Des fossiles récemment découverts révèlent que l’Antarctique possédait des forêts luxuriantes avant l’existence des dinosaures


L’Antarctique, le continent blanc “inhospitalier” que nous connaissons aujourd’hui, était autrefois une surface recouverte de forêts subtropicales verdoyantes remplies de palmiers, de fougères et de conifères.

Il y a un peu plus de 50 millions d’années, le continent gelé était très différent de ce que nous voyons aujourd’hui.

Si l’humanité pouvait voyager dans le passé et visiter l’Antarctique, nous n’aurions pas besoin de porter des vêtements thermiques et imperméables comme le font les expéditions actuelles, car les températures seraient chaudes et agréables.

Aujourd’hui, un groupe de chercheurs a découvert plus de preuves de ce à quoi l’Antarctique ressemblait dans un passé lointain, car ils ont trouvé des fragments fossiles de 13 arbres qui poussaient à la fin de la période permienne, avant les dinosaures.

La découverte a été faite par Erik Gulbranson et John Isbell de l’université du Wisconsin-Milwaukee (UWM) qui exploraient les monts Transantarctiques des continents. À la fin de leur voyage, les scientifiques ont découvert des parties fossilisées de 13 arbres.

La découverte confirme une fois de plus que le continent aujourd’hui gelé était autrefois couvert de forêts luxuriantes et fourmillant de vie, très probablement alors qu’il faisait encore partie du super-continent Gondwana qui couvrait l’ensemble de l’hémisphère Sud.

forêts luxuriantes

Erik Gulbranson, paléoécologue et professeur assistant invité à l’UWM, examine certains des arbres polaires fossilisés qu’il a récupérés en Antarctique. Crédit Image : Troye Fox, UWM Photo Services

Les scientifiques sont convaincus que les forêts massives recouvraient des continents entiers à la fin de la période permienne, l’ère géologique avant les premiers dinosaures.

“Les gens connaissent les fossiles de l’Antarctique depuis l’expédition Robert Falcon Scott de 1910-1912. Néanmoins, la plus grande partie de l’Antarctique est encore inexplorée aujourd’hui. Parfois, vous pourriez être la première personne à gravir une certaine montagne”, dit Gulbranson.

La période dite permienne a pris fin il y a 251 millions d’années dans ce qui est considéré comme la plus grande extinction massive de l’histoire, alors que notre planète passait rapidement de la banquise aux conditions de serre.

On estime que plus de 90% des espèces sur Terre ont disparu, y compris les forêts polaires dont les scientifiques ont trouvé des preuves.

forêts luxuriantes

Une souche d’arbre de 280 millions d’années encore attachée à ses racines en Antarctique. Crédit Image : Erik Gulbranson

Puisque l’arbre luxuriant de l’Antarctique poussait à des latitudes polaires où les plantes ne peuvent pas pousser aujourd’hui, les chercheurs croient que les arbres qui poussaient autrefois étaient une espèce extrêmement rare. Les experts essaient maintenant de comprendre pourquoi les forêts ont disparu.

“Cette forêt ancienne est un aperçu de la vie avant l’extinction, et cela peut nous aider à comprendre ce qui a causé l’événement”, explique Gulbranson.

Sources : Ancient CodeScienceDaily

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *