«C’est des briques les copains» : le tweet d’une politique belge sur Notre-Dame indigne

«Briques», «charpente», «délire de l’émocratie» … La conseillère communale de Mons, Opaline Meunier, est au cœur d’une polémique depuis qu’elle s’est exprimée sur son compte Twitter à propos de l’incendie de Notre-Dame.

Plus tard, la politique a retiré son tweet avant de s’excuser vis-à-vis des personnes qui auraient pu se sentir blessées.

Alors que la capitale française, ainsi que la communauté internationale, pleurait lundi soir sur le sort de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le tweet d’Opaline Meunier, candidate cdH en Belgique, sur l’incendie a fait polémique.

«C’est des briques les copains. Une charpente. Ça se reconstruit. Y a pas de blessés. Bern qui pleure au JT c’est du délire de l’émocratie. Y a tellement de drames dans le monde pour lesquels je voudrais parfois voir quelqu’un pleurer au JT», a écrit la conseillère communale de Mons sur son compte Twitter.

notre-dame-tweet

https://twitter.com/FallaitPasSuppr/status/1117875019592491017

Cette déclaration est survenue après la diffusion des images de l’animateur français Stéphane Bern, en pleurs face à l’ampleur de l’incendie.

Tout en réaffirmant sa position, elle a tout de même supprimé sa publication en raison du nombre de réactions qu’elle engendrait, et s’est expliquée :

Un incendie s’est déclaré le 15 avril dans la cathédrale Notre-Dame de Paris. Selon les médias qui se réfèrent aux pompiers, le feu serait «potentiellement lié» aux travaux de rénovation de ce monument historique, le plus visite d’Europe. La rénovation de la flèche de Notre-Dame, en vue notamment d’en refaire l’étanchéité, était en cours.

L’incendie intervient au premier jour des célébrations de la Semaine sainte qui mène à Pâques, principale fête chrétienne.

La cathédrale a déjà connu un incendie de moindre ampleur en octobre 1944. Les flammes s’étaient alors propagées par la flèche et le toit.

Lire aussi : Les scandales pédophiles s’expliquent par la révolution sexuelle des années 60, selon Benoît XVI

Source : Sputnik

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *