Une étude révèle que nous vivons dans les ruines d’une collision galactique épique


Et cela pourrait nous aider à résoudre le mystère de la matière noire.

Rencontre avec un fantôme

Une collision avec le “fantôme d’une galaxie” il y a des millions d’années hante encore la Voie lactée.

En novembre, les astronomes ont annoncé la découverte d’Antlia 2, une galaxie de faible densité mais relativement massive en orbite autour de la Voie lactée.

Aujourd’hui, une équipe du Rochester Institute of Technology a fourni la preuve qu’une collision galactique passée avec Antlia 2 est à blâmer pour les grandes ondulations du disque externe d’hydrogène de la Voie lactée – ce qui pourrait résoudre un mystère qui a intrigué les scientifiques pendant plus d’une décennie.

Collision galactique

Sukanya Chakrabarti, professeure adjointe à Rochester, a présenté les conclusions de son équipe, qui ont été soumises à The Astrophysical Journal Letters et sont actuellement publiées sur le serveur de pré-impression arXiv, lors d’une réunion de l’American Astronomical Society, mercredi.

À l’aide de données recueillies par le satellite Gaia de l’Agence spatiale européenne, ils ont calculé la trajectoire passée d’Antlia 2 et ont découvert qu’elle avait probablement heurté la Voie lactée il y a des centaines de millions d’années, causant les ondes que nous voyons encore aujourd’hui.

L’équipe a également effectué des simulations pour éliminer une cause antérieurement proposée des ondulations : une collision galactique avec la galaxie naine du Sagittaire.

Matière Noire

Sukanya Chakrabarti croit qu’Antlia 2 pourrait aussi aider les scientifiques à résoudre un autre mystère : la matière noire.

“Nous ne comprenons pas quelle est la nature de la particule de matière noire”, dit-elle dans un communiqué de presse, “mais si vous croyez savoir à quel point il y a de matière noire, alors ce qui reste à déterminer est la variation de la densité avec le rayon.

“Si Antlia 2 est la galaxie naine que nous avions prédit, vous savez ce que devait être son orbite”, poursuit-elle. “Vous savez qu’elle devait s’approcher du disque galactique. Cela impose donc des contraintes strictes, non seulement sur la masse, mais aussi sur son profil de densité. Cela signifie qu’en fin de compte, vous pourriez utiliser Antlia 2 comme un laboratoire unique pour en apprendre davantage sur la nature de la matière noire.”

Lire aussi : C’est réel : des astronomes viennent de découvrir une deuxième galaxie sans matière noire

Source : Futurism – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *