Des squelettes d’ours et de carnivore ressemblant à un loup découverts dans une grotte sous-marine mexicaine

Des chercheurs en plongée dans la célèbre grotte sous-marine du Mexique, Hoyo Negro, ont découvert les restes squelettiques de prédateurs de l’ère glaciaire que l’on croyait n’exister qu’en Amérique du Sud à cette époque.

squelettes-animaux

Les équipes mexicaine et américaine ont découvert le crâne géant et d’autres restes fossiles d’Arctotherium wingei, un animal disparu depuis longtemps, appartenant à la famille des ours à face courte, considérée comme la plus grande qui ait jamais existé, ainsi que celle de Protocyon troglodytes, semblable à un loup.

En raison de son climat tropical, certaines parties du Mexique et de l’Amérique centrale n’ont pas de fossiles bien connus, car les conditions ne sont pas propices à la préservation des vestiges anciens. Cependant, cette grotte particulière de la péninsule du Yucatan fournit une mine d’informations sur la faune – y compris les humains – du Pléistocène tardif, car elle est un piège naturel.

Hoyo Negro (“Trou noir”), dans le système de grottes de Sac Actun, a un plancher à 55 mètres sous le niveau de la mer, ce qui signifie qu’il y a environ 11 000 ans, ces animaux sont probablement tombés près de 60 mètres à leur mort. Bien que sec à l’époque, il se remplirait plus tard d’eau de fonte des glaciers à la fin de la période glaciaire, ce qui aiderait à préserver leurs restes et ceux de nombreuses autres créatures qui ont également été retrouvées.

squelettes-animaux

Une partie du crâne de l’ours A. wingei de l’ère glaciaire se trouve au fond du Hoyo Negro.
Roberto Chavez-Arce

Les chercheurs ont découvert la grotte pour la première fois en 2007, où ils ont découvert ce que nous savons maintenant être le plus vieux squelette complet découvert dans les Amériques. Baptisée Naia, la dépouille d’une adolescente qui a vécu il y a entre 12 000 et 13 000 ans et qui est morte vers l’âge de 17 ans.

Au cours des années qui ont suivi, des squelettes de nombreuses créatures, disparues ou non, ont été trouvés, y compris des tigres à dents de sabre, des couguars, des tapirs, des paresseux de terre, des gomphothères rappelant les éléphants, des ours et des canidéss, mais l’excitation que l’on peut imaginer pour ces deux espèces a fait oublier qu’elles avaient disparu, d’autant plus qu’il était présumé qu’elles ne seraient jamais arrivées aussi loin au nord. Ils ont été identifiés à tort comme appartenant au genre Tremarctos (ours à lunettes) et au coyote Canis latrans.

squelettes-animaux

La mâchoire de P. troglodytes a été retrouvée à 2 000 kilomètres de l’endroit où on pensait qu’il vivait. Roberto Chavez-Arce

Comme les fossiles sont si rares en Amérique centrale, cette découverte permet de combler certaines lacunes dans la répartition des grands mammifères qui ont parcouru la Terre au cours de la dernière période glaciaire. Dans leur nouvelle étude sur A. wingei et P. troglodytes, publiée dans Biology Letters, les chercheurs ont révélé que la découverte de ces grands prédateurs à plus de 2 000 kilomètres de chez eux suggère une histoire beaucoup plus complexe de la faune en Amérique.

Entre 2,5 et 3 millions d’années, au cours de ce que l’on appelle le Grand échange interaméricain, les animaux terrestres et d’eau douce ont traversé l’Amérique du Nord en Amérique du Sud, via l’Amérique Centrale, et vice versa, grâce à un pont terrestre qui a formé et relié les continents autrefois séparés.

Au cours d’un de ces croisements, les ursidés et les canidés ont traversé du nord au sud. Ceux-ci ont évolué en leur propre espèce, comme les deux trouvés dans la grotte, mais ils n’ont jamais été trouvés en dehors de l’Amérique du Sud, alors on a supposé qu’ils y sont restés. Cette découverte offre deux théories potentielles : que certains des grands carnivores sont restés au Mexique plutôt que de voyager vers le sud, ou qu’ils ont traversé à nouveau le pont terrestre pour retourner en Amérique centrale. Espérons qu’un jour, d’autres preuves pourront confirmer ces événements.

Ce qu’il ne faut pas sous-estimer, c’est l’importance de ces grottes sous-marines pour nous offrir des aperçus jusqu’alors inconnus de la vie au moment où la dernière période glaciaire touchait à sa fin.

Lire aussi : L’étonnante découverte du fossile de Denisova retracée jusqu’à un moine bouddhiste

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *