KFC va tester le poulet végétal de Beyond Meat


KFC fait l’essai du poulet d’origine végétale de Beyond Meat dans un magasin d’Atlanta, en Géorgie.

KFC-beyond-meat-poulet

  • KFC distribuera des échantillons gratuits de ses nouveaux nuggets de “poulet” sans viande et de ses ailes désossées dans un restaurant d’Atlanta mardi prochain.
  • KFC a déjà testé un sandwich “poulet” sans viande au Royaume-Uni, où le produit s’est vendu en quatre jours.
  • L’industrie de la viande alternative est en plein essor. Un rapport récent prévoit que d’ici 2040, environ 60 % de la “viande” consommée par la population proviendra des plantes.

En 2018, White Castle est devenu le premier fast-food américain à offrir un burger végétal, l’Impossible Slider. Depuis, d’autres grandes chaînes – parmi lesquelles Burger King, Umami Burger et Carl’s Jr. – se sont jointes au mouvement des hamburgers sans viande, ajoutant à leurs menus des alternatives à base de viande végétale fabriquées par Impossible Foods ou son rival Beyond Meat. Selon presque tous les indicateurs, ces hamburgers sans viande ont connu un succès retentissant.

Maintenant, la question est : les consommateurs américains et l’industrie alternative de la viande sont-ils prêts pour le “poulet” sans viande ?

Aujourd’hui, Kentucky Fried Chicken and Beyond Meat espère le découvrir. Le couple prévoit de distribuer des échantillons gratuits de nuggets de “poulet” végétaliens à base de plantes et d’ailes désossées à un endroit à Smyrne, Atlanta, le mardi de 10 h à 18 h 30.

“KFC Beyond Fried Chicken est si délicieux que nos clients auront du mal à dire qu’il est à base de plantes”, a déclaré Kevin Hochman, président et directeur de la conception de KFC U.S. “Je pense que nous avons tous entendu ‘ça a le goût du poulet’ – nos clients vont être surpris et dire ‘ça a le goût du Kentucky Fried Chicken !'”

En plus des échantillons gratuits, KFC prévoit offrir ses plats Beyond Fried Chicken à des prix proches de ceux de ses plats principaux : 6,49 $ pour un repas combiné de six nuggets (avec une boisson d’accompagnement et une boisson moyenne) et 8,49 $ pour un repas combiné de 12 pièces, tandis que les ailes désossées coûtent 6 $ pour six, ou 12 $ pour 12.

Hochman a déclaré à CNBC que l’entreprise est particulièrement intéressée à attirer des “flexitariens” (des gens qui mangent encore de la viande, mais moins de viande) et des clients qui dînaient chez KFC mais qui ont arrêté de manger de la viande.

“Notre principal moteur est l’augmentation du trafic, afin d’attirer de nouveaux clients et de faire venir plus souvent un plus grand nombre de clients existants”, a déclaré M. Hochman. “Nous pensons que cela incitera les gens à venir plus souvent.”

Cela a certainement attiré des clients au Royaume-Uni, où KFC a récemment lancé un test de marché pour son hamburger de poulet végétalien. Le restaurant a vendu le sandwich sans viande en quatre jours, et KFC a noté que les ventes de l’article dépassaient celles d’un restaurant de hamburgers moyen de 500 %.

Selon les chiffres de vente du prochain test d’Atlanta, “un test plus large ou un déploiement national potentiel” sera envisagé, a indiqué KFC dans un communiqué.

L’explosion des alternatives à la viande

Les ventes d’aliments d’origine végétale ont augmenté de 31 % au cours des deux dernières années. Cela peut paraître étrange si l’on considère que seulement 5 % des Américains s’identifient comme végétariens, tandis que 3 % s’identifient comme végétaliens, selon un sondage Gallup de 2018. Mais il y a beaucoup d’autres Américains qui, bien qu’ils ne soient pas prêts à abandonner complètement la viande, disent vouloir en manger moins.

“La plupart des enquêtes montrent clairement qu’entre 30 et 50 % [des gens] sont intéressés à réduire leur consommation de viande”, a déclaré Becky Ramsing du Johns Hopkins Center for a Livable Future à HuffPost.

Pourquoi ? Parmi les raisons les plus courantes, mentionnons l’évolution des attitudes à l’égard du bien-être des animaux et les préoccupations relatives à la santé et au changement climatique. Comme les études continuent à établir un lien entre la consommation de viande (viandes rouges et viandes transformées) et certains types de cancer, il est facile de comprendre pourquoi les substituts de la viande cultivés par l’agriculture cellulaire seraient attrayants pour les consommateurs. Qui plus est, la viande cultivée en laboratoire éliminerait pratiquement toutes les préoccupations concernant :

  • des agents pathogènes tels que la Salmonelle et E. Coli
  • la contamination fécale
  • les hormones de croissance pour la viande et les fruits de mer
  • les maladies à prions de la vache folle
  • le botulisme
  • la grippe porcine et aviaire et d’autres maladies
  • les particules de plastique dans les “fruits de mer”.
  • le mercure dans les “fruits de mer”.
  • les antibiotiques d’origine animale qui accélèrent le développement de superbactéries résistantes

D’un point de vue environnemental, manger moins de viande (en particulier de bœuf) est probablement l’un des meilleurs moyens d’aider les gens à lutter contre les changements climatiques. La raison principale en est que l’élevage du bétail occupe des surfaces énormes, tant pour les animaux que pour la nourriture utilisée pour les nourrir. De plus, la mise en marché du bœuf exige beaucoup d’énergie, une fois que l’on tient compte de l’entreposage, du transport, de l’emballage et de la vente de la viande.

L’adoption d’un régime à base de plantes réduirait l’impact sur l’environnement. En fait, une étude réalisée en 2017 a révélé que si tous les Américains mangeaient des haricots plutôt que du bœuf, les États-Unis pourraient atteindre 46 et 74 % des réductions nécessaires pour atteindre leurs objectifs d’émissions pour 2020, comme s’y était engagé l’ancien président Barack Obama.

“Je pense qu’il y a vraiment un manque de conscience de l’impact que ce genre de changement peut avoir”, a déclaré Helen Harwatt, auteure de l’étude The Atlantic. “La vraie beauté de ce genre de choses, c’est que l’impact climatique n’a pas besoin d’être dicté par les politiques.”

“Ce peut être une chose positive et habilitante pour les consommateurs de voir qu’ils peuvent avoir un impact significatif en faisant quelque chose d’aussi simple que de manger des haricots au lieu du bœuf”.

L’ensemble de ces raisons, combinées à des substituts de viande plus savoureux, donnent à penser que l’industrie de la viande de remplacement ne connaîtra une croissance exponentielle que dans les années à venir. Un rapport récent a même prédit que, d’ici 2040, 60 % de la “viande” que les gens consomment proviendra des plantes.

Bien sûr, l’industrie devra commencer à fabriquer des substituts de viande sérieusement délicieux et abordables si elle veut connaître un tel succès. Et cela pourrait s’avérer difficile, une fois que vous aurez compris quel est le prochain candidat probable pour un test de marché important : les fruits de mer d’origine végétale.

Lire aussi : La viande cultivée en laboratoire pourrait être pire pour l’environnement

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *