Le “dernier collier néanderthalien” avec griffes d’aigle


Une nouvelle étude fait état de la première découverte de serres d’aigle utilisées comme ornements par des Néandertaliens dans la péninsule ibérique (aujourd’hui l’Espagne).

Les serres d’aigle sont considérées comme l’un des premiers (sinon le premier) éléments dont les Néandertaliens se servaient pour fabriquer des parures. Cette pratique était assez courante et répandue dans toute l’Europe du Sud, d’après des preuves archéologiques datant d’il y a 120 000 à 40 000 ans.

Les chercheurs ont maintenant trouvé des preuves de la même pratique dans la péninsule ibérique, dans la grotte Foradada de Calafell, en Espagne. Il s’agit de la pièce la plus récente du genre et la première découverte dans la région. Les résultats montrent que la pratique néandertalienne de l’utilisation de serres d’aigle dans les parures était beaucoup plus répandue (à la fois géographiquement et historiquement) qu’on ne le pensait auparavant.

Selon Antonio Rodríguez-Hidalgo, chercheur à l’Institut de l’évolution en Afrique (IDEA) et auteur principal de cette étude

Les Néandertaliens utilisaient les serres d’aigle comme éléments symboliques, probablement comme pendentifs, dès les débuts du Paléolithique moyen.

Sur le site, les chercheurs ont mis au jour les os de la jambe gauche d’un Aigle ibérique (Aquila Adalberti) d’il y a 39 000 ans. Les marques sur les os suggèrent que l’oiseau a été récupéré et préparé dans l’intention de faire des pendentifs, car ces marques indiquent que des efforts ont été réalisés pour enlever les griffes.

Une phalange d’aigle impérial de la Cave Foradada avec des marques de taille. (Antonio Rodríguez-Hidalgo)

D’après l’apparence des marques et l’analogie avec les vestiges de différents sites préhistoriques et la documentation ethnographique, les chercheurs ont déterminé que l’animal n’avait pas été manipulé pour la consommation, mais pour des raisons symboliques.

Les découvertes correspondent à la culture châtelperronienne, typiquement observée dans les derniers groupes néandertaliens en Europe. Le Châtelperronien était en pleine effervescence lorsque nos anciens cousins sont entrés en contact avec des hommes modernes venus d’Afrique et du Moyen-Orient. Juan Ignacio Morales, chercheur du programme Juan de la Cierva affilié au SERP (Subprograma Estatal de Incorporación) et auteur de l’article, présente cette utilisation des serres d’aigle comme ornements qui aurait été une transmission culturelle des Néandertaliens aux hommes modernes qui ont adopté cette pratique après leur arrivée en Europe.

Serres d’aigle ibérique. (Antonio Rodríguez-Hidalgo)

Les serres d’aigle sont les plus anciens objets ornementaux découverts jusqu’à présent en Europe. L’équipe explique qu’ils sont même plus vieux que les coquillages que les humains modernes (perforaient et) portaient alors qu’ils habitaient encore en Afrique. La présente étude porte sur la griffe la plus moderne de la péninsule ibérique, où ont vécu les derniers Néandertaliens d’Europe. Selon Antonio Rodríguez-Hidalgo, il s’agit, à notre connaissance, du “dernier collier fabriqué par les Néandertaliens”.

L’étude publiée dans Science Advances : The Châtelperronian Neanderthals of Cova Foradada (Calafell, Spain) used imperial eagle phalanges for symbolic purposes et présentée sur le site de l’université de Barcelone : The last Neanderthal necklace.

Lire aussi : Des centaines d’empreintes de pas de Néandertaliens découvertes en Normandie

Source : GuruMeditation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *