Les Amazones étaient plus qu’un mythe : des preuves archéologiques et écrites pour les anciennes guerrières


Les Amazones apparaissent fréquemment dans la mythologie grecque. Mais contrairement au demi-dieu Hercule, elles étaient probablement réelles.

Les légendes de redoutables guerrières connues sous le nom d’Amazones imprègnent l’histoire ancienne – et, avec la franchise Wonder Woman, les écrans de cinéma des temps modernes. En particulier, les écrivains de l’Antiquité grecque aimaient raconter des histoires sur la façon dont les femmes amazoniennes égalaient les hommes dans leur domaine traditionnel de la guerre.

amazone-daphnée

Une Amazone à cheval est saisie par un adversaire grec dans cette mosaïque du IVe siècle de Daphné, en Turquie.

Le mythographe Apollodorus, écrivant au premier ou au deuxième siècle de notre ère, surnommait les Amazones comme un “peuple de guerre”, qui étaient tellement engagées dans des entreprises martiales qu’elles “se séparaient des seins droits afin qu’elle ne soient pas gênées pour lancer le javelot, mais qu’elles gardaient les seins gauches, de sorte que [leurs progéniture] puisse téter”.

On disait même qu’elles défiaient des guerriers mythologiques comme Héraclès, Thésée et Achille. Mais les Amazones n’étaient-elles qu’un mythe – ou étaient-elles réelles ?

Les vraies Amazones de l’histoire ancienne

Qu’est-ce que les Grecs de l’Antiquité avaient à dire sur les Amazones en dehors des mythes ? Apparemment, ils croyaient que les Amazones étaient de vraies figures historiques. Il se peut très bien qu’il s’agisse de cavalières originaires d’Asie occidentale, comme l’Iran et le Caucase, qui se sont battues vaillamment contre leurs ennemis.

Selon Smithsonian Magazine, l’Iliade d’Homère fut la première à les mentionner au VIIIe siècle av. J.-C. Il les qualifia d’“antianeirai”, que de nombreux savants ont traduit par “le contraire des hommes”, “antagoniste des hommes” et “égale des hommes”.

Des siècles plus tard, le soi-disant “Père de l’Histoire”, Hérodote, écrivit que les Amazones étaient originaires de Scythie, une grande région steppique d’Eurasie centrale.

Surnommées “tueuses d’hommes” en langue grecque, les Amazones vivaient une existence idyllique et isolée, ne se mêlant aux hommes des tribus voisines qu’une fois par an dans un rituel de procréation cérémonieux. Les mères gardaient leur progéniture et les formaient en tant que guerrières et envoyaient leurs enfants garçons à l’extérieur.

Des amazones en train d’aider les Troyens sur une amphore du 6e siècle avant J.-C.

Mais leur utopie entièrement féminine a pris fin lors de la bataille de Thermodon, lorsque trois navires amazoniens traversant la mer Noire ont atteint les côtes de Scythia. Les hommes et les femmes autochtones amazoniennes sont rapidement tombés amoureux, se mariant et fondant leur propre tribu qui se distingue par l’égalité révolutionnaire des sexes.

Selon Hérodote, les Amazones “ne pouvaient pas habiter avec les femmes [les Scythes], car nous et elles n’avons pas les mêmes coutumes. On tire à l’arc, on lance le javelot et on monte, mais on n’a jamais appris le métier des femmes”.

Hérodote appela les descendants de ces mariages les Sarmates, ou Sarmatiens. Écrivant au Ve siècle avant notre ère, il a dit que “les femmes des Sarmates ont continué depuis ce jour à observer leurs anciennes coutumes, chassant souvent à cheval avec leurs maris… à la guerre, prenant le champ de bataille et portant la même robe que les hommes… leur loi sur le mariage stipule qu’aucune fille ne doit se marier avant d’avoir tué un homme au combat.”

scythia-amazone

Une carte de l’ancienne Scythie, où l’on croit que les Amazones historiques ont vécu.

Amazones dans le mythe

Dans la mythologie grecque, les Amazones étaient des adversaires redoutables pour les plus grands héros de l’époque. Thésée, le tueur du Minotaure, et Héraclès, connu dans la Rome antique et en Occident sous le nom d’Hercule, auraient tous deux combattu les Amazones.

Dans le cas de Thésée, il se serait enfui avec la reine des Amazones. Plutarque, écrivant au début du premier millénaire, appelle la reine Antiope, bien que d’autres auteurs anciens l’identifient comme Hippolyte, la sœur d’Antiope.

Selon divers récits, Thésée vola la reine, la fit voler par Héraclès pour lui, ou la reine tomba amoureuse de Thésée et la laissa volontairement avec lui sur son navire.

Furieuses, les Amazones marchèrent jusqu’à Athènes pour libérer leur souveraine. Selon Plutarque, elles ont livré un bon combat : “La guerre des Amazones… [n’était] pas une entreprise insignifiante ni féminine pour Thésée. Car elles n’auraient pas campé dans la ville, ni combattu main dans la main dans le voisinage du Pnyx et du Musée, si elles n’avaient pas maîtrisé le pays environnant et approché la ville en toute impunité.”

Ce n’est qu’après une bataille acharnée de trois mois, qui a culminé avec la mort de leur chef bien-aimée, que les Amazones ont battu en retraite. Tellement de guerrières amazoniennes sont mortes vaillamment à Athènes qu’elles ont été enterrées près d’un site appelé l’Amazoneum, un temple qui se tenait à l’époque de Plutarque et qui aurait pu être l’endroit où les Grecs anciens allaient pour adorer les Amazones mythiques.

Thésée et Antiope, illustrés sur le trésor des Athéniens à Delphes, à partir de 500 av. J.-C.

La relation entre Thésée et la reine amazonienne était célèbre pour avoir donné un fils, Hippolyte. Selon une interprétation, il était dévoué à la déesse de la chasse, Artémis, et a défié Aphrodite, la déesse de l’amour.

En représailles, Aphrodite maudit sa belle-mère, la reine Phèdre d’Athènes – la deuxième épouse de Thésée – la faisant tomber amoureuse d’Hippolyte. Cependant, Hippolyte rejeta ses avances, conduisant à sa mort et au suicide de Phèdre.

Héraclès et la ceinture d’Hippolyte

Une autre grande aventure amazonienne est venue quand Héraclès s’est lancé dans sa neuvième quête : récupérer la fameuse ceinture de la reine Hippolyte pour Eurysthée, la fille d’un roi mycénien. Selon le mythe, cette ceinture magique était un cadeau du père d’Hippolyte, Arès, le dieu de la guerre.

Quand Héraclès débarqua à Themiscyra, la capitale légendaire des Amazones située sur la côte nord de l’actuelle Turquie, Hippolyte fut heureux de l’accueillir et promit de lui donner la ceinture. Mais sa belle-mère, Héra, se transforma en guerrière amazonienne mortelle et se promena “en disant que les étrangers qui étaient arrivés emportaient la reine.

Pour la protéger, les Amazones chargèrent le héros grec, qui “suspecta la trahison” et tua Hippolyte pour la ceinture, se dirigeant vers Troie.

Achille et Penthésilée, reine des Amazones, se battent sur une amphore du VIe siècle av. J.-C.

Selon l’historien Diodorus Siculus, qui a vécu au premier siècle avant J.-C., Héraclès a tué tant d’Amazones pendant sa quête que cela a donné aux tribus barbares voisines l’occasion de les attaquer.

Les Amazones dans la guerre de Troie

Quelques générations plus tard, au moment de la guerre de Troie, il ne restait que quelques guerrières amazoniennes. Dirigées par la reine Penthésilée, elles se sont alliées aux Troyens contre les Grecs, qui étaient dirigés par le roi éthiopien Memnon, le roi Spartiate Ménélas et le demi-dieu Achille, le plus grand des guerriers mythologiques grecs.

Achille, ancien héros de la guerre grecque, serait tombé amoureux d’une Amazone lors de la guerre de Troie.

On dit qu’“après la mort d’Hector, elle [Penthésilée] a tué beaucoup de Grecs.” Et le seul guerrier qui pouvait égaler ses prouesses était le puissant Achille lui-même.

Un synopsis d’une épopée perdue de l’Antiquité, l’Aethiopis, rappelle qu’Achille ne l’a vaincue qu’après avoir fait preuve de “grandes prouesses” sur le champ de bataille.

Achille était si enchanté par sa beauté et ses talents de combattante qu’un de ses compagnons de combat, Thersite, se moquait de lui pour son affection. En colère, Achille a tué Thersite pour son impolitesse.

Après la mort de Penthésilée, les Amazones ont encore diminué

L’historien Siculus se plaignait : “Maintenant, ils disent que Penthésilée a été la dernière des Amazones à se distinguer pour son courage et qu’à l’avenir, la race a diminué de plus en plus et a ensuite perdu toute sa force ; par conséquent, à une époque ultérieure, chaque fois que des écrivains font état de leurs prouesses, les hommes considèrent les récits antiques sur les Amazones comme des contes fictifs.”

Alexandre le Grand avait-il un enfant avec une Amazone ?

Les Amazones sont également mentionnées dans les écrits de Plutarque. Plutarque raconte la marche d’Alexandre le Grand vers la Parthie, ou l’Iran actuel, au IVe siècle av. J.-C.

Alors qu’il se remettait de la diarrhée, selon la légende, la reine des Amazones vint rendre visite à Alexandre afin d’élever une nouvelle race d’enfants super forts et intelligents – bien que Plutarque lui-même ait douté que cela se soit jamais produit.

La reine amazonienne Thalestris rencontre Alexandre le Grand.

Plus tard, des historiens tels que Diodore de Sicile ont déclaré que Thalestris, reine des Amazones, a rendu visite à Alexandre. Il l’a décrite comme “remarquable pour sa beauté et sa force physique, et admirée par ses compatriotes pour sa bravoure”.

Avec 300 de ses femmes amazoniennes, Thalestris se rendit chez Alexandre pour concevoir un enfant parce qu’“il s’était montré le plus grand de tous les hommes dans ses exploits, et elle était supérieure à toutes les femmes en force et en courage, de sorte que la progéniture de ces parents exceptionnels surpasserait probablement tous les autres mortels en excellence”.

Diodore a dit qu’Alexandre était heureux de rendre service, et après presque deux semaines de sexe, a envoyé Thalestris à la maison avec des cadeaux – et vraisemblablement un héritier.

Témoignages archéologiques sur les Amazones

Un vase en or provenant d’un lieu d’inhumation de guerrières réelles.

Au cours des dernières décennies, des archéologues ont fouillé des sites de tombes en Asie occidentale et en Russie, mettant à jour des preuves que des femmes correspondant à la description des Amazones auraient très bien pu exister.

Dans ce qui était considéré comme les terres d’origine des femmes historiques de l’Amazonie, les scientifiques ont découvert des lieux de sépulture de femmes avec des sépultures somptueuses qui indiquaient non seulement leur richesse mais, plus important encore, leur statut guerrier.

Comme le résume l’historienne américaine Adrienne Mayor :

“Les archéologues ont trouvé des squelettes enterrés avec des arcs et des flèches, des carquois, des lances et des chevaux. Au début, ils ont supposé que toute personne enterrée avec des armes dans cette région devait être un guerrier de sexe masculin. Mais avec l’avènement des tests ADN et d’autres analyses scientifiques bioarchéologiques, ils ont découvert qu’environ un tiers des femmes scythes sont enterrées avec des armes et ont des blessures de guerre tout comme les hommes. Les femmes ont également été enterrées avec des couteaux, des poignards et des outils. Ainsi, l’inhumation avec des sépultures d’apparence masculine n’est plus considérée comme un indicateur d’un guerrier masculin. C’est une preuve accablante qu’il y avait des femmes qui répondaient à la description de l’ancienne Amazonie.”

D’autres preuves sont apparues dans les années 1990, lorsque des archéologues ont creusé des monticules funéraires d’anciennes femmes dans l’ancien bloc soviétique. Ces tombes contenaient non seulement une riche ornementation, mais aussi des armes.

Le visage recréé d’une jeune guerrière amazonienne adolescente, retrouvé dans un site funéraire en Sibérie. Les archéologues pensent qu’elle a vécu il y a environ 2 500 ans.

Puis, au Kazakhstan, l’archéologue Jeannine Davis-Kimball a découvert des femmes décédées, jambes arquées, qui avaient passé leur vie à monter à cheval, tandis qu’une autre femme était enterrée avec 40 flèches en bronze.

Comme Davis-Kimball l’a dit au New York Times en 1997 : “Ces femmes étaient des guerrières en quelque sorte. Elles ne livraient pas nécessairement des batailles tout le temps, comme un Genghis Khan, mais protégeaient leurs troupeaux et leur territoire de pâturage quand il le fallait. Si elles s’étaient battues tout le temps, d’autres squelettes montreraient des signes de mort violente.”

Pourquoi les Grecs étaient-ils si fascinés par les Amazones ?

Même si les Amazones étaient bien réelles, il semble que les anciens Grecs utilisaient les mythes amazoniens pour mettre les femmes à leur place.

Comme l’a dit un expert de la Grèce antique, tous les mythes amazoniens suivaient la même “sombre écriture mythique : toutes les Amazones doivent mourir, quelle que soit leur beauté, quelle que soit leur héroïcité”. Les Grecs ont peut-être joué avec la possibilité que les femmes étaient les égales des hommes, mais ils ont finalement erré du côté de l’assujettissement.

Bien que leur représentation mythologique soit quelque peu exagérée – en particulier, leur prétendue tendance à vivre dans une société à prédominance féminine – les femmes guerrières qui ont participé aux combats aux côtés des hommes existaient certainement dans les steppes d’Eurasie, inspirant les Grecs à écrire des histoires passionnantes sur leur beauté et leurs prouesses martiales.

Ils étaient loin de se douter que ces histoires allaient inspirer et divertir plus de 2 000 ans plus tard.

Lire aussi : Des scientifiques ont prouvé que la guerrière viking “contestée” existait vraiment

Source : All That’s Interesting – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *