Découverte macabre de “porte-crâne” Aztèque à Mexico

“Beaucoup de ces crânes appartiennent aux ennemis des Aztèques, qui ont été capturés, sacrifiés et décapités.”

Des archéologues au Mexique ont fait une découverte macabre : Un support avec des dizaines de crânes Aztèques qui peut avoir été créé comme un sombre trophée de leurs conquêtes.

Jusqu’à présent, au moins 35 crânes ont été trouvés sur le site Aztèque Templo Mayor de Mexico, mais les archéologues croient qu’il peut encore en rester beaucoup d’autres à découvrir, a déclaré dans un communiqué de presse l’Institut national d’anthropologie et d’histoire du Mexique.

Cette exposition a été appelée “tzompantli.” Ces supports ont été créés en poussant un poteau en bois à travers les têtes de ceux qui avaient été décapités.

Aussi appelé un “porte-crâne,” les têtes étaient généralement empalées directement et laissées à pourrir et à se décomposer devant les spectateurs, selon Associated Press.

“Le tzompantli avait un symbolisme très spécifique”, a déclaré l’archéologue Raul Barrera aux journalistes, selon Reuters. “Avec plus d’étude, nous nous attendons à apprendre que beaucoup de ces crânes appartiennent aux ennemis des Aztèques, qui ont été capturés, sacrifiés et décapités pour être exposés.”

cranes-azteques-templo_mayor

Les archéologues découvrent des crânes sur le site Aztèque Templo Mayor. ASSOCIATED PRESS

Le lieu récemment découvert remonte à une période comprise entre 1486 et 1502, a dit l’Institut national d’anthropologie et d’histoire. La plupart des crânes étaient ceux de jeunes hommes adultes, mais il y a également des femmes et des enfants, a déclaré l’organisation.

En plus de cette exposition, les chercheurs ont également fait une autre découverte macabre. Une partie de la plate-forme sur laquelle le support est disposé a été faite à partir des crânes disposés en cercle et cimentés avec un mortier de chaux, de sable et de roche volcanique, disaient-ils.

The Guardian rapporte que les crânes semblent regarder vers le centre du cercle, bien que les archéologues ne savent pas ce qui aurait pu être situé au milieu.

Susan Gillespie, archéologue de l’université de Floride qui n’a pas été impliquée dans le projet, a déclaré à Associated Press que tandis que d’autres tzompantli ont été trouvés auparavant, les scientifiques ont longtemps été à la recherche du principal sur le site Templo Mayor.

«Ils ont été à la recherche du plus grand pendant un certain temps, et celui-ci semble beaucoup plus grand que ceux déjà découverts,” a dit Gillespie à l’agence. “Cette découverte confirme le soupçon de longue date sur le paysage sacrificielle de l’enceinte cérémonielle, qu’il doit y avoir eu un zompantli beaucoup plus grand pour prendre soin des nombreuses têtes des victimes sacrifiées.”

Source : The Huffington Post par Ed Mazza

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *