Des pépins de raisin vieux de 900 ans révèlent l’histoire ininterrompue du cépage français

Les tests ADN montrent que les vignes de Savagnin blanc vieilles de 900 ans sont identiques aux plantes modernes.

Les buveurs d’aujourd’hui ont peut-être plus en commun avec les buveurs médiévaux qu’une simple gueule de bois : les recherches suggèrent qu’ils pourraient boire un vin fait de raisins identiques.

Les vignes sont souvent cultivées à partir de boutures de plantes existantes ou par des techniques telles que la greffe, plutôt que d’être plantées à partir de graines, car cela offre une bien meilleure consistance quand il s’agit des raisins.

Cela a conduit certains à penser que certains cépages pourraient être restés essentiellement inchangés sur deux millénaires depuis l’essor romain de la production vinicole en Méditerranée. Le raisin a été domestiqué pour la première fois il y a plus de 6 000 ans en Asie du Sud-Ouest.

Les dernières recherches suggèrent que ce n’est peut-être pas trop tiré par les cheveux. Les scientifiques disent avoir découvert que les vignes produisant aujourd’hui du Savagnin blanc sont génétiquement identiques aux vignes cultivées à Orléans il y a 900 ans.

“Cela en dit long sur l’ingéniosité des viticulteurs, qui utilisent des techniques similaires depuis des centaines d’années et qui maintiennent en vie certaines vignes que les consommateurs aiment beaucoup”, explique le Dr Nathan Wales, co-auteur de la recherche de l’Université d’York.

Dans la revue Nature Plants, le Pays de Galles et ses collaborateurs rapportent qu’ils ont analysé l’ADN de 28 pépins de raisin trouvés sur neuf sites archéologiques en France, en se concentrant sur le matériel génétique de la graine qui proviendrait de la vigne sur laquelle les raisins ont poussé. Plus précisément, l’équipe a examiné 10 000 points particuliers de l’ADN et comparé ce qu’elle a vu avec de telles données pour des centaines de variétés modernes domestiquées et sauvages.

La datation d’artefacts ou de matière organique près des graines a révélé que certains des pépins anciens dataient de l’âge du fer, vers 500 av. J.-C., tandis que d’autres provenaient de divers points de l’époque romaine et d’autres de l’époque médiévale – les derniers pépins datant du début du 13e siècle.

L’analyse de l’ADN de l’équipe a révélé que les 28 graines provenaient toutes de vignes domestiquées plutôt que de variétés sauvages, la plupart étant des variétés d’Europe occidentale modernes utilisées pour la vinification.

Le Dr Wales a indiqué que plusieurs éléments de preuve suggèrent qu’ils ont effectivement participé à la production d’une boisson alcoolisée.

“Beaucoup de ces sites ont quelque chose en rapport avec la viticulture ou les vignobles apparents”, explique le Dr Wales, ajoutant que les sites où les graines ont été trouvées fournissent également un indice. “Une fois que vous avez pressé les raisins pour faire le jus, vous devez déposer [les graines]. Souvent, dans les sites archéologiques, l’endroit le plus facile pour jeter les déchets est une latrine ou un puits qui n’est plus utilisé.”

D’autres travaux ont montré que des variétés différentes étaient parfois cultivées sur un même site, alors que dans certains cas, deux graines génétiquement identiques ou plus ont été trouvées dans la même couche de sol sur un site, ce qui suggère que les raisins pouvaient avoir poussé sur la même vigne. Curieusement, une paire de graines datant du IIe siècle après J.-C., trouvée à 600 km de distance en Alsace et en France méditerranéenne, a également poussé sur des plantes génétiquement identiques. “Ces clones génétiques suggèrent que les Romains transportaient la vigne sur de longues distances… très probablement sous forme de boutures”, écrivent les auteurs.

“C’était vraiment cool pour nous, où ils ont la même séquence génétique, mais ils sont séparés par des centaines de kilomètres”, a déclaré le Dr Wales. “La seule façon d’expliquer ça, c’est que génétiquement, ils cultivent les mêmes vignes très loin l’un de l’autre.”

Une graine a révélé que les vignes produisant du raisin à Orléans vers 1050-1200 après J.-C. étaient génétiquement identiques à celles qui produisent aujourd’hui du Savagnin blanc – en d’autres termes, il semble que les boutures de vignes aient été faites sans interruption depuis 900 ans environ.

“Il s’agit essentiellement d’un jumeau identique qui vient d’être entretenu pour toujours”, a déclaré le Dr Wales. De plus, les premières graines romaines d’un site de Tourbes ont un rapport parent-fils avec les raisins de Savagnin blanc. Cela, écrivent les auteurs, pourrait suggérer “que le Savagnin blanc ou ses parents directs sont cultivés en France depuis le premier siècle”.

Mais la question de savoir si le vin ancien aurait eu le même goût qu’aujourd’hui est une autre question ; comme le Dr Wales le souligne, des facteurs tels que le terroir et les techniques de transformation influencent également le goût.

Lire aussi : Des anciennes caves à vin égyptiennes découvertes dans le delta du Nil

Source : The Guardian – Traduit par Anguille sous roche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *