Des documents divulgués par Google et Pinterest révèlent la censure des médias alternatifs

Des documents récemment divulgués par Google et Pinterest révèlent des efforts continus pour censurer les médias indépendants, les sites Web chrétiens et les opinions impopulaires.

Alors que de plus en plus d’Américains remettent en question les pratiques d’entreprises technologiques comme Google, Facebook et Amazon, le sujet de la censure sur les médias sociaux et dans les résultats de recherche continue à faire l’objet de vifs débats. Ces entreprises agissent-elles essentiellement en tant qu’éditeurs et, dans l’affirmative, devraient-elles être réglementées en tant que telles ? Le gouvernement devrait-il faire des efforts pour démanteler les géants de la technologie ? Ces questions et bien d’autres doivent trouver des réponses à mesure que le public est aux prises avec la réalité que “Big Tech” prend de plus en plus le contrôle de ce que nous voyons, entendons et lisons pendant que nous surfons sur Internet.

Maintenant, plus d’huile sur le feu a été ajoutée à l’incendie alors que l’organisme d’enquête conservateur controversé Project Veritas a publié des documents divulgués qui montrent les liens de blocage Pinterest des sites Web des médias alternatifs et des termes de recherche liés au christianisme et à l’avortement. La liste noire apparente fait partie d’une “liste de blocage des domaines pornographiques” conçue pour que la plate-forme de médias sociaux ne contienne aucun contenu sexuellement explicite. Project Veritas a publié les documents internes et aurait interviewé un initié de l’entreprise qui prétend que Pinterest censure directement et indirectement le contenu lié aux thèmes pro-vie et chrétiens, ainsi que des sites de santé alternatifs et plusieurs sites d’information indépendants connus pour contester le discours du gouvernement américain sur une série de sujets, dont la guerre contre la terreur. Ces sites comprennent ZeroHedge, The Anti-Media, NewsWars (exploité par Infowars d’Alex Jones), The PedoGate, Tracking Vaccinations, et Organic Healthy Tips.

Parmi les autres documents qui ont fait l’objet d’une fuite dans le cadre du Project Veritas, mentionnons un gros fichier texte intitulé “Liste des termes sensibles” contenant des termes de recherche que Pinterest considère “sensibles”. Un utilisateur effectuant une recherche sur l’un de ces termes “sensibles” recevra des résultats de recherche modifiés selon la politique interne de Pinterest. Les documents indiquent que les termes de recherche se voient attribuer une valeur “abusive”, “sensible” et “non sécuritaire”. Les employés de Pinterest ont l’option de bloquer les résultats à compléter automatiquement dans la barre de recherche, d’afficher un avertissement à l’utilisateur ou de supprimer le terme des flux recommandés ou en tendance. La soi-disant “Liste des termes sensibles” révèle que des termes liés au christianisme comme “Pâques chrétienne” et “versets bibliques” étaient marqués comme “dangereux”.

Ce n’est pas la première fois que Pinterest fait la manchette pour censurer certains documents. En février, la plateforme a également bloqué les recherches liées au mouvement “anti-vaccination”.

Cependant, l’entreprise n’est pas la seule à s’efforcer d’éliminer les opinions impopulaires et les médias alternatifs de ses plateformes. Un jour après le rapport de Project Veritas, le Daily Caller a rapporté qu’un dénonciateur au sein de Google a divulgué des captures d’écran de deux listes noires apparentes de sites Web qui ont été supprimées des résultats du moteur de recherche. L’interlocuteur du Daily Caller a examiné les documents et a constaté que les employés ont reçu l’instruction d’ajouter la ligne “# REMOVE url” pour s’assurer qu’un site Web “fringe” est supprimé des résultats de la recherche “featured snippets” de Google. La fonction “featured snippets” permet de finir les phrases des utilisateurs lorsqu’ils tapent des questions dans le champ de recherche de Google. Le document suggère que la suppression de certains sites Web et des extraits sélectionnés est effectuée manuellement par un employé humain plutôt que par une erreur d’algorithme ou d’intelligence artificielle.

L’appelant signale également qu’une deuxième liste noire, appelée “all_fringe_domains”, est conçue pour bloquer les sites Web portant la mention “fringe”. Parmi les sites Web bloqués figurent “the American Spectator, Breitbart, Breaking911, le site Web du pasteur Brian Jones, le site Web de Bring Your Bible to School Day, Consortium News (publié par Robert Parry), St. Philip the Deacon Lutheran Church, speakerryan.com, The Franklin Society (un blog en crypto monnaies), Free Thought Project, The Gateway Pundit et The Gorka Briefing”.

Les documents qui ont fait l’objet de fuites rapportées par le Daily Caller et Project Veritas soulèvent un certain nombre de questions quant au contrôle et à l’influence que les géants de Big Tech ont sur le discours public. Plus inquiétant encore est le fait que des sites Web comme The Free Thought Project, Anti-Media et ZeroHedge font face à des vagues de censure depuis plus d’un an, Anti-Media et The Free Thought Project ayant été éliminés de Facebook en octobre 2018.

Lire aussi : «Censure politique» ?: Facebook supprime plus de 800 pages de médias alternatifs très suivis

Source : The Mind Unleashed – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *