Rencontrez l’ancêtre humain connu sous le nom d’Homme de Callao

L’Homme de Callao mesurait moins d’un mètre cinquante et était tout aussi à l’aise pour grimper aux arbres que pour marcher sur le sol.

Alors que la découverte de la petite espèce “hobbit” Homo floresiensis sur l’île indonésienne de Florès a été une découverte remarquable et a forcé les biologistes de l’évolution à réévaluer ce que nous savons sur notre espèce, les scientifiques viennent de trouver des preuves fossilisées d’un hominidé encore plus petit.

Selon History, l’île philippine de Luçon a gardé ces objets biologiques en sécurité pendant plus de 50 000 ans.

C’est sous le sol rocheux de la grotte de Callao que les chercheurs ont découvert ces fossiles de l’homme de Callao, qui non seulement indiquent que ces petits humains ont habité Luçon pendant le Pléistocène tardif – mais qu’ils ont marché sur la Terre pendant la même période historique que les hominidés assez avancés comme les Néandertaliens et Homo sapiens.

Bien que l’emplacement géographique de ces fossiles, qui comprennent les minuscules dents des premiers humains, suggère qu’ils étaient largement similaires à leurs homologues Homo floresiensis, la forme de leurs dents, de leurs pieds et de diverses autres caractéristiques les distingue comme une espèce unique en son genre.

La communauté scientifique a été bien consciente que des générations d’hominidés anciens habitaient cette île. Les archéologues ont découvert un os métatarsien du pied ici en 2007, plus précisément dans la grotte même où ces dernières preuves ont été découvertes.

L’os a été daté il y a 67 000 ans et bien que l’analyse ultérieure ait confirmé qu’il appartenait au genre Homo, aucune espèce spécifique n’a été identifiée.

En 2011 et 2015, des fouilles menées par Florent Détroit du Musée de l’homie du Muséum d’histoire naturelle de Paris et Armand Mijares de l’Université des Philippines à Quezon City ont permis de trouver 12 autres os et dents au même endroit où l’os du pied a été découvert.

Leurs conclusions, publiées dans la revue Nature, affirment que les restes appartenaient à trois personnes, dont l’une était très jeune. Les fossiles partageaient des caractéristiques distinctes avec l’Australopithèque, l’Homo erectus, l’Homo sapiens et l’Homo floresiensis – un pot-pourri de la génétique humaine ancienne, essentiellement.

“Ce qui en fait une nouvelle espèce, c’est en fait la combinaison de toutes les caractéristiques prises ensemble”, a dit M. Détroit. “Si vous prenez chaque élément un par un, vous le trouverez bien sûr dans une ou plusieurs espèces d’hominidés. Mais si vous prenez l’ensemble, aucune autre espèce du genre Homo n’est similaire, ce qui indique qu’elle appartient à une nouvelle espèce.”

Les dents et les os de l’homme de Callao

Les molaires et prémolaires que l’on trouve dans la grotte de Callao sont nettement différentes des espèces susmentionnées. Premièrement, les prémolaires ont deux ou trois racines – l’Homo sapiens en a une, et dans de rares cas, deux.

L’émail et la dentine (le tissu constituant le corps de la dent) sont semblables à l’Australopithèque et à plusieurs espèces plus anciennes du genre Homo, mais les molaires sont petites comme celles des humains contemporains.

“Un individu ayant ces caractéristiques combinées ne peut être classé dans aucune des espèces connues aujourd’hui”, explique M. Détroit.

C’est la grotte où habitait Homo luzonensis (l’homme de Callao).

Les os du pied, aussi, sont remarquablement distincts. Ils ont des caractéristiques à la fois primitives et avancées, ce qui indique une façon unique de marcher qui semblerait contre-productive pour les humains modernes. La base de chaque orteil est substantiellement courbée, avec des signes d’utilisation musculaire très développée pour faciliter la flexion.

“Ces caractéristiques n’existent pas chez l’Homo sapiens”, dit Florent Détroit.

Bien que ce soit encore incertain, les os des pieds de l’homme de Callao découverts dans la grotte de Callao ressemblent principalement à ceux de l’Australopithèque – qui vivait en Afrique il y a deux à trois millions d’années – suggérant que l’Homo luzonensis était aussi à l’aise dans les arbres que sur le sol.

À quoi ressemblait Homo Luzonensis ?

L’espèce Callao Man (Homo luzonensis) est maintenant la deuxième espèce humaine naine connue. Selon LiveScience, bien qu’il ne soit pas totalement erroné d’imaginer que l’espèce ressemble en grande partie à ses homologues floresiensis, les 13 os fossiles découverts peuvent nous donner une image plus claire.

Les os et les dents, qui appartenaient à au moins deux adultes et un enfant, comprennent deux os de main, trois os de pied, un os de cuisse et sept dents. Nous pouvons constater qu’ils partageaient les traits de caractère d’une variété d’autres premiers humains, qu’ils étaient de bons grimpeurs et qu’ils mesuraient moins d’un mètre et demi – mais pour l’instant, c’est peu de chose d’autre.

Une phalange de pied de l’espèce Homme de Callao, avec la courbe clairement visible.

Il est difficile de les décrire concrètement “parce que c’est très difficile à dire à partir des éléments que nous avons”, a dit Florent. Alors que leurs pieds indiquent de fortes capacités d’escalade, l’Homo est devenu bipède il y a 2 millions d’années, donc Détroit et son équipe “ne prétendent certainement pas que H. Luzonensis était ‘de retour dans les arbres'”.

“Mais c’est alors une question très intéressante à aborder”, a-t-il dit. “S’ils étaient strictement bipèdes comme tous les membres du genre Homo, ces traits primitifs ont-ils influencé (ou) changé leur démarche bipède ou non ? Mais il est encore trop tôt pour répondre, nous devons y travailler.”

Les hominidés de l’île de Luçon

Les chercheurs sont assez catégoriques sur le fait que Homo luzonensis était le seul hominidé qui a habité cette île pendant son séjour – même s’il est bien établi que d’autres espèces d’Homo ont vécu sur les îles du sud-est asiatique pendant cette période.

Luçon est un morceau de terre considérable et bien isolé du continent. Cela a rendu une grande partie de sa flore et de sa faune unique à l’île. Par conséquent, ceux qui réussissent à survivre, à prospérer et à évoluer ici seraient génétiquement différents des espèces apparentées sur le continent.

Experts à la grotte Callao, milieu de l’excavation.

C’est précisément la raison pour laquelle les chercheurs croient que l’Homo luzonensis différait si fortement de ses homologues contemporains. Les premiers fossiles d’Homo sapiens aux Philippines ont été trouvés dans la grotte de Tabon sur l’île de Palawan et remontent à 30 000 à 40 000 ans.

L’Homo luzonensis, cependant, était vivant et bien vivant sur Luçon il y a 700 000 ans déjà. Ceci est attesté par de récentes découvertes archéologiques qui ont mis au jour des outils en pierre et des os provenant d’un rhinocéros abattu près de la grotte de Callao.

Comment sont-ils arrivés ici ?

Comment Homo Luzonensis est arrivé à Luçon

De toute évidence, ni l’île de Florès ni celle de Luçon ne sont proches de l’Afrique, berceau de la civilisation. Comme les chercheurs sont incapables d’extraire l’ADN des os nouvellement trouvés en raison du climat humide qui éradique rapidement le matériel génétique avec le temps, de nombreuses questions subsistent quant à l’arrivée de l’espèce ici.

Le plan préliminaire, en termes généraux, est que l’Homo erectus a quitté l’Afrique et que diverses espèces et descendants parallèles ont continué notre évolution. Selon CNN, dans le cas de l’Homo floresiensis, ils vivaient il y a entre 100 000 et 60 000 ans, et ont jusqu’à présent été localisés exclusivement à Florès.

Tout comme les chercheurs croient que l’Homo floresiensis était de petite taille en raison de l’effet de boîte de Pétri de l’évolution sur une île, ainsi que de la rareté des ressources, ils croient aussi que l’Homo luzonensis a évolué également. Mais comment cette espèce a-t-elle migré du continent vers une île isolée – et qu’est-ce que cela implique ?

Rendu de l’Homo floresiensis.

Les chercheurs envisagent sérieusement la possibilité que des marins aient été impliqués. Bien que cela ait pu être involontaire – une dérive accidentelle sur des radeaux, et l’échouage à terre sur Luçon par hasard – cette notion est assez étonnante à voir.

“Nous avons de plus en plus de preuves qu’ils se sont installés avec succès sur plusieurs îles dans un passé lointain en Asie du Sud-Est, donc ce n’était probablement pas si accidentel”, a déclaré Florent Détroit.

“Une autre chose importante à garder à l’esprit est que vous ne pouvez pas réussir à vous installer sur une île avec un seul événement d’arrivée de seulement quelques personnes, vous avez besoin de plusieurs individus bien sûr, et vous avez besoin de plusieurs arrivées, au moins au début, de sorte que vous avez suffisamment de fondateurs installés sur l’île”.

Découvertes futures

“Notre image de l’évolution des hominidés en Asie pendant le Pléistocène vient de devenir encore plus désordonnée, plus compliquée et beaucoup plus intéressante”, a déclaré Matthew Tocheri.

En effet, la découverte de l’espèce Homo luzonensis (Homme de Callao) a été une autre découverte scientifique qui a jeté le champ de la biologie de l’évolution pour une boucle. La variété complexe des caractéristiques de toutes sortes d’espèces humaines primitives indique que l’évolution humaine était plus aberrante et avait une portée plus large qu’on ne le pensait auparavant.

“Il y a quinze ans, l’évolution humaine en Asie était très simple : l’Homo Erectus sortait d’Afrique, s’installait en Asie de l’Est et du Sud-Est et rien ne se passait avant l’arrivée de l’Homo sapiens vers 40 à 50 000 ans”, explique Florent Détroit.

Une carte illustrant les zones générales dans lesquelles les premiers hominidés ont été découverts.

“Cette découverte est une nouvelle preuve significative pour améliorer notre connaissance de l’évolution humaine, en particulier en Asie, où l’évolution humaine était clairement beaucoup plus complexe (et beaucoup plus intéressante) que ce que nous pensions auparavant.”

En fin de compte, Florent Détroit et son équipe de chercheurs sont reconnaissants d’aller plus loin. Il en résulte une meilleure compréhension de notre espèce et de son passé, un sens plus éclairé de l’histoire, et peut-être même des découvertes futures qui serviront de sauts gigantesques pour tout ce qui précède.

“Comme nous pouvons le constater aujourd’hui, l’Asie du Sud-Est, et en particulier leurs îles, est un endroit fantastique pour étudier l’évolution des hominidés et mener des recherches sur le terrain afin de trouver d’autres sites avec de l’archéologie ancienne et des fossiles d’hominidés”, a déclaré Florent Détroit.

Lire aussi : Homo luzonensis : des chercheurs annoncent la découverte d’une nouvelle espèce humaine

Source : All That’s Interesting – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *