La PDG de YouTube admet qu’il existe « diverses définitions » de la « haine et du harcèlement » lors de l’examen de la politique de censure


YouTube supprime des centaines de milliers de vidéos pour “haine et harcèlement” chaque trimestre.

Chaque trimestre, YouTube supprime des centaines de milliers de vidéos pour avoir enfreint ses règles en matière de “haine” et de “harcèlement”. Lors d’une récente intervention sur la chaîne indépendante hambourgeoise TIDETVhamburg, Susan Wojcicki, PDG de YouTube, a reconnu qu’il existait une ambiguïté quant à la définition des termes “haine et harcèlement”, mais elle a fourni peu d’éclaircissements aux créateurs dont les vidéos ont été retirées en vertu de ces règles.

Mme Wojcicki a fait ces commentaires lorsqu’elle a expliqué comment YouTube utilise son cadre politique des quatre R (Remove, Raise, Reduce, and Reward) pour équilibrer les “tensions entre la liberté d’expression” et “la nécessité pour nous… d’être responsables en tant que plateforme quant à la façon dont nous distribuons l’information”.

Les vidéos qui sont jugées comme étant en violation des règles de YouTube en matière de “discours de haine” et de “harcèlement” sont retirées dans le cadre de la partie “Remove” de cette politique des quatre R.

Wojcicki a justifié l’aspect “Supprimer” de cette politique en affirmant qu’il y a du contenu “je pense que tout le monde est d’accord pour dire qu’il n’a pas de sens”, pour admettre quelques secondes plus tard qu’il y a une ambiguïté sur la façon dont les gens définissent la “haine et le harcèlement”.

“Il y a beaucoup de contenus qui, je pense que tout le monde est d’accord, n’ont pas de sens”, a déclaré Wojcicki. “Évidemment, comme l’extrémisme violent, s’assurer que les enfants sont en sécurité, la haine, le harcèlement, la haine et le harcèlement, il pourrait y avoir diverses définitions de l’endroit où vous tracez ces lignes, mais… il y a certainement de nombreuses catégories que nous… pouvons tous convenir n’appartiennent pas à une plate-forme de… distribution.”

Malgré cet aveu qu’il existe différentes façons de définir la haine et le harcèlement, Wojcicki et YouTube soutiennent le retrait du contenu basé sur ces termes.

Wojcicki a déjà demandé au gouvernement américain de proposer des conseils sur les discours de haine et a cité les “lois beaucoup plus strictes sur la haine” en Europe. Elle a également reconnu que YouTube supprimerait les discours haineux des élus mais autoriserait les médias à les retélécharger avec leur propre “contexte”.

YouTube a introduit une nouvelle politique controversée en matière de harcèlement en décembre 2019 qui ciblait les insultes, les moqueries et les blagues qui vont “trop loin”. La politique a été blâmée par les créateurs qui ont averti qu’elle interdirait de nombreuses formes de comédie sur la plateforme.

Lire aussi : La nouvelle tactique de censure de YouTube consiste à limiter diffusions en direct trop populaires

Source : Reclaim The Net – Traduit par Anguille sous roche


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *