Des tombes de 2 000 ans avec des épées en fer et des structures mystérieuses découvertes à Bejsce, Pologne


Des tombes de guerriers datant de 2000 ans ont été découvertes par des archéologues près de Bejsce dans la voïvodie de Sainte-Croix (województwo świętokrzyskie), située au sud-est de la Pologne.

Selon les archéologues, le cimetière nouvellement découvert couvre environ 1 hectare et les restes incinérés trouvés sur le site comprennent des têtes de lance ou de javelot et des épées en fer.

Les restes du cimetière sont dans un champ arable, les tombes dans lesquelles les morts incinérés sont enterrés sont donc lourdement endommagées. Au printemps de cette année, les archéologues ont découvert de nombreux fragments d’urnes. Cela s’est produit lors des prospections de surface, qui consistent à se promener dans les champs de culture à la recherche d’artefacts couchés à leur surface. Le nombre d’obus et d’ossements brûlés a surpris les archéologues, il a donc été décidé de commencer les fouilles.

“Nous ne savons pas exactement combien il y avait de tombes dans le cimetière parce que nos recherches en sont encore à un stade initial, les tombes sont détruites et souvent disséminées sur une grande partie du terrain”, explique Jan Bulas, responsable du projet de recherche à l’Institut d’archéologie de l’Université Jagellon.

Cependant, les résultats des fouilles du mois d’août donnent une idée d’une forte densité de tombes. Au moins 20 sépultures ont été découvertes sur une superficie de 200 m². Il ne s’agit là que d’estimations des chercheurs car certaines tombes découvertes lors des fouilles sont également très endommagées. Tout comme leur équipement, qui a fait l’objet d’une analyse et d’une conservation au cours des derniers mois.

La tombe du guerrier au moment de la découverte. Crédit : Jan Bulas

“Des objets très corrodés et apparemment sans forme se sont révélés être des fragments d’épées ou de fibules de fer”, explique le chercheur. Au cours de la première saison de fouilles, les archéologues ont réussi à trouver un total de quatre épées datant d’environ 2 000 ans.

“À titre de comparaison, nous connaissons deux épées parmi les plus grandes connues dans cette région et nous avons étudié en détail la nécropole de cette période sur le site voisin Michałowice. Entre-temps, nos recherches ne font que commencer”, note le chercheur.

Neuf têtes de javelot ou de lance ont également été trouvées à Bejsce. Au total, les archéologues ont compté près de 200 objets métalliques et leurs fragments après les recherches de cette année. Il y a aussi des objets en os, en pierre et en argile.

Au cours des fouilles, les archéologues ont découvert les vestiges de mystérieuses structures carrées. Elles ont un plan carré et le plus souvent une section transversale triangulaire.

“Des structures similaires, appelées objets rainurés, sont connues d’autres cimetières de cette période dans le sud de la Pologne, mais leur fonction n’est pas encore claire. À Bejce, ils contenaient des fragments de récipients en céramique ainsi que des objets métalliques”, dit-il.

Il est intéressant de noter qu’ils sont tous orientés par des directions cardinales. Selon l’archéologue, ils peuvent être liés à la désignation de l’espace dans les cimetières pour les familles individuelles.

Pour le moment on ne sait pas vraiment quelles communautés devraient être associées au défunt enterré dans le cimetière. En se basant sur les navires et autres objets découverts, les archéologues identifient ce groupe comme faisant partie de la culture de Przeworsk. Bulas pense qu’ils auraient pu être les représentants de l’union tribale Lugii, une entité politique composée de peuples d’origines diverses. Les textes des historiens de l’Antiquité sont très ambigus à ce sujet, disent les scientifiques.

D’autres fouilles sont prévues.

Lire aussi : Découverte du premier cimetière datant de la Rome antique au nord de Saqqarah en Égypte

Source : Ancient Pages – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *