Tout le monde devrait regarder cette vidéo troublante de “Mark Zuckerberg”

La qualité des vidéos deepfake s’est considérablement améliorée et au cours du dernier mois seulement, nous avons été témoins de certaines caractéristiques incroyables et terrifiantes.

Les créateurs de Deepfake produisent des vidéos à partir d’une seule photo, puis tapent simplement ce qu’ils veulent que le sujet dise.

De vives inquiétudes ont été exprimées au sujet de cette technologie et de la façon dont elle pourrait être utilisée, en particulier en raison des tentatives limitées de mettre un terme à la diffusion de fake news sur des plateformes de médias sociaux comme Facebook, YouTube et Twitter. Deux artistes britanniques, Bill Posters et Daniel Howe, avec l’aide de l’agence de publicité Canny, ont récemment téléchargé une vidéo sur leur page Instagram où l’on voit Mark Zuckerberg envoyer un message effrayant aux spectateurs.

“Imaginez ceci une seconde : un homme, avec le contrôle total de milliards de données volées, tous leurs secrets, leur vie, leur avenir”, dit le faux Marck Zuckerberg dans la vidéo. “Je dois tout à Spectre. Spectre m’a montré que celui qui contrôle les données, contrôle le futur.”

Bien que Spectre soit le nom de l’organisation criminelle fictive de James Bond, c’est aussi le nom d’une installation artistique créée par M. Posters et M. Howe qui présente diverses vidéos truquées de célébrités telles que Kim Kardashian et Donald Trump.

Dans l’installation, les deux artistes se concentrent sur ce qu’ils appellent l’industrie de l’influence numérique, le développement et la mise en œuvre de méthodes de calcul pour manipuler l’opinion publique, en plein essor et non réglementées.

“En 2016 et 2017, le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Europe ont subi des chocs politiques massifs, les nouvelles formes de propagande informatique employées par les plateformes de médias sociaux, l’industrie de la publicité et les consultants politiques comme Cambridge Analytica ayant été exposées par des journalistes et des défenseurs des droits numériques”, a déclaré Daniel Howe dans un communiqué. “Pour Spectre, nous avons utilisé plusieurs des mêmes techniques – analyse de données, profilage comportemental, analyse des sentiments, apprentissage en profondeur – pour permettre aux auditoires de faire l’expérience du fonctionnement interne de l’industrie de l’influence numérique.”

Facebook, qui possède Instagram, a décidé de ne pas retirer la fausse vidéo de sa plateforme. Les gens étaient curieux de savoir s’ils accepteraient que le sujet de la moquerie soit leur PDG. Récemment, une fausse vidéo de Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, a été produite pour donner l’impression qu’elle était en train de diffamer. Malgré la nature de la vidéo et les raisons politiques qui l’ont motivée, Facebook a décidé de continuer à la diffuser.

“Le fait que les données des citoyens – y compris les connaissances intimes sur les tendances politiques, la sexualité, les traits psychologiques et la personnalité – soient mises à la disposition du plus offrant montre que l’industrie de l’influence numérique et ses architectures associées représentent un risque non seulement pour les droits humains individuels mais pour nos démocraties en général “, a déclaré Bill Posters.

Il n’existe à l’heure actuelle aucune loi qui vise spécifiquement les vidéos truquées, bien que l’on ait fait valoir que les lois actuelles pourraient remédier à certains des torts causés. Certaines plateformes de médias sociaux interdisent aux utilisateurs de télécharger de telles vidéos, mais il semble que des sanctions ne soient pas appliquées dans de nombreux cas.

Lire aussi : Une nouvelle IA permet de créer de fausses vidéos à partir d’une seule photo

Sources : IFLScience, BBC News – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *