Les citoyens chinois devront scanner leurs visages pour utiliser Internet


Les citoyens chinois devront utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour accéder à Internet.

internet-chine-reconnaissance-faciale

(AP) – Le gouvernement chinois poursuit ses pratiques orwelliennes en annonçant que les citoyens devront utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour accéder à Internet (qui est déjà très cloisonné.)

Tout cela fait partie du système de crédit social de la Chine qui entrera en vigueur le 1er décembre. Une fois la loi entrée en vigueur, les citoyens chinois qui souhaitent installer Internet chez eux ou sur leur smartphone devront se soumettre à un processus de reconnaissance faciale par les autorités chinoises pour prouver leur identité, conformément à la nouvelle réglementation.

C’est important parce que maintenant le gouvernement chinois va utiliser Internet pour évaluer les citoyens en fonction de leur comportement quotidien en ligne.

Depuis 2015, les citoyens chinois sont tenus de présenter leur carte d’identité lorsqu’ils demandent une ligne fixe ou Internet. Cette nouvelle loi est mise en place pour vérifier que la pièce d’identité appartient à la personne qui demande des services.

La nouvelle loi a été publiée sur le site Web du ministère chinois de l’Industrie et des Technologies de l’information (MIIT) et distribuée à tous les opérateurs de télécommunications chinois le 27 septembre, ce qui comprend trois exigences à satisfaire, rapporte Epoch Times.

Tout d’abord, toutes les entreprises de télécommunications doivent utiliser la reconnaissance faciale pour vérifier si l’utilisateur qui demande une connexion Internet est le propriétaire de la carte d’identité qu’il utilise depuis le 1er décembre. En même temps, les opérateurs doivent vérifier que la pièce d’identité est authentique et valide.

Deuxièmement, toutes les entreprises de télécommunications doivent mettre à niveau les modalités de leur service et aviser tous leurs clients qu’elles ne sont pas autorisées à transférer ou à revendre leur carte SIM de téléphone cellulaire à une autre personne avant la fin novembre 2019.

Troisièmement, les entreprises de télécommunications devraient aider leurs clients à vérifier s’il existe des numéros de téléphone cellulaire ou de ligne terrestre qui ne leur appartiennent pas mais qui sont enregistrés à leur nom depuis le 1er décembre. Pour les numéros non identifiés, les opérateurs de télécommunications doivent enquêter et fermer les lignes immédiatement.

Cela fait suite à un autre programme pilote chinois qui permet aux citoyens de payer leur voyage en métro ou en train en utilisant uniquement leur biométrie faciale, comme l’a rapporté Activist Post. Ce nouveau système compense également les Chinois âgés de la ville de Shenzhen, en leur offrant un tour gratuit – s’ils paient avec leur visage – en les incitant à utiliser la technologie de reconnaissance faciale.

La Chine prévoit de fusionner ses plus de 170 millions caméras de sécurité avec l’intelligence artificielle et la technologie de reconnaissance faciale pour créer un état de méga-surveillance. Cela s’ajoute au système de crédit social de la Chine qui classe les citoyens en fonction de leur comportement et récompense ou punit en fonction de ces scores.

Selon le dernier rapport de la société d’études de marché américaine IDC, la Chine a dépensé 10,6 milliards de dollars en matériel de vidéosurveillance en 2018. Le cabinet ajoute que les dépenses de la Chine devraient atteindre 20,1 milliards de dollars en 2023. En 2018, 64,3 % des dépenses de la Chine ont été consacrées exclusivement aux caméras de surveillance. Un chiffre inquiétant pour l’avenir de la Chine.

IDC a annoncé le 30 janvier qu’elle prévoyait que la Chine aurait installé 2,76 milliards de caméras de surveillance en 2022.

Déjà, les villes, les salles de classe et même les toilettes de la Chine sont inondées de technologie de reconnaissance faciale. Dans les salles de classe, la technologie de reconnaissance faciale surveille les élèves et rend compte de leurs actions aux enseignants et aux parents. Alors que pour avoir accès au besoin fondamental d’utiliser du papier hygiénique dans les toilettes publiques, la Chine exige des citoyens qu’ils scannent leur visage juste pour s’essuyer les fesses.

Comme si cela ne suffisait pas, les scientifiques chinois ont récemment mis au point une caméra d’intelligence artificielle (IA) de 500 mégapixels capable de capturer une image panoramique d’un stade entier avec la possibilité de viser un seul individu en un instant, selon Global Times.

La mise à niveau de la technologie de reconnaissance faciale est mise au point par l’Université Fudan de Shanghai et l’Institut d’optique, de mécanique fine et de physique de l’Académie chinoise des sciences de Changchun, capitale de la province de Jilin, dans le nord-est du pays.

L’Université Fudan et l’Institut d’optique de Changchun ne sont pas les premiers chercheurs à faire progresser la reconnaissance faciale. Il y a aussi YITU Technology de Shanghai qui a fait évoluer l’industrie de la reconnaissance faciale en étant capable d’identifier une personne en quelques secondes à partir d’une base de données de personnes, même si seul son visage partiel est visible, rapporte CNBC.

L’évolution de la technologie de reconnaissance faciale est documentée par des chercheurs de l’Université de Bradford qui ont découvert que “la technologie de reconnaissance faciale fonctionne même lorsque seulement la moitié du visage est visible”, selon EurekAlert.

La Chine devient rapidement le pire cauchemar d’Orwell, faisant progresser ses exigences et l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale. Lors de manifestations, des militants de Hong Kong ont commencé à faire briller des pointeurs laser sur les caméras de reconnaissance faciale pour perturber leur fonction. Les manifestants ont également pris des mesures supplémentaires, comme pulvériser de la peinture sur les lentilles des caméras dans la rue ou autour des bureaux du gouvernement, comme l’a rapporté Activist Post.

Cette dernière vague de répression, qui oblige maintenant les internautes chinois à enregistrer leur visage s’ils veulent utiliser le service, est une étape importante dans la création d’une société dystopique. La question évidente qui demeure est de savoir dans combien de temps ce type d’obligation d’identification faciale s’étendra aux États-Unis et dans l’Union européenne. Nous savons que les États-Unis veulent depuis longtemps une loi sur l’identification par Internet, selon Amie Stepanovich, avocat de la sécurité nationale au Electronic Privacy Information Center à Washington. Le fait que ce processus puisse maintenant inclure la reconnaissance faciale grâce à la Chine qui l’a déployé en premier est une horrible pensée cauchemardesque – bienvenue dans 1984.

Lire aussi : Les États-Unis mettent au point un “cerveau artificiel” espion appelé Sentient

Sources : The Mind Unleashed, Activist Post – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *