Ce que la poussière dans votre maison révèle sur vous

poussière-maison

Même si vous ne vivez qu’avec vous-même, vous n’êtes pas seul.

Dans une récente analyse d’échantillons de poussières prélevés dans 1 200 foyers à travers les États-Unis, les chercheurs rapportent que la plupart d’entre nous cohabitent avec quelques milliers d’espèces de bactéries et environ 2 000 espèces de champignons.

Mais ne vous précipitez pas encore sur les brosses et le désinfectant pour le moment.

«Je ne veux pas rendre des lecteurs paranoïaque à ce sujet”, a déclaré Noah Fierer, écologiste microbien à l’université du Colorado, Boulder. «La plupart des organismes sont complètement inoffensifs, et certains peuvent être bénéfiques.”

Dans un article publié cette semaine dans Proceedings of the Royal Society B, Fierer et ses collègues rapportent que ces communautés microscopiques peuvent aussi indiquer des détails révélateurs sur les personnes avec qui ils vivent.

Il se trouve que la composition spécifique d’une communauté de bactéries d’une maison change en fonction de l’existence d’un chien ou d’un chat dans la maison, ainsi que le ratio hommes/femmes dans la maison. La composition de la communauté de champignons, d’autre part, peut suggérer dans quelle région et quel climat une personne vit.

“Si vous voulez changer les types de champignons auxquels vous êtes exposés dans votre maison, alors il est préférable de se déplacer dans une maison différente (de préférence loin),” écrivent les auteurs. “Si vous voulez changer vos expositions bactériennes, alors vous avez juste à changer le lieu où vous vivez.”

Pour en venir à ces conclusions, l’équipe de recherche à demandé l’aide aux citoyens scientifiques à travers le pays par le biais d’un site Web appelé Your Wild Life qui permet de faciliter l’étude de la vie microbienne. Les bénévoles ont reçu une sorte de coton-tige stérile et on leur a demandé de prélever des échantillons au-dessus d’une porte intérieure et d’une porte extérieure.

“La raison pour laquelle nous avons demander de faire les prélèvements à cet endroit est parce que les gens ne le touchent pas, et il n’est généralement pas nettoyé très souvent,” dit Fierer.

La poussière domestique est constituée d’un méli-mélo de parties d’insectes, de pollen, de cellules humaines mortes, et aussi des choses qui ne vivent pas, comme la poudre murale sèche, des fibres de tapis et des particules de sol. Il y a aussi une bonne quantité de bactéries aéroportées et de champignons là-dedans aussi.

Le double échantillonnage a permis aux chercheurs de voir si les populations microbiennes différaient entre l’intérieur et l’extérieur.

Après le dépoussiérage pour la science, les participants ont également été invités à remplir un questionnaire qui comprenait des questions sur l’âge de leur maison, le nombre de chambres, si il y a un sous-sol, de la moquette, combien de fois les fenêtres ont été laissées ouvertes et si des insecticides ou des produits chimiques avaient été utilisés récemment.

“Nous avons demandé toutes sortes de questions, mais la plupart d’entre elles n’étaient pas très prédictives», a déclaré Fierer.

Pourtant, certains modèles se dégagent.

Les chercheurs ont constaté que la plupart des champignons dans nos maisons proviennent de l’extérieur et sont susceptibles d’entrer dans nos maisons par les particules du sol ou des spores. Par conséquent, les gens qui vivent dans la même zone géographique sont susceptibles d’avoir les mêmes types de champignons dans leurs maisons.

Ce n’est pas le cas pour les bactéries, quoique. L’équipe a constaté une plus grande divergence entre les communautés de bactéries dans et hors de la maison, avec la population de bactéries intérieure qui est nettement plus diversifiée que la population en dehors.

La situation géographique de la maison ne semble pas avoir une influence sur la communauté de bactéries, ont-ils écrit, mais la présence d’animaux de compagnie si.

“Il y avait beaucoup de variables, mais les deux principales choses que nous avons remarqué étaient si la personne a vécu avec un chien ou un chat», a déclaré Fierer.

Il a ajouté que l’équipe a également été en mesure de prédire le ratio femmes/hommes dans un ménage en fonction de la composition des bactéries, bien que cet effet était plus subtile.

Des études antérieures avaient suggéré que les communautés bactériennes dans les maisons sont associées avec les gens et leurs animaux de compagnie, mais personne n’avait jamais observé un ensemble si grand et géographiquement diversifié d’échantillons auparavant.

“Ceci est la première étude à grande échelle qui soutient ce que nous savons déjà sur les microbes dans l’environnement de la maison,” a dit Jack Gilbert, un microbiologiste de U.S. Department of Energy’s Argonne National Laboratory. «Cela nous donne plus de pouvoir pour comprendre les effets de différents facteurs sur ces communautés.”

Fierer a dit que les données de cette étude seront rendues publics en ligne afin que d’autres chercheurs puissent les utiliser. Il a également ajouté que la recherche n’aurait pas été possible sans l’aide bénévole des scientifiques citoyens.

«Idéalement, nous aurions une équipe de scientifiques tous formés pour échantillonner exactement de la même manière, mais nous n’aurions jamais eu les fonds pour le faire», a-t-il dit. “Nous n’aurions jamais fait cette recherche sans notre armée de bénévoles.»

Source : Los Angeles times par Deborah Netburn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *