George Dantzig : Le vrai Will Hunting

Comment le récit d’un étudiant en statistiques arrivé en retard en classe a inspiré le protagoniste de Will Hunting.

  • L’une des scènes emblématiques de Will Hunting montre le personnage de Matt Damon en train de résoudre anonymement un problème de mathématique presque impossible sur un tableau noir à l’université où il travaille comme concierge.
  • Cette histoire, bien que modifiée pour les besoins du film, s’est en fait produite.
  • George Dantzig, qui allait plus tard devenir un mathématicien célèbre, était un jour en retard à sa classe de statistiques diplômées où il a vu deux problèmes statistiques sur un tableau noir qu’il a pris pour des devoirs.

La scène du problème de mathématique dans Will Hunting

Si vous avez déjà vu Will Hunting, vous êtes probablement familier avec le scénario. Le personnage de Matt Damon, Will Hunting, est un jeune Bostonien avec une coupe de cheveux typique des années 90 qui travaille comme concierge au MIT. Un professeur du MIT a mis en place un problème mathématique difficile sur le tableau noir à l’extérieur de son bureau ; il le résoudra de façon anonyme et facilement, même s’il n’est pas à l’université.

Le professeur met en place un autre problème de maths encore plus difficile. Encore une fois, Will le résout, bien que le professeur l’attrape en flagrant délit cette fois-ci, ce qui incite Will à fuir. Quand le professeur demande son nom, en supposant que le concierge vandalise son tableau noir, Will répond “Fahk you”, et disparaît. Le professeur est choqué d’apprendre que le concierge a écrit la bonne réponse au tableau noir.

C’est du pur Hollywood, improbable et attachant. Mais cette scène particulière a en fait ses racines dans la réalité, bien que le protagoniste dans ce cas n’ait pas eu une mâchoire forte et un front énorme. Au lieu de cela, il était basé sur une anecdote de la vie du légendaire étudiant en mathématiques George Bernard Dantzig.

Heureusement qu’il est en retard en classe

Dantzig, décédé en 2005, était un mathématicien renommé, surtout connu pour son développement de l’algorithme du simplex, un algorithme populaire utilisé en programmation linéaire pour trouver la solution optimale aux problèmes qui peuvent être décrits par les mathématiques linéaires ; par exemple, comment maximiser les profits et minimiser les pertes, ou comment déterminer le meilleur régime pour une armée, au moindre coût. Mais ce qui a rendu son travail dans ce domaine faisable, c’est en partie parce qu’il a été en retard en classe un jour où il était étudiant.

Dantzig étudiait les statistiques sous la direction du professeur Jerzy Neyman au programme d’études supérieures de l’Université de Berkley. Dans une interview, Dantzig explique : “Je suis arrivé en retard un jour à l’un des cours de Neyman. Sur le tableau noir, il y avait deux problèmes que j’ai supposé avoir été assigné pour les devoirs. Je les ai copiés. Quelques jours plus tard, je me suis excusé auprès de Neyman d’avoir pris autant de temps pour faire les devoirs – les problèmes semblaient être un peu plus difficiles que d’habitude.”

Six semaines plus tard, Neyman s’est précipité chez Dantzig et lui a dit avec enthousiasme qu’il venait d’écrire une introduction à “l’un de vos journaux. Lisez-le pour que je puisse l’envoyer tout de suite pour publication.” Dantzig n’avait aucune idée de ce dont parlait Neyman jusqu’à ce qu’il explique que les deux problèmes sur les tableaux noirs étaient des problèmes statistiques notoirement non résolus – pas du tout des devoirs.

Plus tard dans son diplôme d’études supérieures, Dantzig avait du mal à trouver un sujet de thèse. Apparemment, lorsque Dantzig a dit cela à Neyman, le professeur a haussé les épaules et lui a dit de mettre les deux problèmes de mathématiques dans un classeur pour soumission – ils seraient considérés comme sa thèse.

george dantzig

George Dantzig

Comment l’histoire s’est répandue

Des années plus tard, Dantzig était un informaticien et mathématicien accompli lorsque son collègue Don Knuth l’a arrêté. “Salut, George”, dit-il. “J’étais en visite dans l’Indiana récemment et j’ai entendu un sermon sur vous à l’église. Savez-vous que vous êtes une influence sur les chrétiens d’Amérique centrale ?”

Il s’avère que l’histoire de Dantzig était un exemple du pouvoir de la pensée positive. Au début, un télévangéliste luthérien de Los Angeles avait repris l’histoire, bien qu’avec des embellissements majeurs. Le télévangéliste a affirmé que les problèmes avaient même déconcerté Einstein et que le professeur de Dantzig l’avait engagé sur place après avoir vu les bonnes solutions. Malgré ces exagérations, la morale de l’histoire est restée la même. Comme Dantzig ne savait pas que ces problèmes n’étaient pas résolus, il n’était pas limité par ce qu’il aurait cru être ses limites. Comme il l’a écrit plus tard à propos de l’événement fortuit :

“Si j’avais su que les problèmes n’étaient pas des devoirs, mais en fait deux problèmes célèbres non résolus dans les statistiques, je n’aurais probablement pas pensé positivement, je me serais découragé et je ne les aurais jamais résolus.

Comme l’histoire de Dantzig s’est répandue parmi les sermons religieux, son identité a été abandonnée de l’histoire. D’autres ont commencé à le dire aussi avec leurs propres embellissements. L’histoire est devenue une légende urbaine liée au pouvoir de la pensée positive, une légende qui allait finalement trouver une nouvelle vie dans la chasse à la bonne volonté.

Lire aussi : Eduard Einstein : L’histoire du fils oublié d’Albert Einstein qui a passé une partie de sa vie en hôpital psychiatrique

Source : Big Think – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *