Quelque chose au centre de notre galaxie a provoqué une éruption colossale il y a 3,5 millions d’années


Le centre de la Voie lactée est un endroit relativement calme maintenant (comparé à d’autres centres galactiques), mais cela n’a pas toujours été le cas.

éruption-voie-lactée

En fait, il y a seulement 3,5 millions d’années, il s’agissait d’une véritable émeute – expulsant une explosion d’énergie ayant finalement projeter 200 000 années-lumière au-dessus et au-dessous du plan galactique.

Les ondes de choc de cette éruption colossale – appelée éruption de Seyfert – peuvent être observées aujourd’hui dans le courant magellanique, un courant de gaz à grande vitesse s’étendant des grands et petits nuages de Magellan, à 200 000 années-lumière de la Voie lactée.

C’était si puissant que les astronomes pensent que l’événement ne peut provenir que de Sagittaire A*, le trou noir supermassif au centre de la Voie lactée. Parce que les premières preuves de l’éruption ont été publiées en 2013, ils ont nommé l’événement BH2013.

(James Josephides/ASTRO 3D)

En 2013, l’astrophysicien Joss Bland-Hawthorn de l’Université de Sydney et de l’International Centre for Radio Astronomy Research (ICRAR) et ses collègues ont estimé que l’événement s’est produit il y a entre 1 et 3 millions d’années.

Aujourd’hui, un plus grand nombre d’observations effectuées à l’aide du télescope spatial Hubble – et donc un plus grand ensemble de données – ont fourni des preuves encore plus convaincantes pour l’événement. Et l’équipe a été en mesure de réduire la durée et le moment où l’événement s’est produit, ainsi que sa durée.

“Ces résultats changent radicalement notre compréhension de la Voie lactée “, a déclaré l’astronome Magda Guglielmo de l’Université de Sydney.

“Nous avons toujours considéré notre galaxie comme une galaxie inactive, avec un centre moins brillant. Ces nouveaux résultats ouvrent plutôt la possibilité d’une réinterprétation complète de son évolution et de sa nature.”

Il y a plusieurs indices qui ont aidé à dresser le tableau. Les plus claires sont les énormes bulles de Fermi de rayons gamma et X, s’étendant au-dessus et au-dessous du plan galactique, détectées par les satellites Fermi et ROSAT. Ces bulles s’étendent, au total, à environ 50 000 années-lumière – 25 000 au-dessus et 25 000 au-dessous du plan galactique.

Puis, en 2013, les astronomes ont rapporté la découverte d’une émission d’hydrogène alpha le long d’une section du courant magellanique directement dans l’alignement de la bulle. L’explication la plus probable, ont-ils expliqué, était une explosion d’énergie ionisante en provenance du centre de la Voie lactée.

Ce que Hubble a repéré est une autre pièce de ce puzzle. Certains rapports d’absorption dans les longueurs d’onde ultraviolettes révèlent que certains nuages dans le flux sont fortement ionisés, et par une source très énergétique.

Nous montrons comment ces nuages sont pris dans un faisceau de “cônes d’ionisation” bipolaires et radiatifs provenant d’un noyau de Seyfert associé à Sgr A*, ont écrit les chercheurs dans leur article.

Fondamentalement, deux cônes en expansion, partant d’une petite région proche du centre galactique et s’étendant vers l’extérieur au-dessus et au-dessous du plan galactique, ont projeté un rayonnement ionisant si loin dans l’espace qu’ils ont ionisé le gaz dans le flux magellanique, à des centaines de milliers d’années-lumière de là.

“L ‘éruption devait être un peu comme le faisceau d’un phare”, a dit Bland-Hawthorn. “Imaginez l’obscurité, et puis quelqu’un allume une balise de phare pour une courte période de temps.”

Diagramme schématique du champ de rayonnement ionisant au-dessus de l’hémisphère galactique sud, perturbé par l’éruption. (Bland-Hawthorne, et al. /ASTRO 3D)

Rien d’autre que les jets relativistes d’un trou noir qui se nourrit activement pourraient être assez puissants pour produire cet effet, selon les chercheurs.

L’éruption a eu lieu il y a environ 3,5 millions d’années et a duré environ 300 000 ans. C’est un souffle assez court sur l’échelle cosmique.

Ici sur Terre, c’était déjà le Pliocène, l’époque où la plupart des espèces modernes ont émergé.

Et bien qu’il semble que Sgr A* ait été relativement calme dans l’intervalle, des observations récentes montrent de l’activité.

“C’est un événement dramatique qui s’est produit il y a quelques millions d’années dans l’histoire de la Voie lactée”, a déclaré l’astronome Lisa Kewley de l’Australian National University et de l’ARC Centre of Excellence for All Sky Astrophysics en 3D.

“Une explosion massive d’énergie et de radiations est sortie du centre galactique et s’est abattue sur les matériaux environnants. Cela montre que le centre de la Voie Lactée est un endroit beaucoup plus dynamique qu’on ne le pensait.”

Notre distance de 26 000 années-lumière du centre galactique signifie que nous sommes probablement à l’abri de toute éruption géante – après tout, il semble que nous soyons sortis indemnes de BH2013. Mais si on a de la chance, on verra peut-être un sacré spectacle de lumières.

La recherche a été acceptée dans The Astrophysical Journal et une version préliminaire est disponible ici.

Lire aussi : Les astronomes ont un plan audacieux pour filmer le trou noir au centre de notre galaxie

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *