Cette molécule organique pourrait-elle être la pierre angulaire de toute vie ?


Le composé organique glycolonitrile a été récemment repéré dans la matière stellaire entourant une jeune étoile bien documentée.

glycolonitrile-molécule-vie

Sa présence dans l’histoire de l’étoile pourrait aider les chercheurs à déterminer comment elle et d’autres molécules organiques similaires se sont retrouvées sur Terre, menant ainsi au développement de la vie telle que nous la connaissons.

Le glycolonitrile est une molécule prébiotique, c’est-à-dire une molécule organique qui précède l’apparition des organismes vivants. Il a la formule chimique HOCH2CN, qui désigne sa composition d’atomes de carbone, d’hydrogène, d’azote et d’oxygène.

Des chercheurs de l’Université Queen Mary de Londres (QMUL) et d’autres instituts universitaires ont identifié la présence de la molécule dans le nuage stellaire entourant la protoétoile IRAS16293-2422 B. Situé dans la constellation Ophiuchus, elle peut être considérée une version plus jeune du Soleil. Les similitudes en ont fait l’une des protoétoiles les mieux étudiées de la galaxie.

IRAS16293-2422 B n’est qu’une des nombreuses jeunes étoiles qui peuplent une région de l’espace formant des étoiles appelée Rho Ophiuchi. Ces étoiles sont enveloppées d’épais nuages de poussière cosmique et de gaz stellaire, un peu comme celui que porte le Soleil lorsqu’il façonne lentement mais sûrement le système solaire dans son apparence actuelle.

glycolonitrile-molécule-vie

La région de formation d’étoiles du système stellaire Rho Ophiuchi. L’emplacement d’IRAS16293-2422 B est indiqué par le cercle blanc.

La matière stellaire d’une jeune étoile semblable au Soleil contient des composés organiques vitaux pour les formes de vie.

La présence de glycolonitrile dans une protoétoile semblable à une étoile solaire fournit un indice énorme sur le développement de notre propre système solaire il y a bien longtemps. Les planètes sont formées à partir de la matière stellaire laissée par la naissance de leur étoile mère.

Si la matière stellaire contenait déjà des composés organiques comme le glycolonitrile, alors les planètes faites de ces poussières et gaz commenceraient avec une bonne quantité des ingrédients nécessaires pour créer des formes de vie simples.

Il se trouve que le glycolonitrile est l’un des ingrédients importants qui peuvent être synthétisés en adénine, qui est une composante de base pour la fabrication de macromolécules d’ADN et d’ARN.

L’ADN stocke les données génétiques d’un organisme vivant, tandis que l’ARN code, décode, régule et exprime ces gènes pendant diverses fonctions biologiques. Avec les protéines, ce sont les macromolécules nécessaires à la vie.

“Nous avons montré que cette importante molécule pré-biotique peut se former dans le matériau d’où émergent les étoiles et les planètes, ce qui nous rapproche un peu plus de l’identification des processus qui ont pu mener à l’origine de la vie sur Terre”, rapporte Shaoshan Zeng, chercheur du QMUL, qui a publié les conclusions de son équipe dans Monthly Notices of the Royal Astronomical Society: Letters.

IRAS16293-2422 B contient non pas une, mais deux molécules organiques.

Zeng et ses collègues n’étaient pas les seuls à examiner IRAS16293-2422 B. Ils faisaient partie d’un effort international de chercheurs américains et européens, et leur principal instrument d’étude était le puissant radiotélescope ALMA au Chili.

L’effort de recherche dirigé par la QMUL a utilisé l’ALMA pour balayer le milieu interstellaire en formation d’étoiles qui entourait IRAS16293-2422 B. Les chercheurs ont examiné les lectures jusqu’à ce qu’ils découvrent la signature chimique distincte du glycolonitrile. Ensuite, ils ont évalué les conditions des endroits où ils ont trouvé la molécule organique.

De plus, ils ont créé des modèles informatiques de réactions chimiques qui pourraient produire du glycolonitrile dans le milieu interstellaire. Cela leur a permis de comprendre les processus chimiques qui auraient pu être responsables de l’apparition des molécules organiques dans cette région de l’espace.

Plus tôt, une autre équipe de recherche de la QMUL a rapporté avoir trouvé une molécule organique similaire dans IRAS16293-2422 B. Ils ont trouvé un isomère de glycolonitrile appelé isocyanate de méthyle, qui réarrange le même nombre d’atomes et présente ainsi différentes propriétés. La présence de ces molécules organiques suggère que le milieu interstellaire peut produire des composés associés à la vie.

Lire aussi : Il y a 565 millions d’années, la Terre était “au bord de l’effondrement”

Sources : Cosmic News, ScienceDaily.com, Academic.OUP.com, RNASociety.org – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *