De nouvelles images du Titanic révèlent comment l’épave est “consommée” par les microbes marins


L’épave de ce qui pourrait être le navire de mer le plus tristement célèbre de l’histoire a été visitée par l’homme pour la première fois en près de 15 ans – révélant un état incroyable de détérioration naturelle cachée au fond de l’océan Atlantique.

épave-Titanic-rongée

Rouillant dans une isolation silencieuse à une profondeur de 3 810 mètres au large des côtes de Terre-Neuve au Canada, le RMS Titanic connaît un remarquable déclin à sens unique, selon une équipe d’exploration en haute mer qui a effectué la première plongée avec équipage à l’épave depuis 14 ans.

Étudiant et filmant les restes du célèbre navire en vue d’un documentaire à venir, les experts et les scientifiques qui ont organisé l’expédition ont été surpris par la vue du navire en décomposition, qui repose en deux morceaux sur le fond marin à des centaines de mètres de distance.

épave-Titanic-fond

(Atlantic Productions)

“L’aspect le plus fascinant a été de voir comment le Titanic est consommé par l’océan et revient à sa forme élémentaire tout en offrant un refuge à un nombre remarquablement diversifié d’animaux”, explique Patrick Lahey, président de Triton Submarines.

L’équipe d’exploration de Triton Submarines a effectué cinq plongées sur l’épave au début du mois d’août avec le DSV (Deepmergence Submersion Vehicle), filmant le Titanic en 4K pour la première fois – et, selon Dame Nature, ce sera peut-être une des dernières fois.

Exposé aux tourbillons et aux courants marins sur le fond marin, le Titanic est lentement démantelé par la corrosion saline et les bactéries mangeuses de métaux.

“Il y a des microbes sur l’épave qui rongent le fer de l’épave elle-même, créant des structures ‘rusticles’, une forme beaucoup plus faible du métal”, a déclaré à la BBC Clare Fitzsimmons, scientifique de l’expédition et chercheuse en environnement marin à l’Université de Newcastle au Royaume-Uni.

Ces rusticles se dissolvent progressivement en fragments de plus en plus fins, se transformant finalement en poudre qui peut être emportée par le courant.

Pour cette raison, les estimations précédentes ont suggéré que l’épave entière pourrait disparaître d’ici 2030 ou peu de temps après, la dévoration microbienne du Titanic ne laissant rien d’autre qu’une tache de rouille sur le fond de l’Atlantique.

Il n’est pas encore clair si la dernière expédition fournira une mise à jour de ces prévisions, mais la détérioration continue du navire était plus qu’apparente pour l’équipe.

“La zone de détérioration la plus choquante était le côté tribord des quartiers de l’officier, où se trouvaient les quartiers du capitaine”, explique l’historien du Titanic Parks Stephenson dans un communiqué.

“La baignoire du capitaine est l’image préférée des amateurs du Titanic, et c’est maintenant chose du passé. Le trou du pont de ce côté s’effondre, emportant avec lui les cabines, et la détérioration va continuer d’avancer.”

En visitant le site, l’équipe de l’expédition a déposé une couronne à la mémoire des plus de 1 500 passagers et membres d’équipage qui ont péri dans le naufrage tragique de 1912, le voyage inaugural de ce qui était à l’époque le plus grand navire à flot.

En plus de la nouvelle vidéo haute résolution, les scientifiques de l’expédition ont étudié l’épave à l’aide de techniques de photogrammétrie qui, à l’avenir, permettront de recréer en 3D le Titanic en réalité virtuelle et augmentée.

Pour les générations futures, ces reconstructions artificielles seront le seul moyen d’être témoin de l’héritage physique de l’une des catastrophes marines les plus meurtrières du monde.

“L’épave elle-même est le seul témoin que nous ayons maintenant de la catastrophe du Titanic”, a déclaré à la BBC l’historien maritime Robert Blyth du National Maritime Museum au Royaume-Uni, qui n’a pas participé à l’expédition.

“Tous les survivants sont décédés, alors je pense qu’il est important d’utiliser l’épave tant qu’elle a encore quelque chose à dire.”

Lire aussi : 28 Photos du Titanic que vous n’avez probablement jamais vues avant

Source : ScienceAlert – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *