mais pour qui le maintien d’un horaire régulier de pilules (de la rigueur inhérente au suivi numérique) pourrait ne pas être faisable.

De plus, bien que les comprimés incorporés dans le capteur se soient avérés efficaces mécaniquement, il reste à déterminer s’ils améliorent réellement la conformité.

“Est-ce que cela va permettre aux gens de faire moins de rechutes, de ne pas avoir de réadmissions inutiles à l’hôpital, d’améliorer leur vie professionnelle et sociale ?”, s’interroge le Dr Jeffrey Lieberman, président de la psychiatrie de l’université Columbia et NewYork-Presbyterian Hospital, qui affirme son efficacité générale, notamment chez les patients présentant pour la première fois des symptômes psychotiques.

“Il y a une ironie dans le fait qu’il est donné aux personnes atteintes de troubles mentaux qui peut comprendre des illusions”, a-t-il ajouté. “C’est comme un Big Brother biomédical.”

Selon le Wall Street Journal, les fabricants de pilules numériques similaires devraient inonder la FDA, maintenant qu’Abilify MyCite a ouvert la voie ; avec une course concomitante pour adapter les logiciels à l’innovation naissante.

Cependant, le temps qui va s’écouler jusqu’à ce qu’un organisme gouvernemental, une société pharmaceutique ou un système de soins de santé tendu mette au point un moyen d’exploiter la pilule équipée de capteurs pour en faire une sanction sous une forme ou une autre demeure une conjecture inconfortable.

Source : The Mind Unleashed

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *