Une équipe d’archéologues découvre des mosaïques de bêtes bibliques et la première scène décrite de l’Exode

Ce n’est pas tous les jours qu’un archéologue fait une découverte qui nous donne un aperçu des événements bibliques et des premiers peuples religieux.

Mais c’est ce que l’archéologue Jodi Magness et son équipe ont fait en Israël cet été en découvrant une mosaïque de 1 600 ans dans une ancienne synagogue juive.

Le site de fouilles se trouve à Huqoq, un ancien village juif datant de l’âge du bronze, mentionné dans la Bible.

Jodi Magness, qui est archéologue et spécialiste de la religion, également professeure émérite de Kenan pour l’excellence en enseignement des origines du judaïsme à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill, fouille le site depuis maintenant neuf ans et a découvert une grande partie de l’histoire du village.

Par exemple, elle sait que Huqoq devait être prospère en raison de la “haute qualité artistique et de la petite taille des cubes de mosaïque” qui constituaient de fantastiques chefs-d’œuvre de mosaïque trouvés dans une synagogue dont les murs étaient construits en “pierres monumentales”.

“Cette découverte est significative car seul un petit nombre d’anciens bâtiments de synagogues sont décorés de mosaïques représentant des scènes bibliques”, a-t-elle dit en 2012.

Mais maintenant, Mme Magness et son équipe retracent une fois de plus l’histoire du village en dévoilant d’autres mosaïques de scènes bibliques, tirées cette fois du Livre de Daniel et dans l’Exode.

Lors d’une entrevue avec Heritage Daily, Jodi Magness a discuté des découvertes et les a décrites.

“Le chapitre 7 du Livre de Daniel décrit quatre bêtes qui représentent les quatre royaumes menant à la fin des temps”, a-t-elle expliqué.

“Cette année, notre équipe a découvert des mosaïques dans l’allée nord de la synagogue représentant ces quatre bêtes, comme le montre une inscription fragmentaire en araméen faisant référence à la première bête : un lion avec des ailes d’aigle. Le lion lui-même n’est pas préservé, pas plus que la troisième bête. Cependant, la deuxième bête de Daniel 7:4 – un ours avec trois côtes dépassant de sa bouche – est conservée. Ainsi en est-il de la plupart du quatrième animal, qui est décrit dans Daniel 7:7 comme ayant des dents de fer.”


L’équipe n’a pris conscience de l’importance de la représentation qu’après qu’un membre ait pu lire l’inscription araméenne une semaine plus tard.

Ils ont également trouvé une mosaïque représentant une scène biblique qui n’avait jamais été représentée auparavant.

“Nous avons découvert la première représentation de l’épisode d’Elim jamais trouvée dans l’art juif ancien”, poursuit Jodi Magness. “Cette histoire est tirée de l’Exode 15:27. Elim est l’endroit où les Israélites campèrent après avoir quitté l’Égypte et errant dans le désert sans eau. La mosaïque est divisée en trois bandes horizontales, ou registres.

Nous voyons des groupes de dattes récoltés par des ouvriers agricoles de sexe masculin vêtus d’un pagne, qui les glissent sur des cordes tenues par d’autres hommes. Le registre du milieu montre une rangée de puits alternant avec des palmiers dattiers. Sur le côté gauche du panneau, un homme vêtu d’une courte tunique porte un pot d’eau et entre dans la porte voûtée d’une ville flanquée de tours crénelées. Une inscription au-dessus de la porte indique : ‘Et ils arrivèrent à Elim.'”

Mme Magness a souligné que les mosaïques représentaient des scènes que la congrégation considérait comme importantes, mais qu’elles soulevaient aussi des questions.

“La mosaïque de Daniel est intéressante parce qu’elle indique des attentes eschatologiques, ou de fin de journée, parmi cette congrégation”, dit-elle. “Celle d’Elim est intéressante car il est généralement considéré comme un épisode assez mineur dans l’errance des Israélites dans le désert, ce qui soulève la question de savoir pourquoi il était important pour cette congrégation juive en Basse Galilée.

Les Israélites ont erré dans le désert pendant 40 ans selon les textes bibliques, alors peut-être que la mosaïque est destinée à représenter la persévérance face aux luttes.

Les mosaïques sont également importantes pour les archéologues parce que peu de documents provenant des premiers Juifs au-delà des rabbins d’élite survivent aujourd’hui.

“Notre travail nous éclaire sur une période où nos seules sources écrites sur le judaïsme sont la littérature rabbinique des sages juifs de l’époque et des références dans la littérature chrétienne primitive”, dit-elle. “Toute la littérature rabbinique est vaste et diverse, mais elle représente le point de vue du groupe d’hommes qui l’a écrite. Ce groupe était assez élitiste, et nous n’avons pas les écrits d’autres groupes de Juifs de cette période.”

Les travaux peuvent aussi changer l’opinion sur le judaïsme et les juifs dépeints par la littérature chrétienne.

“La littérature chrétienne ancienne est généralement hostile aux juifs et au judaïsme”, dit Jodi Magness. “Ainsi, l’archéologie comble cette lacune en mettant en lumière certains aspects du judaïsme entre le IVe et le VIe siècle de notre ère – dont nous ne saurions rien d’autre. Nos découvertes indiquent que le judaïsme a continué à être diversifié et dynamique longtemps après la destruction du deuxième temple de Jérusalem en 70 après J.-C.”.

Jodi Magness et son équipe sont en train de changer la façon dont les historiens voient la société juive ancienne. Ces mosaïques racontent l’histoire d’une société qui vénérait les récits bibliques de ses ancêtres et témoignent d’une communauté florissante en Galilée sous la domination romaine.

Les mosaïques ont déjà été retirées du site et seront exposées dans le monde entier afin que chacun puisse en apprendre davantage sur ce village et ses habitants.

Plus d’informations dans les vidéos de UNC-Chapel Hill ci-dessous :


Lire aussi : Des chercheurs découvrent des centaines de momies enterrées autour de la plus ancienne pyramide d’Égypte

Source : Ancient Code – Traduit par Anguille sous roche

1 réponse

  1. Mokhtar dit :

    L’homme dévoré par le poisson est cité dans le Coran , c’est le prophète Younes ou Jonas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *