Pérou : Un monolithe de 2 000 ans gravé de symboles mystérieux scanné par des experts


Certains des symboles gravés sur sa surface semblent ressembler au Soleil, et même à des galaxies spirales.

Le Pérou est une terre d’histoire, de mythes, et le foyer de certaines des plus étonnantes civilisations anciennes qui aient jamais vécu sur Terre. Habité par diverses cultures anciennes telles que les Incas ou les peuples Tiwanaku et Nazca, le Pérou abrite également certaines des plus anciennes pyramides jamais érigées en Amérique du Sud.

L’ancienne cité-état de Caral, par exemple, a été le lieu de création de certaines des plus impressionnantes pyramides jamais construites dans cette partie du monde.

Mais le Pérou cache bien d’autres secrets.

L’un de ces secrets est un monolithe massif d’une tonne qui aurait environ 2000 ans. Peu de gens le connaissent, et seuls quelques explorateurs ont vu et documenté son existence.

Décoré de spirales, de motifs circulaires et des crochets d’une divinité, ce rocher massif est caché dans le nord de la jungle péruvienne.

Malgré le fait que les locaux connaissaient son existence, jamais le monolithe massif n’a été soumis à une analyse.

Les chercheurs ont donc décidé d’étudier le rocher massif pour voir ce qu’ils pouvaient apprendre.

Les scientifiques ont effectué un balayage tridimensionnel qui a révélé plusieurs gravures ornant sa surface.

Les images et les motifs sont tellement abstraits et ornés qu’ils sont difficiles à décrire avec des mots.

Un scan 3D du monolithe a révélé des symboles frappants. Crédit image : Exact Metrology.

Cependant, les chercheurs affirment que deux crocs gravés dans la roche représentent une divinité connue en archéologie sous le nom de “figure féline ailée”.

Atteindre l’emplacement du monolithe n’est pas une tâche facile. Pour y parvenir, les chercheurs ont commencé le voyage depuis la ville de Leymebaba. Leur voyage les a menés à une grande aventure : “Nous avons marché, couru, chevauché à travers des jungles de 1 800 mètres à 4 000 mètres jusqu’à ce village très isolé où personne ne va”, a expliqué Jason Kleinhenz, ingénieur d’application chez Exact Metrology, qui a scanné le monolithe dans une interview accordée à Live Science.

L’objectif de la mission était de documenter de manière approfondie le monolithe et ses symboles, en utilisant un scanner Artec 3D, en particulier parce que les gravures à sa surface risquent d’être perdues à jamais à cause de l’érosion par le vent et la pluie.

La pierre n’ayant pas été étudiée et ayant été exposée à des pluies torrentielles, les chercheurs craignaient qu’une fois qu’ils auraient atteint l’emplacement du monolithe, les symboles aient disparu.

Or, ce ne fut pas le cas.

Heureusement, lorsque les chercheurs sont finalement arrivés à l’endroit où le monolithe massif restait caché, ils ont trouvé une pléthore de symboles sur sa surface. Grâce à leur scanner 3D, les chercheurs ont pu trouver et documenter des symboles qui restaient invisibles à l’œil nu, comme les crocs d’un félin ailé.

C’est précisément cette figure féline qui a aidé les experts à dater le rocher massif et ses symboles.

Selon les experts, la gravure du félin ailé indique que les symboles qui ont été gravés sur la surface du monolithe ont été créés pendant ce que les archéologues appellent la “période de formation”, qui s’est déroulée entre 200 avant J.-C. et 200 après J.-C.

Les chercheurs notent qu’en dépit du fait qu’il n’y avait pas d’écrits au Pérou à cette époque, des études d’autres sites archéologiques connexes ont montré que cette figure était populaire dans la région.

Fernandez-Davila souligne que le monolithe était probablement d’une grande importance et qu’il a pu être associé à d’autres structures similaires.

“C’est une icône… Seuls les gens de cette époque peuvent le sculpter tel qu’il est”, a expliqué Fernandez-Davila.

Les chercheurs ont également expliqué que la vallée de la jungle où le monolithe a été placé était très probablement “un lieu très important et sacré”.

Ce qui est extrêmement intéressant, c’est le fait que le monolithe – qui pèse environ une tonne et mesure trois mètres de long, 76 centimètres de haut et 1,5 mètre de large – est fait de roches sédimentaires que l’on ne trouve pas localement, ce qui signifie que celui qui l’a sculpté l’a très probablement transporté dans la vallée de la jungle depuis un autre endroit.

Traîner le monolithe jusqu’à son emplacement actuel, bien que la jungle dense aurait été une tâche extrêmement difficile, et aurait probablement nécessité beaucoup de personnes.

“C’était en soi un effort énorme, un effort collectif, sans aucun doute”, a expliqué Fernandez-Davila.

La preuve que la zone où se trouvait le monolithe était d’une grande importance est le fait que, pendant l’Inca, deux bains ont été construits à proximité du monolithe, vers le 15e siècle après J.-C.

Pour mieux comprendre la région, la culture qui a pu sculpter le monolithe et la roche elle-même, les chercheurs planifient de futures expéditions qui, espérons-le, révéleront d’autres indices et résoudront un autre mystère ancien.

Bizarrement, les symboles gravés sur le monolithe péruvien présentent une certaine ressemblance avec un autre monolithe situé au Brésil.

La pierre d’Inga est un monolithe ancien de 6 000 ans situé à l’intérieur de l’État brésilien de Paraíba.

On pense que la plupart des symboles gravés sur sa surface représentent des animaux, des fruits, des hommes, des constellations, mais aussi une pléthore de symboles et d’images encore méconnaissables. Ses symboles les plus frappants représenteraient des étoiles, la voie lactée ainsi que la constellation d’Orion.

La pierre d’Inga, au Brésil, est couverte d’étranges symboles que les experts considèrent comme des représentations d’étoiles, de galaxies et même de constellations.

La pierre d’Inga est beaucoup plus massive que son homologue péruvienne : elle couvre une superficie d’environ 250 mètres carrés.

Bien qu’il soit difficile de déterminer l’âge de la roche, les experts ont proposé que la formation rocheuse et son mystérieux symbole pourraient avoir jusqu’à six mille ans.

À ce jour, les experts ont identifié plus de 400 gravures sur la surface de la pierre.

Certaines des spirales et des cercles représentés sur le monolithe péruvien présentent une étrange ressemblance avec les symboles gravés sur la pierre d’Inga au Brésil.

Est-il possible que les deux monolithes aient une importance astronomique ? Si les symboles gravés sur la pierre d’Inga représentent des constellations et des galaxies, les symboles sur le monolithe péruvien pourraient-ils avoir la même signification ?

Ces deux pierres sont-elles destinées à transmettre le même message laissé par nos ancêtres ? Est-ce la même civilisation qui les a créées ? Le monolithe péruvien représente-t-il également des constellations et des étoiles ? D’autres études le diront.

Lire aussi : Des archéologues font une découverte vieille de 3 000 ans en Irak

Source : Curiosmos – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *