Un continent perdu depuis longtemps découvert enseveli sous l’Europe


Pendant des siècles, l’homme a été fasciné par le continent perdu de l’Atlantide, mais une nouvelle découverte faite par des géologues prouve qu’un autre continent perdu s’est caché sous l’Europe tout ce temps, attendant d’être retrouvé.

continent-perdu-europe

Selon la revue Science, un supercontinent – nommé Grand Adria – a glissé sous le continent européen il y a des millions d’années :

“Les seuls vestiges visibles du continent sont les calcaires et autres roches que l’on trouve dans les chaînes de montagnes du sud de l’Europe. Les scientifiques croient que ces roches ont commencé comme sédiments marins et qu’elles ont ensuite été grattées de la surface de la masse continentale et soulevées par la collision des plaques tectoniques. Pourtant, la taille, la forme et l’histoire de la masse continentale d’origine – dont une grande partie se trouvait sous des mers tropicales peu profondes depuis des millions d’années – ont été difficiles à reconstruire.”

L’ancien continent Grand Adria tel qu’il existait il y a 140 millions d’années, avant de glisser sous ce qui est aujourd’hui l’Europe du Sud. Les zones vertes plus foncées représentent la terre au-dessus de l’eau et les zones vertes plus claires, la terre en dessous (via Science, Douwe van Hinsbergen).

Douwe van Hinsbergen, géologue à l’Université d’Utrecht aux Pays-Bas, est l’auteur principal de l’article sur le Grand Adria, et il note que le continent perdu avait une histoire incroyablement complexe et même violente :

“Il y a environ 140 millions d’années, il s’agissait d’une masse continentale de la taille du Groenland, en grande partie submergée dans une mer tropicale, où les sédiments se sont accumulés et lentement transformés en roches. Puis, comme il est entré en collision avec ce qui est aujourd’hui l’Europe il y a 100 à 120 millions d’années, il s’est brisé en morceaux et a été poussé sous ce continent. Seule une fraction des roches du Grand Adria, grattées lors de la collision, est restée à la surface de la Terre pour que les géologues puissent la découvrir.”

Le Grand Adria faisait partie du supercontinent Pangée qui s’est détaché de l’Afrique 20 millions d’années plus tard (Via Wikimedia Commons)

Trouver le Grand Adria

Les premières étapes de la preuve de l’existence du Grand Adria ont été un travail laborieux. Cela a commencé par l’étude des orientations à l’intérieur des minéraux magnétiques formés par des bactéries dans les roches qui s’alignent avec le champ magnétique de la Terre, explique Ancient Origins :

“Lorsque ces bactéries meurent, les minéraux magnétiques résiduels laissés dans les sédiments finissent par se transformer en roche, verrouillant les orientations originales des bactéries, que les chercheurs ont inversées en les ramenant des centaines de millions d’années en arrière.

D’une certaine façon, essayer de reconstituer les preuves prouvant qu’Adria était réel toutes ces années en arrière était un peu comme assembler un puzzle de la taille d’un globe avec des milliards de pièces, dont certaines ont disparu depuis des centaines de millions d’années :

“L’équipe de chercheurs a travaillé comme une équipe de restaurateurs d’antiquités hautement qualifiés travaillant sur un vase Ming fracassé, d’abord en ramassant, puis en rassemblant de grosses pierres qui avaient été autrefois mariées à des chaînes de volcans et des récifs coralliens.

Se déplacer de manière mystérieuse

Une autre caractéristique extrêmement étrange du Grand Adria a été la façon dont il a évolué au fil du temps. Au lieu de simplement flotter vers le nord, l’ancien continent s’est déplacé dans le sens inverse des aiguilles d’une montre :

“Bien que la collision tectonique ne se soit pas produite à plus de 3 à 4 centimètres par an, l’écrasement inexorable a brisé la croûte de 100 kilomètres d’épaisseur et l’a en grande partie enfouie dans le manteau de la Terre”.

Plutôt que de se déplacer simplement vers le nord sans changement d’orientation, Greater Adria a tourné dans le sens inverse des aiguilles d’une montre en se déplaçant et en grattant le long des autres plaques tectoniques (Via Science Direct).

À la suite de ce qui s’est passé il y a des centaines de millions d’années, si vous vous teniez debout sur les montagnes adjacentes à la mer Adriatique aujourd’hui, vous marcheriez sur ce qui reste d’un continent passé sous la masse terrestre européenne et qui fait maintenant surface sous forme de geysers et volcans, la seule preuve visible qu’Adria était autrefois une masse terrestre massive maintenant disparu.

Plus d’informations sur WC SciFi :

Lire aussi : Dans le futur, la Terre n’aura plus qu’un seul continent

Source : Ancient Code – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *