L’Américain moderne travaille plus longtemps avec moins de vacances que les paysans au Moyen Âge

Aussi incroyable que cela puisse paraître, l’Américain moderne consacre plus d’heures à travailler que les paysans au Moyen Âge.

Alors que beaucoup de gens ressentent une pression croissante pour travailler de longues heures dans l’économie d’aujourd’hui, même les victimes les plus durement touchées par l’économie des petits boulots pourraient supposer qu’au moins elles ne travaillent pas aussi dur qu’un paysan au Moyen Âge.

Mais cette hypothèse serait fausse.

Juliet Schor, professeur de sociologie au Boston College, explique dans son livre The Overworked American: The Unexpected Decline of Leisure, que l’Américain moyen en 1987 travaillait environ 1 949 heures par an, tandis qu’un paysan adulte du 13e siècle en Angleterre accumulait environ 1 620 heures par an.

Illustration médiévale d’hommes récoltant le blé

Selon les dernières données disponibles sur le travail, les paysans au Moyen Âge continuent à travailler moins d’heures que les Américains. En 2017, le nombre moyen d’heures travaillées par les Américains a atteint 1 780 par an.

Les économistes du siècle dernier se sont trompés sur la direction que prenait le travail. Selon Business Insider, “John Maynard Keynes, l’un des fondateurs de l’économie moderne, a prédit que d’ici 2030, les sociétés avancées seraient suffisamment riches pour que le temps libre, plutôt que le travail, caractérise les modes de vie nationaux. Jusqu’à présent, ces prévisions ne sont pas bonnes.”

John Maynard Keynes

Les États-Unis sont le seul pays avancé qui n’a pas de politique nationale en matière de vacances. “De nombreux travailleurs américains doivent continuer à travailler pendant les jours fériés, et les jours de vacances restent souvent inutilisés”, a déclaré Business Insider. “Même lorsque nous avons enfin pris des vacances, nous sommes nombreux à répondre aux e-mails et à vérifier si nous campons avec les enfants ou si nous essayons de nous détendre sur la plage.”

Mais comment les choses auraient-elles pu être meilleures à l’époque médiévale ?

“Avant le capitalisme, la plupart des gens ne travaillaient pas du tout de très longues heures”, écrit Juliet Schor dans son livre. “Considérez une journée de travail typique à l’époque médiévale. Elle s’étendait de l’aube au crépuscule (seize heures en été et huit en hiver), mais, comme l’a noté l’évêque Pilkington, le travail était intermittent – il s’arrêtait pour le petit déjeuner, le déjeuner, la sieste habituelle et le dîner”.

Selon l’heure et le lieu, il y avait aussi des pauses-rafraîchissements en milieu de matinée et en milieu d’après-midi. Ces périodes de repos étaient les droits traditionnels des travailleurs, dont ils jouissaient même pendant les périodes de pointe de la récolte. Pendant les périodes creuses, qui représentaient une grande partie de l’année, le respect des horaires de travail réguliers n’était pas habituel. Selon le professeur James E. Thorold Rogers, professeur à Oxford, la journée de travail médiévale ne durait pas plus de huit heures.

Le labourage et la récolte étaient sans aucun doute des travaux pénibles, mais le paysan bénéficiait de huit semaines à la moitié de l’année.

Sculpture de portraits de paysans français du XVIIIe siècle de l’artiste George S. Stuart. Musée du comté de Ventura, Californie. Photo par Peter d’Aprix CC par SA-3.0

L’Église catholique, consciente de la façon d’empêcher une population de se rebeller, a imposé de fréquentes fêtes obligatoires. Mariages et naissances peuvent par exemple signifier une semaine de congé pour célébrer, “et quand des jongleurs errants ou des événements sportifs venaient en ville, le paysan s’attendait à un congé pour se divertir”, selon Business Insider. “Il y avait des dimanches sans travail, et quand la saison des labours et des récoltes était terminée, le paysan avait le temps de se reposer, lui aussi.”

En fait, Juliet Schor a constaté que pendant les périodes où les salaires étaient particulièrement élevés, comme en Angleterre au XIVe siècle, les paysans ne consacraient pas plus de 150 jours par an. “Tout compte fait, le temps des vacances dans l’Angleterre médiévale prenait probablement environ un tiers de l’année”, écrit-elle dans son livre. “Et les Anglais travaillaient apparemment plus dur que leurs voisins. L’ancien régime français aurait garanti cinquante-deux dimanches, quatre-vingt-dix jours de repos et trente-huit jours de vacances. En Espagne, les voyageurs ont noté que les vacances totalisaient cinq mois par an.”

Alors que l’Américain moderne, après un an de travail, obtient en moyenne huit jours de vacances par an, c’est moins que les paysans au Moyen Âge.

Les gens qui craignent des licenciements ou de devenir dispensables pourraient même ne pas prendre les jours de vacances auxquels ils ont droit dans leur travail. “Dans une période de chômage constamment élevé, d’insécurité d’emploi et de syndicats faibles, les employés n’ont pas d’autre choix que d’accepter les conditions fixées par la culture et l’employeur individuel”, a déclaré Business Insider.

Lire aussi : La semaine de travail de 4 jours au lieu de 5 permet de diminuer le stress et d’augmenter la productivité

Source : Vintage News – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *