L’interdiction des réfugiés de Trump est-elle illégale ? Les cinq derniers présidents ne le pensaient pas

L'interdiction-réfugiés

Avant d’écrire un mot de plus, je me sens obligé de dissiper un mythe populaire établi par les démocrates et leur division de propagande, les médias «traditionnels» : le décret d’immigration signé par le président Donald Trump au cours du week-end (celui qui a stimulé la colère de la gauche) n’est pas une “interdiction musulmane”.

Peu importe combien de fois les journalistes mainstream l’ont rapporté de cette façon, ou les sénateurs démocratiques avec de fausses larmes qui prétendent que ce décret est un scandale, mais il ne l’est tout simplement pas. L’ordonnance, que vous pouvez lire ici, ne fait que suspendre l’entrée des “immigrants et des non-immigrants” pendant 90 jours aux États-Unis qui viennent de pays où vivent des groupes et des activités terroristes. Pourquoi ? Ainsi, les services de renseignement et de sécurité intérieure des États-Unis de l’administration Trump ont l’occasion de revoir les politiques actuelles, y compris celles qui ont été appliquées aux individus de ces pays majoritairement musulmans mis en place par le président Obama.

Pourquoi ? Parce qu’il y a des questions légitimes au sujet des processus d’enquête de l’ère Obama après que près de deux douzaines de personnes qui ont été «examinées» ont été autorisées dans notre pays, seulement pour lancer des activités terroristes.

Mais au-delà de ces faits, l’action de Trump est mise en doute comme constitutionnellement suspecte. Comme illégale. Pourtant, si l’on prend en considération les actions similaires commandées par les cinq présidents précédents, cet argument ne tient pas, malgré l’ordre de suspendre une partie des actions par un juge fédéral libéral. (Découvrez les menaces actuelles à notre sécurité à NationalSecurity.news)

Avant d’aborder ce point, examinons un mémoire publié récemment par le Service de recherche parlementaire non partisan sur cette question, intitulé «Autorité exécutive pour exclure les étrangers».

«La loi sur l’immigration et la nationalité (INA) prévoit que les étrangers en dehors des États-Unis sont ‘inadmissibles’ (ou interdits d’admission dans le pays) pour des raisons de santé, de criminalité, de sécurité et autres motifs énoncés dans l’INA». Cependant, l’INA accorde également aux cadres plusieurs pouvoirs plus larges qui pourraient être utilisés pour exclure certains étrangers ou classes d’étrangers pour des raisons qui ne sont pas spécifiquement prescrites dans l’INA.”

Plus précisément, les présidents s’appuient principalement sur l’article 212(f) de la loi, qui se lit comme suit :

“Chaque fois que le Président constate que l’entrée des étrangers ou de toute catégorie d’étrangers aux États-Unis est susceptible de porter préjudice aux intérêts des États-Unis, il pourra suspendre, par proclamation et pour la période qu’il jugera nécessaire, tous les étrangers ou toute catégorie d’étrangers en tant qu’immigrants ou non-immigrants, ou imposer à l’entrée des étrangers toute restriction qu’il jugera appropriée.”

Il n’y a rien de plus clair, et c’est ce que dit une loi fédérale.

Mais dans ce cas, si un président estime que certaines personnes de certaines parties du monde (ou de toutes les régions du monde) sont dangereuses et les admet aux États-Unis pour un risque inacceptable pour la sécurité nationale, alors il a l’autorité, en tant que président, de les interdire, pour un peu de temps, pendant un long moment, ou de façon permanente. C’est comme ça.

Ce que les médias traditionnels font, alors, est de fouetter inutilement les tensions et de ventiler les flammes de la division et l’opposition à l’administration de Trump. Ils utilisent même l’ancien président Obama, donnant une plateforme à un ex-président pour critiquer l’actuel président.

C’est de l’hystérie générale, étant donné qu’Obama (et les anciens présidents George W. Bush, Bill Clinton, George H. W. Bush et Ronald Reagan) ont tous fait la même chose que Trump à une ou plusieurs reprises au cours de leur administration. (Découvrez les dernières actions de l’administration Trump à Whitehouse.news)

Comme l’indique le mémoire du CRS :

  • Ronald Reagan – 5 fois
  • George H. W Bush – 1 fois
  • Bill Clinton – 12 fois
  • George W. Bush – 6 fois
  • Barack Obama – 19 fois

Où était alors l’outrage de la gauche à tous ces moments là ? Ce qui n’est pas mentionné dans le mémoire, c’est que le département d’État d’Hillary Clinton a suspendu toutes les demandes d’asile en provenance d’Irak pendant six mois en 2011, sans action présidentielle.

L’indignation actuelle de l’action de Trump fait partie d’une stratégie globale visant à perturber, délégitimer et sermonner son administration à perpétuité, aussi longtemps qu’il est en fonction. Elle n’est pas basée sur les faits ou sur l’autorité présidentielle passée, mais sur l’hystérie générée par les médias.

Source : Newstarget

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *