Le futur (radieux), c’est maintenant : le chef des renseignements américains reconnaît qu’il envisage de vous espionner via votre frigo (ou tout autre objet connecté)

renseignements

Le chef des renseignements américains vient d’annoncer que ses services se serviront désormais d’une nouvelle génération d’équipements ménagers connectés pour détecter et espionner à distance les individus suspectés de participer à des actions terroristes. Une pratique permise par l’internet des choses qui pourrait bientôt s’implanter en France.

Atlantico : Y a-t-il effectivement une nouvelle génération d’objets ménagers connectés qui est en train de se développer ?
Jean-Paul Pinte : Oui. Le frigo était à la base du rêve des objets connectés il y a plus de dix ans déjà.

Désormais, il y a des frigidaires qui sont équipés de tablettes indiquant les dates de péremption des aliments, la liste de course à faire en temps réel et ce qu’il reste à consommer à distance. De même, une application couplée à ce frigidaire peut élaborer et planifier vos menus pour les repas de la semaine, en tenant compte des aliments stockés.

Au-delà du frigidaire, il existe désormais tout une gamme d’objets connectés, comme les balances culinaires, qui non seulement pèsent mais aussi contrôlent votre alimentation via des applications smartphone, au même titre que la “Nutricook Connect”, qui permet de suivre pas à pas la préparation de vos recettes depuis un smartphone. On peut aussi lancer le préchauffage de son four à distance ou un cycle de lavage de votre machine à laver. En vous lavant les dents avec une brosse à dents connectée, elle vous rappellera que vous avez oublié de les laver le matin ou que le taux de tartre est anormal.

Il suffit de penser à sa journée pour se rendre compte qu’il y a bien des choses dont l’ultilisation pourrait être facilitées via l’électro-ménager connecté (La cafetière, le diffuseur de parfum, le grille pain, ect). Selon les estimations, plus de 80 milliards d’objets seront connectés en 2020. Il y naitra donc bientôt, je pense, comme le droit à l’oubli sur Internet, le droit au silence des puces, c’est-à-dire l’obligation d’accepter une désynchronisation de la puce pour les clients qui ne souhaitent pas être tagués dans le cadre de l’utilisation de l’appareil qu’il achète.

Lire la suite sur Atlantico

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *