Stonehenge espagnol : La sécheresse a mis au jour un trésor archéologique


Une vague de chaleur extrême en Europe l’été dernier a révélé la présence d’un Stonehenge espagnol.

stonehenge-espagnol-découverte-sécheresse

En raison de la chaleur, de nombreux pays, dont l’Espagne, ont souffert de températures extrêmes et de la sécheresse. Une région du pays appelée Estrémadure, déjà connue comme l’une des régions les plus chaudes d’Espagne, a énormément souffert ; les agriculteurs ont perdu des millions d’euros à cause d’elle.

Un aspect remarquable de la chaleur, cependant, dans lequel beaucoup de gens se délectent est l’apparition d’un dolmen, un groupe d’anciennes pierres debout qui est apparu en Estrémadure comme les niveaux d’eau ont baissé. D’après Smithsonian.com, l’eau du réservoir de l’Embalse de Valdecañas, dans la province de Cáceres, s’est évaporée et a révélé une partie étonnante de la riche histoire archéologique de l’Espagne.

Le dolmen de Guadalperal, comme on l’appelle officiellement, a au moins 7 000 ans, un monument ancien dont beaucoup de gens de la région n’ont entendu parler que par leurs grands-parents ou à l’école. Et, alors que certains habitants de la région ont subi les effets négatifs de la sécheresse de l’été dernier, d’autres profitent de l’occasion pour voir de leurs propres yeux ce qu’ils n’avaient jamais vu auparavant, car il est recouvert d’eau depuis des décennies.

Le site abrite ce qui reste du monument antique, conçu autour d’un espace ouvert. Sa forme ressemble un peu à celle d’un beignet fait de sable, avec des pierres massives au centre. Il faut du temps pour se rendre dans la région, mais les habitants et les experts sont ravis d’avoir l’occasion de le faire, même si cela ne dure pas longtemps. Quand la pluie arrivera, le site pourrait une fois de plus disparaître.

Selon les experts, le monument a été construit au 5ème siècle, sur les rives du Tage. Mais le site, comme tant d’anciennes reliques, a été presque anéanti par le passage du temps et le progrès. Au cours des années 1960, un certain nombre de projets de génie civil ont considérablement modifié le paysage de l’Espagne, car de nombreux lacs artificiels se sont ajoutés à sa géographie. À l’époque, les gouvernements n’étaient pas aussi préoccupés par les questions environnementales et la préservation de l’histoire, certainement pas comme ils le sont aujourd’hui.

Angel Castaño, un résident de la région, dirige un groupe qui espère déplacer les pierres vers une zone où elles resteront découvertes. Il a dit à The Local : “Nous avons grandi en entendant parler de la légende du trésor caché sous le lac et maintenant nous pouvons enfin le voir. Il y avait peut-être des trésors enterrés sous les pierres, mais pour nous maintenant, les trésors sont les pierres elles-mêmes.”

Les plus de 100 pierres et ce qui reste du site a été comparé à Stonehenge, au Royaume-Uni, et est parfois appelé le Stonehenge espagnol.

Stonehenge au Royaume-Uni

Castano précise que les pierres sont anciennes et qu’elles doivent être étudiées avec l’équipement archéologique approprié. Mais bien sûr, le temps presse, car lorsque la pluie arrive, le monument peut disparaître dans le lac, comme il l’a fait auparavant.

Castano espère que le gouvernement fédéral espagnol prend au sérieux la question du dolmen de Guadalperal et estime que la zone n’aurait pas dû être modifiée en premier lieu. Mais l’Espagne, comme beaucoup d’autres pays, est en voie de développement et doit faire des sacrifices dans certains domaines pour obtenir des résultats dans d’autres. Ils ont fourni de l’électricité et de l’eau à toute une région qui n’avait ni l’un ni l’autre. Pourtant, Castano, pour sa part, n’est pas convaincu que c’était sage. L’inondation a provoqué le déplacement forcé d’une ville locale. Elle couvrait également le dolmen et une ancienne cité romaine.

Reste à savoir si le gouvernement a le temps, l’argent et l’envie d’étudier la pierre espagnole. Mais c’est évidemment un site que les gens apprécient tant qu’ils le peuvent, et un endroit où les experts se précipitent pour l’étudier avant qu’il ne disparaisse.

Lire aussi : Le dolmen de Soto : Le “Stonehenge” souterrain spectaculaire

Source : The Vintage News – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *