Un orbe géant translucide découvert par des plongeurs contient des milliers de bébés calmars


Un orbe transparent géant découvert par une équipe de plongeurs au large des côtes norvégiennes abritait des centaines de milliers de futurs bébés calmars.

orbe-géant-calmars

Une vidéo enregistrée par le chercheur Ronald Raasch montre la “rencontre unique dans une vie” alors qu’un des plongeurs de son équipe nage lentement le long de la masse flottante, éclairant une lampe de poche à travers ses parois translucides. L’équipe nageait vers le navire de recherche REV Ocean dans les eaux froides à l’extérieur d’Ørsta, en Norvège, après avoir plongé à 200 mètres de la côte lors d’un naufrage de la Seconde Guerre mondiale, selon une description qui accompagne la vidéo.

Décrit comme “blekksprutgeleball” – ou “boule de gelée de céphalopode” en norvégien – la boule en forme d’orbe est le sac à œufs appartenant à Illex coindetii, ou le calmar à nageoires courtes du sud. Il flottait au milieu de la colonne d’eau, à environ 17 mètres sous la surface et 15 mètres au-dessus du fond marin. I. coindetii est un membre de la famille des Ommastrephidae et ses sacs d’œufs ont été trouvés des deux côtés de l’océan Atlantique, d’aussi loin au nord que la Norvège au sud vers la mer Méditerranée. L’espèce a été signalée pour la première fois par le chercheur français Jean-Baptiste Verany en 1837 et demeure une importante source de nourriture pour les humains aujourd’hui.

Les sphères ont un diamètre moyen d’environ 1 mètre et plus de la moitié d’entre elles sont identifiées comme ayant une traînée foncée à travers leur centre alors qu’elles flottent librement dans la colonne d’eau. Les femelles peuvent contenir jusqu’à 50 000 à 200 000 ovules matures dans l’ovaire et l’oviducte. La ponte a lieu toute l’année mais varie selon les saisons, de quelques jours à quelques semaines, selon Sealife Base. Le développement embryonnaire des ovules prend généralement entre 10 et 14 jours à une température de 15°C. Une fois éclos, les calmars juvéniles sont des nageurs actifs et se fraient un chemin dans la colonne d’eau par propulsion à réaction.

Raasch et son équipe ont déjà rendu compte des sacs d’œufs dans le passé dans le cadre d’un effort volontaire.

“Depuis deux ans (2017-2019), nous avons rassemblé environ 80 observations de grandes sphères gélatineuses. Le plus âgé a environ 30 ans et le plus jeune quelques semaines”, ont écrit les membres de Gelatinous Sphere Project dans une déclaration.

Une étude publiée l’année dernière par la même équipe a fait état de 27 “grandes masses sphériques gélatineuses” qui ont été observées de manière similaire dans les eaux européennes à travers le continent, de la Norvège et la Suède à la Croatie et l’Italie entre 2001 et 2017.

“Les sphères individuelles mesuraient de 0,3 à 2 m de diamètre, avec une moyenne d’un mètre, et toutes, sauf quatre, étaient en suspension dans la colonne d’eau entre 0,5 et 52 m de profondeur, à des températures comprises entre 10 et 21 degrés Celsius”, rapportent les auteurs dans Marine Biology Research.

Les scientifiques disent qu’ils publieront leurs observations actuelles à une date ultérieure.

Illex coindetii spécimen conservé. Citron / CC-BY-SA-3.0/Wikimedia Commons

Lire aussi : Des images incroyables et rares montrent des baleines utilisant des “filets” à bulles pour chasser

Source : IFLScience – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *