La tireuse d’élite Roza Shanina était l’un des plus grands atouts des Soviétiques pendant la Seconde Guerre mondiale


Roza Shanina a accumulé 59 morts nazis en seulement 10 mois sur le front de l’Est – et son journal intime a tout saisi.

Roza Shanina

En avril 1944, une femme a appuyé sur la détente de son fusil de précision. “J’ai tué un homme”, dit-elle alors que ses jambes cédaient et qu’elle glissait dans la tranchée.

Ce premier meurtre marque le début d’une carrière courte mais légendaire. À la fin de l’année, la tireuse d’élite soviétique Roza Shanina était connue pour son tir mortel et a été saluée comme la “terreur invisible de Prusse-Orientale”.

Les premières années de Roza Shanina

Roza Shanina est née le 3 avril 1924 sur une commune située à plusieurs centaines de kilomètres à l’est de Leningrad (aujourd’hui Saint-Pétersbourg) en Union soviétique, près d’une rivière qui se jette dans la mer Blanche au nord. Ses parents étaient Anna, une laitière, et Yegor, un bûcheron et un ancien combattant de la Première Guerre mondiale.

Après avoir terminé l’école primaire, Shanina était déterminée à poursuivre ses études et marchait 13 kilomètres tous les jours jusqu’à l’école secondaire la plus proche, à Bereznik.

En 1938, lorsque ses parents refusèrent sa demande de poursuivre ses études secondaires et d’étudier la littérature, la jeune fille de 14 ans s’enfuit, marchant 50 heures jusqu’à la gare de train la plus proche et se rendant à Arkhangelsk (“Arkhangel” en anglais), la ville du nord.

Shanina a emménagé avec son frère Fyoder jusqu’à ce qu’elle soit admise à l’école secondaire de la ville et qu’on lui accorde une chambre de dortoir et une allocation d’étudiant. Mais lorsque les nazis ont percé la frontière occidentale de l’URSS en juin 1941, rompant le pacte de non-agression des pays, l’économie s’est effondrée, l’enseignement secondaire gratuit a été supprimé et Shanina a perdu son salaire.

Pour couvrir ses frais, la jeune Shanina a pris un emploi dans un jardin d’enfants local, espérant poursuivre une carrière d’institutrice.

Roza Shanina enseigne à un homme comment tirer.

Sniper Fille de l’Armée Rouge

La guerre se rapprochait de chez nous et bientôt, les nazis commencèrent à bombarder Arkhangelsk et l’adolescente courageuse se porta volontaire pour un raid aérien sur le toit du jardin d’enfants où elle enseignait. Lorsqu’elle apprit que son frère Mikhail avait été tué lors d’un bombardement en décembre 1941, elle était déterminée à participer à l’effort de guerre, à honorer et à venger sa mort.

Bien que les dirigeants militaires soviétiques aient d’abord interdit aux femmes d’entrer dans les rangs, ils ont changé d’avis à mesure que les circonstances s’aggravaient.

Avec des dizaines de milliers d’autres femmes russes, Shanina a demandé à rejoindre l’armée.

Elle s’inscrit à l’Académie des tireuses d’élite et obtient son diplôme avec mention en avril 1944, juste avant son vingtième anniversaire. Elle a été immédiatement reconnue pour son tir remarquablement précis, et l’académie l’a suppliée de rester enseignante plutôt que d’aller au front où elle risquait la mort.

Mais l’aventure a appelé, et elle a répondu, en devenant commandant dans le peloton des tireuses d’élite de la 184e Division de fusiliers immédiatement après l’obtention de son diplôme.

Trois jours après son arrivée sur le front ouest, Shanina a fait son premier meurtre. Elle l’a ensuite décrit à la presse :

“Enfin, le soir, un Allemand se montra dans la tranchée. J’ai estimé que la distance jusqu’à la cible n’était pas supérieure à 400 mètres. Une distance convenable. Quand les Fritze, la tête baissée, sont allés vers les bois, j’ai tiré, mais de la façon dont il est tombé, je savais que je ne l’avais pas tué. Pendant environ une heure, le fasciste resta dans la boue, n’osant pas bouger. Puis il s’est mis à ramper. J’ai encore tiré, et cette fois je n’ai pas raté.”

Réalisant ce qu’elle avait fait, ses jambes se sont effondrées sous elle et elle s’est glissée dans une tranchée. Quand elle a dit en état de choc : “J’ai tué un homme”, une camarade a rappelé : “C’était un fasciste que tu as achevé.”

Roza Shanina (à gauche) avec ses camarades Alexandra Yekimova et Lidia Vdovina au Belarus. Shanina a refusé qu’on la prenne en photo à moins que ses amis puissent la rejoindre.

En mai de la même année, Shanina reçoit l’Ordre de la Gloire – la première tireuse d’élite féminine à recevoir cet honneur – et se fait connaître pour sa capacité à marquer des “doubles coups”, en éliminant deux cibles en succession rapide.

Elle a finalement accumulé 59 morts.

Pourtant, quand Shanina est arrivée au front, elle était frustrée. Elle n’arrêtait pas de se retrouver assignée à des postes à l’arrière, en raison d’une politique soviétique visant à éloigner les femmes des lignes de front.

Le 29 juillet 1944, elle écrit à son ami et correspondant de guerre, Pyotr Molchanov, le suppliant d’intervenir en son nom : “Si vous saviez à quel point je veux être passionnément avec les combattants au front et tuer les nazis… Je vous demande de parler à un responsable, même si je sais que vous êtes très occupé.”

Refusant de rester immobile, elle a pris l’habitude de déserter et de courir vers les lignes de front pour augmenter son score de “petits Hitler morts”.

Roza Shanina : La “Terreur invisible de la Prusse-Orientale”

Très vite, alors que le nombre de morts de Roza Shanina ne cessait d’augmenter, la presse a commencé à la remarquer. “Suivez l’exemple de Roza Shanina !” disait un titre. “Une cartouche, un fasciste !” titrait un autre. Un photographe de guerre soviétique l’a décrite comme “une grande et mince fille aux yeux souriants” qui n’acceptait pas une photo à moins que ses amis n’y figurent aussi.

Dans un reportage paru à Moscou le 23 septembre 1944, Ottawa Citizen dresse le portrait de la “fille de l’Armée rouge” qui “tua cinq Allemands en une seule journée alors qu’elle s’accroupissait dans la cachette d’un sniper”.

À ce moment-là, le nombre de morts du jeune sergent était de 46, son devoir commençant à chaque aube brumeuse “quand elle rampe à travers une tranchée de communication boueuse jusqu’à une fosse spécialement camouflée d’où elle peut voir le territoire allemand”.

Une partie de la liste des décès de Roza Shanina.

L’article décrivait comment, l’autre matin, Shanina attendait silencieusement, immobile, alors qu’un mitrailleur allemand apparaissait à la sortie d’une boîte à pilules faite de sacs de sable et de rondins. Il “rampa endormi” vers un camp non protégé et Shanina tira avec assurance, le renversant instantanément d’un seul coup de feu. Deux camarades se sont précipités pour aider l’homme, et Shanina les a tués tous les deux. Deux autres Allemands ont suivi et ont été immédiatement réduits.

Pour dire les choses simplement, Shanina était la “terreur invisible de la Prusse-Orientale”, emblématique de la façon dont les Soviétiques pouvaient être mortels et presque d’un autre monde.

En octobre, elle était célèbre. “Que la mère russe se réjouisse d’avoir mis au monde, élevé et donné cette fille glorieuse et noble à la patrie !” Le journaliste soviétique Ilya Ehrenburg a écrit. Les magazines féminins la représentaient vêtue d’une jupe avec l’armure d’un ancien guerrier russe tenant un fusil.

Pendant ce temps, Shanina a commencé à consigner son temps sur le front dans son journal intime, à réfléchir sur son temps de combat et à méditer sur sa solitude, son chagrin d’amour et ses espoirs pour l’avenir.

La guerre a retardé sa vie amoureuse. “Mon cœur ne fait confiance à personne”, écrivait-elle le 10 octobre 1944. “Je blâme cette ordure qui vient avec la vie dans l’armée, tout gâcher, sans se soucier d’une fille.” Elle s’est fait des amis et un petit ami à l’occasion, pour en perdre beaucoup au combat.

Les derniers jours de Roza Shanina

Au fur et à mesure que les journées de Shanina sur le front s’allongeaient et que les tirs devenaient apparemment interminables, ses notes de journal intime devenaient de plus en plus douloureuses.

“Il y a du givre dans le réservoir, je n’ai pas l’habitude de fumer dans le réservoir et cela me fait mal aux yeux ; je ne peux pas respirer ces vapeurs. Dormir comme une morte”, écrivait-elle le 16 janvier 1945. Elle a continué : “Je suis enfin sûr que je ne suis pas capable d’aimer.”

Après seulement 10 mois sur le front de l’Est, Roza Shanina, 20 ans, a été tuée alors qu’elle tentait de protéger un camarade.

Le lendemain aurait pu être encore pire. “Aujourd’hui m’a semblé être un mois”, a-t-elle écrit le 17 janvier. “Presque vomi sur toutes les parties du corps. Bander les blessés et avancer… Givre, faim. J’ai été dans une unité. Les gars m’ont fait de sales compliments. Un langage dégoûtant partout. Tellement fatiguée. Je suis partie toute seule.”

Le 24 janvier 1945, elle a écrit que le chef du régiment l’avait poursuivie et l’avait saisie “comme s’il était dans un bordel”. Plus tard dans cette même entrée, elle a décrit comment le fils du colonel l’a jetée ivre sur le canapé et l’a embrassée de force. Elle a crié à son père : “Ce n’est pas parce que je suis une fille que tout le monde doit m’embrasser ?”

Sa mort prématurée a abrégé sa vie, au moment même où elle se tournait vers l’avenir, se sentant isolée et souhaitant davantage. Le 27 janvier 1945, deux soldats l’ont trouvée sur le terrain, la poitrine ouverte par un obus, affalée sur un officier blessé pour le protéger.

Il est trop tard pour la sauver. Elle a été enterrée avec tous les honneurs militaires en Allemagne de l’Est.

En tant que première tireuse d’élite soviétique à recevoir l’Ordre de la Gloire et l’une des tireuses d’élite soviétiques les plus meurtrières de la Seconde Guerre mondiale, son héritage est considérable, en particulier en Russie.

Son ami et correspondant, Pyotr Molchanov, a gardé ses lettres et ses journaux intimes pendant 20 ans et, en 1965, les a publiés, ce qui a donné à Roza Shanina la reconnaissance que son histoire mérite.

Lire aussi : La vérité compliquée sur l’enfant d’Hitler : Le Führer était-il un père ?

Source : All That Interesting – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *